Designer industriel / designeuse industrielle

Niveau d'accès :
Statut(s) :
indépendant, salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ / /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ /

Concevoir un canapé, relooker une gamme de bagages, imaginer les stands de la Foire de Paris… autant de missions relevant des compétences du designer industriel. Au service de l’entreprise, il crée pour séduire… et pour vendre !

Le designer est un créateur dont l’activité s’applique au produit industriel. Son objectif : donner à un objet, ou à un espace, une enveloppe séduisante et fonctionnelle, en intégrant des impératifs techniques et financiers. C’est un métier qui demande à la fois un bon coup de crayon, le sens du travail en équipe, une excellente connaissance des matériaux et des compétences en marketing.

Le métier

Nature du travail

De l’idée au prototype

Téléphones, chaises, portes, emballages de produits, appareils électroménagers : le designer industriel imagine toutes sortes d’objets de la vie quotidienne. Son travail se découpe en différentes étapes : pour chaque projet, il prend connaissance des diverses contraintes techniques et opère des choix qui aboutissent à plusieurs propositions. Lorsqu’une idée est retenue, elle fait l’objet de plans détaillés et de maquettes qui permettent de mieux la visualiser. Enfin, arrive la mise au point technique : on lance la production de prototypes et de pré-séries pour tester la fiabilité technique et l’accueil commercial du projet.

Des domaines d’intervention variés

Les domaines d’intervention des designers sont extrêmement variés. Le designer de produit intègre les tendances du marché, les comportements des consommateurs, les matériaux récents et les idées nouvelles pour concevoir des objets de grande consommation ou des biens d’équipement. Le designer graphique travaille sur l’identité visuelle et l’image de marque de l’entreprise : high-tech, bio, planétaire, familiale… Le designer environnement conçoit des espaces commerciaux, municipaux, de travail, des stands… favorables à la consommation et à l’image de l’entreprise ou de la collectivité.

Compétences requises

Conjuguer créativité et sens pratique

Toujours à l’affût d’une idée innovante qui le distinguera de la concurrence, le designer industriel est inventif et imaginatif. Outre ses compétences artistiques, il possède également différentes connaissances techniques et technologiques qui lui permettent de prendre en compte le confort d’utilisation, la durée de vie ou encore les normes de qualité des produits qu’il conçoit. Allier esthétique et fonctionnalité, telle est sa mission !

Maîtriser des techniques variées

Le volume, la perspective et le mouvement n’ont plus de secret pour le designer. Doué d’un excellent coup de crayon, le designer industriel maîtrise aussi les techniques de CAO (conception assistée par ordinateur).

Savoir être à l’écoute

Le designer industriel a le sens de l’écoute. Véritable homme de consensus, il doit tenir compte des différentes informations que lui communique son équipe pour concevoir un produit. Il doit également faire preuve d’autocritique et être capable de se remettre en question quand l’une de ses idées ne fait pas l’unanimité.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Un travail d’équipe

Le designer industriel travaille au sein d’une équipe qui peut se composer d’ingénieurs, de techniciens, d’informaticiens, de sociologues, de sémiologues, de spécialistes de la production, du marketing et du bureau d’études.

Du crayon à la souris

Le designer industriel exerce dans un bureau où il donne forme à ses idées en esquissant des croquis sur papier, qu’il modélise ensuite en 3D. Il passe alors de longues heures devant son ordinateur pour réaliser des images de synthèse et des maquettes numériques. Ses principaux outils : crayons et logiciels de conception graphique.

Routiniers s’abstenir !

Le designer doit sans cesse imaginer de nouveaux produits aux formes et aux fonctionnalités inédites : aucun risque pour lui d’être gagné par la routine ! Intéressé par l’actualité culturelle, les évolutions et les tendances en termes de matières, de formes, d’architecture… il cherche l’inspiration à l’extérieur, fréquente de nombreux salons et reste attentif aux autres produits.

Carrière

Petites ou grandes structures

Différentes possibilités d’insertion s’offrent aux jeunes designers à la sortie de leurs études. Les agences de design et les bureaux de création intégrés aux entreprises (Thomson, Renault, Peugeot, Ikea…) constituent toutefois les principaux débouchés. La profession est majoritairement composée de petites agences (jusqu’à 5 personnes) et les emplois se situent principalement en région parisienne et en Rhône-Alpes.

Vers la direction de création

Un designer industriel débute souvent en tant qu’assistant designer et exécute des plans, des esquisses… Puis il évolue vers des projets de plus en plus importants et, après plusieurs années d’expérience, il peut encadrer une équipe, devenir chef de projet, directeur de création ou, plus tard, design manager… voire s’installer comme indépendant.

Créer son entreprise

Un certain nombre de designers exercent leur activité à leur compte en tant que consultants indépendants ou après avoir créé leur propre entreprise. Il leur est alors nécessaire de démarcher une clientèle pour obtenir des contrats. Au démarrage, réaliser des travaux pour de grandes agences peut être une bonne opportunité : tout en étant à l’extérieur, les designers bénéficient de l’environnement porteur d’une agence.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ de 191 000 Cfp (1600 euros) à 298 000 Cfp (2500 euros) brut par mois pour un designer junior.

Accès au métier

Pour devenir designer industriel, une palette de formations existe. Il faut se renseigner sur le coût de la scolarité dans certaines écoles et la valeur des diplômes : la plupart sont reconnus par la profession, mais ils ne sont pas tous homologués par l’État. Un diplôme de bac + 2 à bac + 3 donne accès au poste d’assistant designer (BTS conception de produits industriels, design de produits, DNA option design) ; un diplôme de bac + 4 à bac + 5, au poste de designer junior.

  • Niveau bac + 2

  • BTS design de produits ; BTS conception de produits industriels
  • Niveau bac + 3

  • DNA (diplôme national d’arts) option design
  • Niveau bac + 4

  • DSAA (diplôme supérieur d’arts appliqués) design mention produit
  • Niveau bac + 5

  • Diplôme de création industrielle de l’Ensci
  • Diplômes d’écoles spécialisées (Strate Collège, Ecole de design Nantes Atlantique, Institut supérieur de design de Valenciennes (ISD Rubika), Kedge design school Toulon)
  • Diplômes d’ingénieur
  • DNSEP (diplôme national supérieur d’expression plastique) option design
  • Diplôme de l’Ensad (École nationale supérieure des arts décoratifs)
  • Master pro en design global

En savoir plus

Témoignage

François, designer industriel
Suivre un projet de A à Z

"Le travail est créatif, épanouissant, très varié. On le suit de A à Z, ce qui augmente la motivation et l'intérêt. On part de l'idée du produit, telle qu'elle apparaît dans l'esprit du client, mais aussi à partir des contraintes industrielles qui s'imposent. Puis, on conçoit petit à petit l'objet, en restant toujours en lien avec notre commanditaire. Nous sommes toujours présents au stade de la réalisation, même si notre tâche peut paraître achevée."