Conducteur / conductrice de machines agricoles

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ / /
Vidéo

Tracteur, charrue, ensileuse, moissonneuse-batteuse, épandeur d’engrais… Autant d’engins pilotés par le conducteur de machines agricoles. À la demande d’un exploitant, il effectue les labours, les traitements ou la récolte nécessaires à la production végétale.

Mécanisation des tâches oblige, le conducteur de machines agricoles est un professionnel polyvalent… et recherché. Maîtrise des techniques mécaniques, expérience de la conduite sur route ou dans les champs, suivi de l’évolution et des performances des équipements, connaissances en agronomie, sens des relations, capacité d’adaptation… Ses compétences séduisent de plus en plus les chefs d’exploitation soucieux d’une agriculture respectueuse de la nature.

Le métier

Nature du travail

Un pro des machines

Le conducteur de machines agricoles pilote toutes sortes d’engins : un tracteur pour tirer la charrue ou déplacer le matériel d’irrigation des champs, une ensileuse pour couper l’herbe ou le maïs de fourrage, une moissonneuse-batteuse pour couper et trier les céréales… Il connaît aussi parfaitement leurs caractéristiques techniques et mécaniques.

Mécanicien et réparateur

Son rôle est de veiller au bon fonctionnement des équipements, et de les réparer, si besoin. Son programme : graisser, vidanger, déboulonner, purger, programmer le tableau de bord… Le cambouis et l’électronique embarquée ne l’effraient pas. Un problème survient en plein effort ? Il agit lui-même ou demande l’expertise d’un technicien de maintenance.

Conducteur avisé

Comme l’exploitant, le conducteur de machines agricoles sait repérer les particularités d’une parcelle (taille, configuration, nature du sol) pour adapter les machines au type de travail demandé (labours, semis, épandage d’engrais, traitement, récolte, stockage). Une adaptation qui suit la météo et le changement de saison.

Compétences requises

Polyvalence et efficacité

De plus en plus, les machines demandent des connaissances pointues en mécanique, soudure, électronique, informatique… Sans oublier les compétences en agronomie, élevage, travaux forestiers…

Les sens en éveil

Mieux vaut être robuste pour travailler dehors par tous les temps. Le sens de l’observation et le respect des règles d’hygiène et sécurité sont aussi indispensables dans la conduite des engins agricoles.

Adaptation et performance

En cas de panne, le conducteur doit agir rapidement afin d’atteindre les rendements prévus. Un semis mal dosé ou une moisson à moitié réalisée ne donneront pas la même quantité ni la même qualité. Autant de menaces pour la survie d’une exploitation.

Un oeil avisé

Expert en agroéquipements, le conducteur de machines agricoles choisit le matériel, et négocie son prix avec le vendeur. À la livraison, il en vérifie la conformité et le fonctionnement. Auprès des concessionnaires et des constructeurs, son profil devient alors plus commercial.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

De nombreux employeurs

Le conducteur de machines agricoles peut travailler comme salarié ou indépendant dans une exploitation agricole de taille importante, une coopérative d’utilisation de matériel agricole (Cuma), une entreprise de travaux agricoles (ETA) ou une collectivité territoriale.

Au rythme des saisons

Toujours en plein air, seul ou en équipe, il module cependant ses activités en fonction des saisons. En période de récolte ou de semis, il conduit quotidiennement. Mais en hiver, l’activité agricole étant au repos, il en profite pour faire l’entretien complet et minutieux des matériels.

Carrière

Personnel qualifié exigé

L’embauche des conducteurs de machines agricoles est plus fréquente dans les coopératives agricoles que dans les exploitations. Les bacheliers professionnels et les techniciens supérieurs agricoles sont de plus en plus convoités au détriment des titulaires de CAPA.

Pas seulement dans les champs

Les concessionnaires proposent des postes de vendeur, de démonstrateur ou de représentant en matériel. Une bonne connaissance de la région, des sols et des cultures permet d’intégrer un poste de technico-commercial au sein d’une société de construction et d’importation.

Une carrière évolutive

Un conducteur de machines agricoles peut devenir responsable de parc de matériels au sein d’une coopérative d’utilisation de matériel agricole (Cuma) ou d’une exploitation, chargé des relations avec les entreprises agricoles chez un concessionnaire ; démonstrateur, vendeur ou représentant en matériel dans une société de construction et d’importation ; exploitant agricole.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

A partir du Smic.

Accès au métier

La demande des entreprises en personnel qualifié tire le niveau de formation vers le haut et les CAPA diminuent au profit des bacs professionnels et des BTS ou BTSA.

  • Après la 3e

  • CAP agricole Métiers de l’agriculture
  • Niveau bac

  • Bac pro agroéquipement
  • Niveau bac + 2

  • BTSA génie des équipements agricoles
  • BTS agroéquipement

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Jusqu'au BAC

niveau 5 (niveau CAP)
niveau 4 (bac ou équivalent)

Formations dans le reste de la France

Jusqu'au BAC

niveau 5 (niveau CAP)
niveau 4 (bac ou équivalent)

Après le BAC

niveau 3 (bac + 2)

En savoir plus

Témoignage

Sébastien, conducteur de machines agricoles
Conduire et réparer

"Je suis chauffeur sur tous types de machines. Actuellement, je conduis une automotrice à betteraves. Ce travail réclame de la concentration. Surtout quand on roule sur la route qui permet d'atteindre le champ à cultiver. Pas évident de conduire une machine de 17 m de long sur 4 m de large, même quand une voiture nous escorte ! En hiver, c'est la trêve : je ne roule pas, mais je m'occupe de l'entretien complet de la machine (démontage, changement de pièces...)."