Charpentier / charpentière métallique

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ / / /
Vidéo

Le charpentier métallique fabrique ou assemble les structures en acier qui forment la charpente des ponts, des immeubles, des pylônes, des bâtiments, etc. Il travaille en atelier ou sur un chantier. Son savoir-faire est recherché.

Le charpentier métallique est spécialisé dans la construction de ponts, d’immeubles et de pylônes. Ce travail demande des connaissances en calcul, en géométrie et en dessin technique, ainsi qu’une bonne résistance physique. Il travaille en atelier ou sur un chantier pour le montage. Les entreprises du BTP et de la métallurgie recrutent des charpentiers métalliques qualifiés pour remplacer les départs à la retraite notamment.

Le métier

Nature du travail

Fabriquer et assembler

Le charpentier métallique participe à la construction d’ouvrages variés : ponts, immeubles, usines, centrales, hangars, passerelles, pylônes… Il intervient soit pour fabriquer des structures au sein d’un atelier d’usinage, soit pour assembler des pièces sur un chantier. Sur le chantier, il peut également être chargé de l’installation : matérialisation des différentes zones d’intervention, installation des zones de tri des déchets, contrôle des traçages, etc.

Découper l’acier avec précision

À partir des plans de fabrication, le charpentier métallique vérifie les mesures des plaques d’acier et enregistre les données dans une machine à commande numérique qui va découper l’acier avec précision.

Étirer, plier, emboutir, souder

Grâce à sa connaissance des techniques d’étirage, de pliage et d’emboutissage de la tôle, le charpentier métallique fabrique des pièces de toutes les tailles. Sur le chantier, le charpentier-monteur visse les pièces ou soude les structures afin de les assembler. À l’aide d’outils de levage, il déplace et fixe les charpentes métalliques aux endroits définis sur les plans de construction.

Compétences requises

Connaissances en géométrie

Le charpentier métallique est habile et rigoureux, surtout lorsqu’il doit percer des pièces au millimètre près. De bonnes bases en calcul et en géométrie, ainsi qu’un intérêt pour le dessin technique, sont nécessaires pour interpréter les plans des bureaux d’études et fabriquer les structures. Il a également des connaissances techniques en soudage, découpage et traçage, et peut être assisté par ordinateur.

Résistance physique

Par ailleurs, une bonne résistance physique est indispensable. En effet, si les outils de levage et de découpe au laser facilitent son travail, le charpentier métallique est cependant amené à soulever fréquemment des charges. Sur un chantier, il travaille souvent en hauteur sur un échafaudage.

Rigueur et esprit d’équipe

Jamais seul sur un chantier comme à l’atelier, il doit avoir le goût du travail en équipe. Il doit en outre être capable de communiquer des instructions claires et précises à ses collègues lors de la phase de montage. Enfin, le respect des normes de sécurité est essentiel et demande une certaine rigueur.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

En usine et sur un chantier

Dans une usine de construction métallique, le charpentier métallique fabrique des pièces. Dans une entreprise de BTP (bâtiment et travaux publics), il monte des structures. En usine, il exerce dans un atelier prévu pour permettre le déplacement de structures et de poutres mesurant parfois plusieurs mètres. Il peut être exposé à des produits toxiques. Le monteur installe les structures métalliques sur le chantier, sous la direction d’un chef d’équipe. Il travaille en plein air, souvent en hauteur, et se déplace régulièrement.

Un travail d’équipe

Le charpentier métallique fait partie d’une petite équipe. Pour façonner les pièces, il travaille en liaison avec le bureau d’études qui fournit les plans, et le chef d’atelier qui dirige l’équipe. À l’extérieur, il répond au chef d’équipe chantier.

Qualité et sécurité

Dans le BTP, la sécurité est une préoccupation permanente. Qu’il s’agisse de couper l’acier ou de fixer les charpentes, les risques d’accident sont réels. Il est impératif de respecter les normes de sécurité. Le charpentier est responsable de la qualité de son travail. Forme, taille, poids… les pièces doivent être conformes aux plans et agencées au plus juste : une structure défaillante, et l’ouvrage s’écroule !

Carrière

Surtout dans des PME

Les entreprises du BTP (bâtiment et travaux publics) et de la métallurgie recrutent des charpentiers métalliques qualifiés, surtout du fait du départ à la retraite de salariés âgés. Le secteur de la construction métallique, qui représente 600 entreprises et 15 000 salariés en France, est essentiellement composé de PME (petites et moyennes entreprises) d’environ 30 personnes.

Se perfectionner

Grâce aux formations complémentaires et à son expérience du terrain, le charpentier métallique peut se perfectionner en lecture de plans, calculs et tracés, soudage ou encore écoconstruction, pour évoluer ou diversifier ses possibilités d’emploi.

Chef d’atelier ou d’équipe

Un charpentier métallique maîtrisant les différentes techniques de fabrication ou de pose, ainsi que la gestion des délais et la lecture de plans, peut devenir chef d’atelier dans une usine ou chef d’équipe sur un chantier, selon son activité. Il peut également viser le titre de maître ouvrier, un bureau d’études ou la reprise d’une entreprise, en général avec un complément de formation, en gestion par exemple.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

À partir du Smic

Accès au métier

Du CAP au bac + 2, plusieurs diplômes permettent d’exercer le métier de charpentier métallique.

Niveau CAP

  • CAP serrurier métallier ;  réalisation industrielle en chaudronnerie ousoudage

Niveau bac

  • Bacs pro  technicien en chaudronnerie industrielle ; ouvrages du bâtiment : métallerie ;
  • Bac techno STI2D

Niveau bac + 2

  • BTS construction métallique ;
  • BTS conception et réalisation en chaudronnerie industrielle.

En savoir plus

Témoignage

Samuel, charpentier métallique
Au 10e de millimètre près !

"Une fois terminée, cette charpente pèsera 25 tonnes... Je travaille surtout à l'assemblage. Mais avant, il faut débiter, couper les fers, les préparer et les percer. Ensuite, j'assemble les différentes pièces en suivant le plan. C'est un travail très minutieux. Cette charpente est un ensemble boulonné : il faut être juste au 10e de millimètre près, car il faut que tous les boulons rentrent parfaitement dans les trous."