Cartographe

Niveau d'accès :
Statut(s) :
fonctionnaire, salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/
Centre(s) d'intérêt(s) :
Vidéo

Le cartographe fournit une représentation visuelle d’un territoire, que celui-ci soit défini par des notions abstraites (carte politique, démographique…) ou par des éléments physiques (carte marine, routière, géologique…).

Du plan de métro à la carte politique, la cartographie s’affiche partout. Il existe une grande variété de cartes, qui permettent la connaissance, la représentation, la gestion et l’aménagement d’un territoire, dans tous les domaines. Le travail du cartographe a beaucoup évolué avec l’outil informatique et les SIG (systèmes d’information géographique). Les débouchés se situent dans les services d’urbanisme des collectivités territoriales, les grands organismes, les bureaux d’études et à l’IGN (Institut géographique national).

Le métier

Nature du travail

Cartographe géographe…

On distingue deux grandes catégories de cartographes.

Le cartographe géographe est un universitaire formé à la géographie humaine. Il s’intéresse à la cartographie thématique et réalise des cartes sur des sujets précis, comme la répartition de la population, l’évolution d’une opinion politique, l’espérance de vie… Son travail s’appuie sur des outils statistiques et informatiques (les SIG, systèmes d’information géographique), et sur des prises de vue aériennes et par satellite (télédétection). Après avoir interprété les données, il choisit leur mode de représentation graphique (2 ou 3D pour une image en relief), qu’il réalise sur un support papier ou en images virtuelles. Les applications de la cartographie sont multiples : simuler des évolutions urbaines en fonction de la démographie, du nombre d’entreprises ou d’écoles, prévoir des évolutions environnementales…

… ou topographe

Le cartographe topographe, comme celui de l’IGN (Institut géographique national) par exemple, est un scientifique spécialiste de la géographie physique et un bon mathématicien féru de SIG (systèmes d’information géographique). Il réalise des représentations de l’espace et des réalités physiques : réseau routier, réseau fluvial, relief des sols…

Compétences requises

L’informatique omniprésente

Pour concevoir des cartes sur des thèmes variés, le cartographe doit maîtriser les outils graphiques, mais aussi et surtout l’outil informatique, devenu indispensable. Un intérêt pour les technologies de l’information est nécessaire, le cartographe composant désormais avec les SIG (systèmes d’information géographique). Des compétences en programmation constituent un réel plus à l’embauche. La connaissance de l’anglais est également requise. Une mise à jour régulière et l’apprentissage des nouveaux outils et logiciels sont nécessaires.

Une part de créativité

Le cartographe doit également être doté d’un certain sens artistique. Précis et créatif, il est amené à choisir des présentations et des styles différents en fonction du projet sur lequel il travaille. En effet, il n’y a rien de commun entre une carte destinée à une collectivité locale, pour prendre la décision d’implanter ou non un centre commercial par exemple, et celle qui sert au grand public pour se repérer dans une ville. Le cartographe doit donc s’adapter à chaque demande et respecter les délais imposés. Avec de l’expérience, le cartographe devient force de proposition.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Un travail sur ordinateur

Le cartographe géographe passe peu de temps sur le terrain. Les observations et les mesures directes utilisées (topographie, toponymie, géodésie) sont généralement effectuées par les spécialistes de la cartographie et de la topographie de l’IGN (Institut géographique national). Ces derniers fournissent les documents-ressources pour les cartographes. Le cartographe géographe est donc sédentaire : il travaille sur ordinateur, dans un bureau, et peut être employé par un bureau d’études, un grand organisme, le service d’urbanisme d’une collectivité territoriale ou de l’État.

Les collectivités friandes de SIG

Les SIG (systèmes d’information géographique) permettent à une commune de visualiser son parc immobilier, de gérer ses permis de construire, de réaliser une simulation en 3D d’une crue ou d’un phénomène naturel, de simuler les évolutions urbaines. Les grandes agglomérations s’y sont déjà mises, les petites communes s’y intéressent. Les grandes entreprises d’aménagement, de travaux publics, de gestion de l’eau, etc. sont également utilisatrices.

L’ingénieur cartographe crée les cartes, le technicien cartographe les actualise et le dessinateur cartographe en réalise des copies. Ils travaillent seuls ou en équipe.

Carrière

Débouchés limités

Le nombre d’emplois reste limité même si les employeurs potentiels sont multiples. Les postes se situent dans les services ou entreprises de cartographie : Michelin, Service hydrographique et océanographique de la marine à Brest, syndicats d’initiative ou sociétés de conseil, BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières), EDF, Air France… ainsi que dans les quelques maisons d’édition spécialisées.

Les sites Internet sont également de plus en plus nombreux à se positionner sur les cartes virtuelles en ligne (webmapping, systèmes d’information géographique web) et recherchent des cartographes rompus aux nouvelles technologies. On trouve aussi des cartographes dans les bureaux d’études ou dans les cabinets de géomètres.

Multiplier les compétences

Pour évoluer, le cartographe a tout intérêt à avoir une double, voire une triple compétence. Il peut, par exemple, se spécialiser en marketing, ou parfaire ses connaissances en SIG (systèmes d’information géographique) et développement informatique, une spécialité de plus en plus nécessaire pour les cartographes. Il peut ainsi viser ensuite un poste de chef de projet, par exemple.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ de 179 000 Cfp (1500 euros) à 198 000 Cfp (1660 euros) brut par mois pour les titulaires d’un bac + 2, + 3 ; autour de 1900 euros pour les titulaires d’un bac + 5.

Les cartographes (ingénieurs, techniciens supérieurs et techniciens) employés par l’IGN sont rémunérés selon les grilles de la fonction publique

Accès au métier

Des niveaux variés

Les diplômes requis vont du niveau bac + 2 au niveau bac + 5.

  • Bac + 2

  • BTS métiers du géomètre-topographe et de la modélisation numérique
  • Bac + 3

  • licences pro métiers de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme ; cartographie, topographie et systèmes d’information géographique
  • Bac + 5

  • master  mentions géomatique ;  géographie ; master géographie, aménagement, environnement et développement
  • diplôme d’ingénieur de l’Ecole nationale des sciences géographiques
  • Après un bac + 5, il est possible de préparer un mastère spécialisé en un an.

En savoir plus