Directeur / directrice de magasin à grande surface

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ /
Vidéo

Responsable d’un point de vente (hypermarché, supermarché…) aux couleurs d’une enseigne, le directeur de grande surface gère et développe l’activité en appliquant la politique commerciale de la chaîne.

Dans un environnement très concurrentiel, le directeur de magasin à grande surface ressemble à un véritable chef d’entreprise. Ses responsabilités dépendent de plusieurs éléments : la taille de la surface de vente (du supermarché à l’hypermarché), le nombre de produits référencés… Et son objectif est unique : générer du trafic et développer le chiffre d’affaires, dans le respect des consignes imposées par la centrale d’achats.

Le métier

Nature du travail

Coordonner les activités du magasin

Véritable chef d’entreprise, le directeur de grande surface coordonne l’ensemble des activités du magasin, sur les plans commercial, financier et humain. Il donne son avis sur l’implantation des produits ou le réaménagement d’un rayon peu fréquenté par les clients. La gestion des frais généraux – traitement des déchets, achat de matériel, entretien des protections incendie, des meubles réfrigérés ou du chauffage… – fait partie du métier.

Garder un oeil sur les chiffres

Garant de la politique commerciale de l’enseigne, le directeur organise les animations et les opérations de promotion, selon les consignes transmises par la centrale d’achats et le siège. L’objectif ? Doper les ventes, réaliser le chiffre d’affaires prévu, voire le dépasser.

Manager sur le terrain

Le directeur n’hésite pas à sillonner les allées du magasin pour rencontrer les employés, juger de l’efficacité de ses actions et améliorer le travail des équipes. De cette façon, il s’assure aussi que les règles d’hygiène et de sécurité sont respectées.

Également manager, il fixe des objectifs motivants à ses collaborateurs, s’occupe des recrutements (caissiers, chefs de rayon, comptables…), de la formation du personnel, des emplois du temps des employés, de l’encadrement du comité d’entreprise…

Compétences requises

La bosse du commerce

Mieux vaut avoir la fibre commerciale, savoir jongler avec la TVA (taxe sur la valeur ajoutée) et les marges pour occuper ce poste. Mais ce n’est pas qu’une question de chiffres. L’animation et la gestion d’une équipe de salariés requièrent des qualités relationnelles, une grande disponibilité et une capacité d’écoute réelle pour régler les problèmes sur le terrain. Les plus gros hypermarchés peuvent employer jusqu’à 800 personnes. Le poste de directeur exige une grande disponibilité ; les tâches sont multiples et présentent souvent un caractère d’urgence.

Réactivité et polyvalence

Aujourd’hui, concurrence oblige, on attend du directeur qu’il soit un homme de marketing, capable d’analyser le marché et les attentes des clients, voire de les anticiper. Si un produit se vend mal, si le chiffre d’affaires décline, le directeur doit réagir immédiatement. Dynamique et polyvalent, il doit savoir innover, avoir de l’imagination pour attirer le client, et proposer des idées pertinentes. Bref, c’est un vrai stratège…

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Plus de 35 heures hebdomadaires

En général, les magasins des grandes villes ferment tard le soir. Les journées d’un directeur de grande surface commencent dès 7 heures (l’heure des livraisons), et se terminent vers 20 heures. Il passe en moyenne 60 % de son temps de travail… au magasin.

Échanges et dialogues quotidiens

Le directeur maintient un dialogue constant avec le personnel : responsables de secteur (non alimentaire, produits frais…), chefs de rayon (livres, peinture…), vendeurs, caissiers et employés de bureau (chefs des secteurs caisse et logistique, contrôleur de gestion, responsable du recrutement éventuellement). Visites des magasins de la chaîne dans la région, réunions avec leurs directeurs, rendez-vous avec les producteurs locaux… nécessitent des déplacements à l’extérieur.

Autonomie variable

Le degré d’autonomie du directeur dépend des enseignes (magasins intégrés à un grand groupe ou indépendants) et de la structure d’encadrement mise en place. S’il recrute et forme son équipe de vendeurs, il ne choisit pas totalement les gammes de produits. La centrale d’achats de l’enseigne édite les règles. Plus la surface de vente est importante, plus ses responsabilités augmentent !

Carrière

Reprise modérée des ventes

La Fédération des entreprises du commerce et de la distribution note une reprise de l’activité des commerces de détail, notamment dans l’alimentation. Une légère baisse des effectifs a été enregistrée dans les hypermarchés et les supermarchés. Les CDI (contrats à durée indéterminée) demeurent prépondérants dans le secteur avec 89 % des salariés concernés.

L’expérience, un atout indispensable

Le poste de directeur de magasin n’est pas immédiatement accessible aux jeunes diplômés. Les recruteurs réclament une expérience préalable de plusieurs années dans d’autres fonctions : chef de rayon, puis responsable de secteur, éventuellement directeur adjoint. La promotion interne est la voie la plus fréquente pour accéder à la fonction de direction. Dans le secteur indépendant, la perspective de carrière peut passer par l’acquisition d’un magasin.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ 358 000 Cfp (3000 euros) brut par mois.

Accès au métier

BTS (brevets de technicien supérieur) et DUT (diplômes universitaires de technologie) sont les diplômes de base pour accéder au poste de directeur de magasin.Mais, à ce niveau de responsabilité, les recruteurs leur préfèrent une licence professionnelle ou, mieux, un master professionnel.

  • Niveau bac + 2

  • BTS management des unités commerciales
  • DUT techniques de commercialisation
  • Titre de gestionnaire d’unité commerciale, option généraliste ou spécialisée du réseau Négoventis, dépendant des CCI (chambres de commerce et d’industrie)
  • Diplôme d’école de commerce avec une spécialisation en distribution, marketing ou gestion
  • Niveau bac + 3

  • Licence pro Distrisup Management (ex-Distech) spécialisée en commerce et distribution
  • Diplôme d’école supérieure de commerce et de gestion dépendant des CCI

Niveau bac + 5

  • Master pro sciences des organisations mention marketing et stratégie, spécialité distribution et relation client ; droit, économie, gestion, mention commerce-marketing, spécialité distribution-vente ; droit, économie, gestion, mention distribution et marketing, spécialité management de la distribution…

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Après le BAC

niveau 3 (bac + 2)

Formations dans le reste de la France

Après le BAC

niveau 3 (bac + 2)

En savoir plus

Témoignage

Marc, directeur d'un hypermarchéLeclerc à Dijon (21)
Toujours sur le qui-vive

"Je suis constamment en mouvement. Le matin, je fais le tour du magasin, pour saluer les employés, mais également pour vérifier que tout est en ordre dans les rayons. À l'ouverture, je m'assure que chacun est à son poste, qu'il n'y a pas de rupture de produit, que le magasin est propre... Tout doit être prêt pour l'arrivée des clients. Tout au long de la journée, je contacte les responsables de rayon, les fournisseurs, afin de gérer au mieux nos politiques commerciales. L'important dans ce métier : savoir de quoi on parle, surtout quand on gère une équipe de 150 personnes. J'ai débuté comme employé, je suis passé chef de rayon, puis j'ai eu l'opportunité d'accéder au poste de chef de département, et enfin je suis devenu directeur de magasin. Ce parcours m'a appris à être réactif et à cibler les problèmes. Il faut être disponible, attentif en permanence, et ne pas perdre de vue que l'on doit satisfaire le client."