Agent / agente de transit

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ / / / /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/
Vidéo

Comment expédier à travers le monde des marchandises et s’assurer qu’elles arrivent à bon port ? En les plaçant sous le contrôle d’un agent de transit. Il négocie les meilleures conditions de transport et respecte les lois en vigueur.

Gérer le transport des marchandises importées ou exportées pour le compte d’une entreprise, telle est la mission de l’agent de transit. Il s’assure que tous les documents sont en règle et trouve le mode d’acheminement le moins coûteux et le plus rapide. En cas de dégâts ou de litige, il est le premier interlocuteur auprès des assureurs. La profession, peu connue, mais en plein développement, exige une très grande rigueur.

Le métier

Nature du travail

Bien choisir et négocier

L’agent de transit est un commercial qui affrète les produits au moindre coût et dans les meilleurs délais. Il choisit le moyen de transport adéquat (route, air, mer, chemin de fer) et négocie avec les transporteurs les dates et lieux de livraison, le chargement et déchargement, jusqu’au lieu de livraison. Il peut être spécialisé ou non sur un moyen de transport (maritime, aérien…).

Veiller aux réglementations

La circulation de marchandises en commerce international (en provenance ou à destination de l’étranger) est très réglementée. L’agent de transit agit en respectant les consignes précises stipulées dans les contrats. Ces dernières sont très rigoureuses et obéissent à des lois qui varient selon les produits, les modes de transport et les pays traversés. En cas de litige ou de réclamation, il engage les procédures nécessaires. Il est alors le premier interlocuteur des assureurs.

Établir les documents

L’agent de transit exerce également une fonction administrative. Il établit l’ensemble des papiers nécessaires à l’import-export des marchandises, et rédige aussi bien une déclaration de douane qu’une attestation pour transporter des matières dangereuses, ou des certificats sanitaires en fonction de la marchandise que son client lui aura demandé de convoyer.

Compétences requises

Satisfaire le client

L’agent de transit obéit à deux impératifs parfois contradictoires : respecter les instructions du client et tenir compte des dispositions réglementaires en vigueur pour les transports. Dans tous les cas, il doit se montrer réactif et rigoureux.

Ne pas céder au stress

Coordinateur averti, l’agent de transit ne se laisse jamais prendre au dépourvu. En cas de problème, il propose des solutions, explique et convainc. Pas question de céder au stress provoqué par les sonneries régulières du téléphone et la lenteur de l’administration ! Calme et méthode, c’est sa devise.

Avoir le sens du contact

La législation des douanes, les assurances et le droit international n’ont pas de secret pour lui. L’agent de transit est un technicien qui réalise des études et manie parfaitement les outils informatiques. L’aspect international de son activité lui demande de parler au moins l’anglais. La négociation des prix et la signature des contrats requièrent toute son habileté et son sens du contact.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Différentes structures

Ce métier s’exerce au sein du service de transit d’une entreprise, ou dans une structure regroupant des commissionnaires et des opérateurs de transport en trafic international. Dans ce dernier cas, l’agent de transit propose ses services à diverses entreprises qui ont besoin d’expédier des marchandises. Certains agents de transit expérimentés travaillent en indépendant.

Horaires souples

L’activité suit le rythme des douanes et des arrivages de marchandises. Des surcharges de travail surviennent ponctuellement. Les accidents, pannes et autres imprévus peuvent obliger l’agent de transit à une grande souplesse dans ses horaires de travail. Depuis son bureau, il est en contact avec le monde entier, souvent en anglais. Il doit donc s’adapter aux différents fuseaux horaires pour contacter ses clients ou ses fournisseurs.

En relation avec divers professionnels

L’agent entretient des relations régulières avec différents partenaires extérieurs : avec des compagnies d’assurances (pour établir des contrats spécifiques et pour traiter des litiges), les douanes, les chambres de commerce (pour vérifier un point précis du droit international) et bien sûr avec ses clients, qu’il doit fidéliser et rassurer tout au long de l’acheminement de leurs produits.

Carrière

L’effet mondialisation

Relativement peu connue du grand public, la profession d’agent de transit recherche des candidats. En raison de l’extension du marché européen et mondial, et du développement du commerce électronique, la mondialisation génère de nombreux déplacements de marchandises. Les besoins de la profession devraient donc continuer à progresser.

Surveillance par satellite

Les techniques de suivi des marchandises ont évolué. C’est maintenant un satellite qui signale les étapes qu’elles parcourent, depuis leur lieu de départ jusqu’à leur lieu d’arrivée. Compte tenu de la complexité de toutes les opérations de transport à l’international, l’agent de transit a un rôle important dans la filière transport-logistique.

Des techniciens recherchés

Le secteur de la logistique emploie plus de 42 000 personnes. Les agents de transit sont généralement recrutés au niveau bac + 2. À défaut d’expérience, une formation en alternance ou un stage significatif dans le secteur constituent un atout non négligeable. Les agents peuvent se spécialiser sur un mode de transport mais surtout, au fil des années, prendre en charge des budgets de plus en plus importants. Ils peuvent ensuite viser l’encadrement d’une équipe ou une fonction commerciale par exemple.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

A partir du Smic (selon la qualification et l’entreprise).

Source : Convention collective nationale des transports routiers et activités auxiliaires du transport, 2015.

Accès au métier

Le bac pro est le diplôme minimum requis. Les bac + 2 sont fortement recommandés. Le bac + 3 peut être demandée pour les postes d’encadrement ou de responsable de service. D’autres diplômes (d’écoles spécialisées, de commerce, de la profession) proposent des formations pointues, en centre de formation ou en alternance, à tous les niveaux d’études.

  • Niveau bac

  • Bac pro logistique ; Bac Pro transport ;
  • Niveau bac +2

  • BTS transport et prestations logistiques; BTS commerce international car même s’il n’est pas spécifique du secteur, il est apprécié des recruteurs ;
  • DUT gestion logistique et transport ;
  • Niveau bac + 3

  • Licence pro logistique.

En savoir plus

Témoignage

Marc, agent de transit
Donner confiance

"Je n'achète pas de marchandises, mais je prends en charge leur acheminement. Le point fort de mon métier, c'est sans doute la communication avec les clients. Je dois leur inspirer confiance. Lorsque j'organise le transport d'un lot de bois, le destinataire peut se trouver à Saint-Étienne, Marseille ou partout dans le monde... Pour supprimer cette distance physique, je reste en liaison constante avec mon client pour le renseigner sur le déroulement des opérations de transport."