Chargé / chargée d’affaires en génie climatique

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ / / /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ /

Ventilations, appareils de surpression d’eau, planchers chauffants, climatisations… pour chaque type de bâtiment, le chargé d’affaires en génie climatique vend la solution adaptée à des entreprises clientes.

Le chargé d’affaires en génie climatique vend aux entreprises des solutions climatiques pour équiper les bâtiments. Ventilations, appareils de surpression d’eau, planchers chauffants, climatisations… n’ont pas de secrets pour lui. Il maîtrise à la fois l’aspect technologique et l’aspect commercial de son métier. Il assure aussi la supervision de l’exécution technique des projets, la coordination et l’animation d’équipe. Une belle polyvalence !

Le métier

Nature du travail

Démarche commerciale

Le chargé d’affaires en génie climatique répond aux dossiers d’appel d’offres, en tenant compte des contraintes et des demandes des clients (entreprises de bureaux, de logements, aéroports, hôpitaux, etc.) pour leur proposer des solutions techniques adaptées en matière de température et de qualité de l’air. Il analyse d’abord la demande, via un cahier des charges (un hôpital peut exiger une atmosphère stérile en bloc opératoire, par exemple). Avec l’aide des ingénieurs d’études en génie climatique, il élabore une série de propositions techniques.

Devis et négociations

Le chargé d’affaires en génie climatique établit un devis, puis entame les négociations avec le client. Une fois celui-ci convaincu, il élabore les contrats mentionnant les caractéristiques techniques, les prix et les délais de réalisation des projets. Il est garant des relations commerciales, et veille à la rentabilité et à la qualité des projets.

Conduite de projet

Après la signature du contrat, il suit la préparation des chantiers, supervise l’installation des équipements et assure le bon déroulement du projet (respect des coûts, de la qualité et des délais). Une fois les travaux terminés, il assure la mise en service de l’installation, en présence du client, et le service après-vente.

Compétences requises

Une double compétence

Le métier exige une double compétence. Le chargé d’affaires en génie climatique est généralement un ingénieur qui possède des compétences techniques pointues en génie climatique (en matière de chauffage, climatisation, énergies renouvelables, etc.), mais il doit aussi avoir le sens des affaires. C’est un as de la négociation et c’est à lui de convaincre les clients (promoteurs, constructeurs, architectes…). Il maîtrise les techniques de vente et de marketing, et il sait se montrer à l’écoute.

Un manager opérationnel

Il connaît également les techniques de gestion de projet. Il encadre souvent une équipe d’une quinzaine de personnes sur le terrain. Il coordonne et planifie les équipes intervenantes sur les projets, communique et échange avec elles en intégrant les attentes des clients et des éventuels sous-traitants. Il manage les personnels, anime des réunions et travaille en équipe pluridisciplinaire.

De multiples connaissances

Lorsqu’il s’adresse à des acheteurs institutionnels, il doit connaître les règles du secteur public pour répondre correctement aux appels d’offres. Il a des notions en droit des affaires. Enfin, l’anglais est parfois nécessaire pour répondre aux projets internationaux.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Au bureau et chez le client

Le chargé d’affaires en génie climatique travaille à son bureau pour préparer les devis et élaborer les contrats. Il se déplace sur le terrain pour aller rencontrer les entreprises clientes. Il participe souvent à des réunions d’avancement chez le client, tout au long du projet. Ses horaires sont généralement réguliers. Salarié du secteur privé, il exerce en tant que cadre et il est le plus souvent directement rattaché au directeur de son entreprise. Dans une très grande structure, il rend compte au directeur commercial ou au directeur d’agence.

De nombreux interlocuteurs

Autonome dans la gestion de ses affaires, le chargé d’affaires en génie climatique collabore avec les différents services de l’entreprise : recherche et développement, affaires, techniques, chantiers, maintenance. Il gère un portefeuille client, c’est-à-dire qu’il s’occupe de plusieurs affaires en même temps. Cela représente une somme de contrats pouvant aller jusqu’à 1 million d’euros. Il s’entoure donc des juristes de l’entreprise pour rédiger des contrats conformes.

Carrière

Divers employeurs

Le chargé d’affaires en génie climatique travaille en bureau d’études, en bureau d’ingénierie ou de conseil spécialisé en génie climatique. Il peut également être employé par une grosse entreprise du secteur de l’énergie (comme GDF Suez), dont une filiale est spécialisée dans le génie climatique, ou encore dans une entreprise spécialisée sur un produit (une entreprise de parquets chauffants ou réfrigérants, par exemple).

De nouvelles perspectives

La généralisation des BBC (bâtiments basse consommation) et le développement des bâtiments à énergie positive (ils produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment) font évoluer le génie climatique. Le chargé d’affaires s’attaque à de nouveaux marchés et commence à vendre des systèmes qui utilisent les technologies numériques sur le réseau d’électricité privé, pour gérer plus efficacement les flux d’énergie de l’habitat individuel ou collectif (smart home).

Évolution possible

Avec le temps, le chargé d’affaires peut devenir responsable d’un bureau d’études. Avec de bonnes connaissances en gestion et en marketing, il peut aussi créer sa propre entreprise.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

entre environ 239 000 Cfp (2000 euros) et 358 000 Cfp (3000 euros) brut par mois.

Accès au métier

Si certains postes sont ouverts aux titulaires de bac + 2/3 (pour vendre des produits de haute technologie), les recruteurs donneront la préférence aux titulaires d’un bac + 5 ayant de l’expérience dans la vente B to B (business to business) ou dans l’environnement du bâtiment. Le poste s’adresse surtout aux ingénieurs spécialisés en génie climatique. La fonction est aussi ouverte aux diplômés des écoles de commerce et de gestion ayant de bonnes connaissances en génie climatique.

  • Niveau bac + 2

  • BTS fluides, énergies, domotique ; management des unités commerciales (MUC) ; BTS négociation et relation client
  • Niveau bac + 3

  • Licence pro en l’énergétique
  • Niveau bac + 5

  • Master sciences, mentions énergie ou énergétique, thermique
  • Diplôme d’ingénieur en génie climatique ou thermique
  • Diplôme d’école de commerce et de gestion avec spécialité en génie climatique ou thermique

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Après le BAC

niveau 3 (bac + 2)

Formations dans le reste de la France

Après le BAC

niveau 1 (bac + 5 et plus)
niveau 2 (bac + 3 et 4)
niveau 3 (bac + 2)

En savoir plus