Chargé / chargée hygiène sécurité environnement (HSE)

Niveau d'accès :
Statut(s) :
fonctionnaire, salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ / / / / / / / / / / / / / / / / / / /
Centre(s) d'intérêt(s) :

Le chargé hygiène sécurité environnement participe à la définition de la politique de sécurité de l’entreprise (personnels, matériels, conditions de travail, respect de l’environnement) et prévient les risques d’accidents et de maladies.

Le chargé hygiène sécurité environnement (HSE) conseille et assiste la direction de son entreprise dans la définition d’une politique de sécurité. Son objectif : le risque professionnel zéro. Dans la mise en oeuvre de ses actions de prévention et de contrôle, il mobilise ses compétences techniques, scientifiques et juridiques, ainsi que ses capacités de négociation. Ce professionnel trouve facilement un emploi dans un secteur en plein développement.

Le métier

Nature du travail

Veiller à la sécurité

Le chargé hygiène sécurité environnement (HSE) réduit et contrôle les risques professionnels au sein de l’entreprise ou de la collectivité pour laquelle il travaille. Il analyse ces risques (accidents du travail, maladies professionnelles, pollution, nuisances sonores, espionnage industriel, etc.), les évalue et préconise des solutions adaptées. Il est également sollicité pour étudier les dangers potentiels lors de l’implantation d’une usine.

Former le personnel

Afin de réduire le nombre d’incidents, le chargé HSE conçoit et anime des plans de prévention au sein de l’entreprise. Il sensibilise le personnel aux questions de sécurité en organisant des exercices d’alerte incendie ou en formant aux techniques d’intervention en cas d’accident, par exemple.

Faire respecter les consignes

Le chargé HSE s’assure de la fiabilité des installations (systèmes d’alarme, portes coupe-feu, etc.) et veille à l’application de toutes les nouvelles normes en vigueur. Il rédige les consignes de sécurité, depuis l’interdiction de fumer dans les bureaux jusqu’au port d’une tenue réglementaire (comme le casque sur un chantier). Il contrôle les conditions de travail du personnel et intervient en urgence s’il observe un risque précis.

Compétences requises

Des compétences techniques

Le chargé hygiène sécurité environnement (HSE) connaît parfaitement les conditions de travail des salariés de son entreprise et les risques (éventuels) qu’ils encourent. Il possède des compétences scientifiques, techniques et juridiques régulièrement mises à jour. Spécialisé en chimie, en électricité, en informatique… il peut gérer certains types de risques. Dans tous les cas, il possède un diplôme de secourisme en entreprise.

De la pédagogie

Pour mener à bien ses missions, par exemple pour diminuer de 50 % en 6 mois le nombre d’accidents dans une entreprise, le chargé HSE analyse la situation, fait des propositions réalistes et se fixe des résultats. Bien souvent, pour modifier les comportements à risques, le chargé HSE fait appel à son sens de la pédagogie.

De la réactivité

Autorité, sang-froid, organisation, rigueur, talent de négociateur et capacité à travailler en équipe sont indispensables pour résoudre des situations d’urgence et décider rapidement. Le chargé HSE peut intervenir, à tout moment, sur plusieurs sites pour gérer une inondation, une biocontamination, une pollution accidentelle…

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Dans une entreprise privée

Le chargé hygiène sécurité environnement (HSE) peut exercer dans le service hygiène et sécurité d’entreprises industrielles, dans les secteurs de la métallurgie, de l’agroalimentaire, de la pharmacie, de la pétrochimie, du nucléaire… ou au sein de sociétés de conseil.

Dans le secteur public

On trouve encore le chargé HSE au sein des collectivités territoriales, des hôpitaux, de l’inspection du travail, etc. Il peut travailler comme inspecteur externe dans un organisme de contrôle agréé, public ou privé, ou comme coordonnateur de la sécurité et de la santé sur les chantiers du bâtiment et des travaux publics. Enfin, il lui est possible d’intégrer le corps des sapeurs-pompiers professionnels par le biais d’un concours de recrutement très sélectif.

En collaboration

Dans le cadre de sa mission, le chargé HSE collabore étroitement avec tous les services de l’entreprise, voire avec ses clients. À lui de négocier pour faire éventuellement accepter les changements nécessaires dans différents services. Il travaille également en relation avec les pompiers, la sécurité civile, la gendarmerie, la médecine et l’inspection du travail, la Sécurité sociale, les assurances, etc. En cas d’incident, les astreintes horaires et les déplacements sont possibles.

Carrière

Un métier en développement

La prise de conscience et la connaissance des risques professionnels (accidents) et écologiques (pollution, nuisances sonores) progressent. Les normes en la matière deviennent de plus en plus contraignantes. Le métier est de plus en plus technique et les entreprises sont donc amenées à faire appel à des spécialistes HSE pour anticiper les risques et faire respecter la réglementation.

Un secteur porteur

Le marché de l’emploi est particulièrement porteur dans le secteur de la santé et de la sécurité des employés (entreprises industrielles, agricoles, du bâtiment et des travaux publics, mais aussi hôpitaux et entreprises de transport) et dans celui des organismes de contrôle. De nouveaux besoins voient également le jour, comme l’étude et la réduction de l’impact sonore dans le cadre des activités professionnelles.

Progression de carrière

Après quelques années d’expérience, le chargé hygiène sécurité environnement (HSE) peut devenir responsable d’environnement hygiène sécurité. En liaison avec la direction, sa mission consiste alors à élaborer la politique de sécurité de l’entreprise, d’en assurer la mise en place, l’animation et le suivi. Il peut aussi s’orienter vers le métier de consultant sécurité et/ou environnement.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

À partir du Smic pour un technicien supérieur et jusqu’à environ 298 000 Cfp (2500 euros) brut par mois pour l’ingénieur QHSE.

Accès au métier

Si les entreprises recherchent principalement des titulaires de bac + 5 (diplôme d’ingénieur Esaip Angers, Escom Compiègne, INP Toulouse Ensiacet, Insa Rouen… ou master), les titulaires d’un bac + 2 (BTS et DUT) ou d’un bac + 3 (licence professionnelle, dipôme d’école spécialisée) sont également concernés par de nombreuses offres d’emploi.

  • Niveau bac + 2

  • BTS métiers des services à l’environnement
  • DUT hygiène, sécurité, environnement
  • DEUST environnement et déchets à Lille 1 ; santé, environnement, techniques industrielles et commerciales à Lille 2
  • Niveau bac + 3

  • Licence professionnelle qualité, hygiène, sécurité, santé, environnement
  • Diplôme d’école spécialisée
  • Niveau bac + 5

  • Diplôme d’ingénieur
  • Master risques et environnement ; ou des secteurs de l’environnement, de l’économie et du développement durable, de la gestion et du traitement des déchets, de la biologie, de la chimie…

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Après le BAC

niveau 3 (bac + 2)

Formations dans le reste de la France

Après le BAC

niveau 2 (bac + 3 et 4)
niveau 1 (bac + 5 et plus)
niveau 3 (bac + 2)

En savoir plus

Témoignage

Emmanuel, chargé HSE
Prendre soin des gens

"Une de mes principales missions est la prévention des risques professionnels. Je m'occupe de la sécurité des personnes, j'analyse les conditions de travail... Mon métier consiste à prendre soin de la santé des agents. Pour cela, j'étudie leur environnement quotidien. Je m'assure du bon état de marche des alarmes, des portes coupe-feu, mais pas seulement. Mon objectif est aussi d'améliorer l'environnement de travail, dangereux ou pénible, en organisant les postes."



Emmanuel responsable dans un service public
Prendre soin des gens

"Une de mes principales missions est la prévention des risques professionnels. Je m'occupe de la sécurité des personnes, j'analyse les conditions de travail... Mon métier consiste à prendre soin de la santé des agents et j'étudie pour cela leur environnement quotidien. Je m'assure du bon état de marche des alarmes, des portes coupe-feu, mais pas seulement. Mon objectif est aussi d'améliorer les conditions de travail dangereuses ou pénibles en organisant les postes."