Architecte réseaux

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/
Centre(s) d'intérêt(s) :
/

L’architecte réseaux répond aux besoins en communication des entreprises. Il conçoit, planifie, développe l’organisation générale des réseaux de télécommunications et supervise leur réalisation… à moindre coût.

L’architecte réseaux conçoit la configuration du réseau de communication d’une entreprise, par lequel transitent des données informatiques (textes, images, sons). Sa mission : proposer des solutions fiables, efficaces et financièrement rentables pour permettre à tous les utilisateurs d’obtenir les informations souhaitées en temps voulu. Et ce, quelles que soient la distance et la diversité des équipements utilisés. Un rôle clé à l’heure où les réseaux se densifient.

Le métier

Nature du travail

Analyser le réseau existant

À quoi va servir le réseau ? Quels en seront les utilisateurs ? À partir de l’analyse des réseaux en place et de la circulation de l’information dans l’entreprise, l’architecte réseaux fait le bilan des besoins techniques en communication : interconnexion des micro-ordinateurs, création et installation d’une messagerie électronique, d’un réseau intranet, intégration des lignes téléphoniques…

Élaborer et exécuter

Partant des attentes de l’entreprise, il sélectionne et teste des architectures, cherche et préconise des solutions. Puis il définit la configuration du réseau (en boucle, en étoile) et ses fonctionnalités d’ensemble selon les contraintes de débit. Son but : faire communiquer les machines d’origine avec de nouveaux matériels, plus sophistiqués.

Superviser et gérer

C’est lui qui assiste et conseille les techniciens dans leur travail, voire qui les dirige. Gestionnaire averti, il établit les plannings et les budgets, en fonction des contraintes économiques, réglementaires, techniques et des délais demandés. Enfin, il supervise les relations avec les fournisseurs et négocie les contrats au meilleur coût. Parfois, il rédige des appels d’offres et en assure le suivi.

Compétences requises

Connaissances à flux tendu

Ce professionnel est un expert en réseaux et télécommunications, en particulier dans leur mise en oeuvre. Il doit suivre toutes les évolutions technologiques relatives à son domaine pour mieux anticiper les besoins des utilisateurs. Par ailleurs, il doit parfaitement maîtriser l’anglais.

Esprit de synthèse

Rigoureux et méthodique, il doit impérativement avoir un esprit de synthèse pour appréhender l’organisation du réseau de manière globale et prendre du recul. Lorsqu’il cherche à élaborer des solutions adaptées, il doit également savoir faire preuve d’imagination.

Force de conviction

Qualité d’écoute et force de conviction sont des atouts indispensables dans ce métier où il faut savoir gérer projets et clients… et se faire comprendre. Enfin, ses qualités relationnelles lui permettent d’être à l’aise face à de nombreux interlocuteurs.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

De plus en plus souvent en ESN ou en télécoms

Ce cadre travaille pour le compte d’opérateurs de télécommunications, mais, le plus souvent pour une ESN (entreprise de services du numérique) qui met en oeuvre des architectures de communication pour les administrations et les entreprises industrielles, financières ou commerciales.

Selon le client

Avec l’aide des services techniques de son entreprise (ESN ou opérateur télécoms), il propose à son client (entreprise, administration) des solutions en fonction du cahier des charges et du réseau préexistant, assorties d’une proposition commerciale (laquelle est souvent prise en charge par l’ingénieur d’affaires). Si la société cliente possède des terminaux sur différents sites (comme les grandes entreprises), il peut se déplacer régulièrement.

Un travail d’équipe

L’architecte réseaux collabore au quotidien avec les équipes informatiques dédiées aux fonctions d’études, d’exploitation, de réseaux et télécommunications et les personnels de direction de l’entreprise cliente. Il est également amené à dialoguer et à négocier avec les opérateurs télécoms existants ou potentiels.

Carrière

Une alternative aux ESN et aux télécoms

Ce ne sont plus seulement les grands opérateurs de télécommunications et les ESN (entreprises de services du numérique) qui recrutent des architectes réseaux. Les grandes entreprises (industrielles ou de services) et les administrations offrent maintenant elles aussi des opportunités d’emploi.

Priorité aux spécialistes

Dans le secteur des télécoms, 7 % seulement des jeunes diplômés se dirigent vers des fonctions liées à l’architecture réseaux. En effet, les recruteurs préfèrent généralement embaucher à ces postes des candidats expérimentés.

Évolution à la clé

Filière d’expertise et de conseil, l’architecture réseaux comporte de belles perspectives d’évolution. Un professionnel peut prendre en charge des projets de plus en plus complexes, avant d’atteindre un haut niveau de responsabilité, comme un poste de management d’équipes réseaux et télécoms ou de directeur technique chez un fabricant. Un architecte peut aussi se tourner vers la fonction commerciale (ingénieur d’affaires ou ingénieur commercial).

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ de 346 000 Cfp (2900 euros) à 537 000 Cfp (4500 euros) brut par mois.

Accès au métier

Pour devenir architecte réseaux, il faut posséder un diplôme de niveau bac + 5 (diplôme d’ingénieur ou master) au minimum.

  • Niveau bac + 5

  • Diplôme d’ingénieur
  • Master mention réseaux et télécommunications, mention informatique
  • Niveau bac + 6

  • Mastère spécialisé en systèmes de communication et réseaux, réseaux et systèmes d’information pour les entreprises…

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Aucune formation disponible en Nouvelle-Calédonie

Formations dans le reste de la France

Après le BAC

niveau 1 (bac + 5 et plus)

En savoir plus

Témoignage

Céline, ingénieure réseau
Rester branchée en continu

"Quand je pense que pendant ma formation d'ingénieur, les cours de réseau, en option, ne me passionnaient pas ! Aujourd'hui, cet emploi correspond à mes aspirations. Mais ne jamais perdre de vue qu'une formation technologique en continu est indispensable pour se tenir à flot. Le marché évolue vite et il faut savoir le suivre. Se former en permanence, se remettre en question, faire évoluer ses connaissances. Dans ce domaine, il ne faut pas avoir l'impression de ne plus rien apprendre."