Domoticien / domoticienne

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/
Centre(s) d'intérêt(s) :

Éteindre une chaudière via Internet, allumer une lampe à la voix, une alarme qui se déclenche en cas de fuite d’eau… le domoticien installe les équipements de domotique rendant nos habitats plus intelligents, plus écologiques et plus confortables.

Spécialiste des systèmes automatiques gérés à distance, le domoticien exploite ses connaissances en informatique, en électronique et en électrotechnique pour trouver des solutions à nos problèmes et améliorer notre qualité de vie. Il doit continuer à se former tout au long de sa carrière pour rester à la pointe des innovations. Son bon relationnel et son sens des responsabilités sont ses meilleurs atouts pour capter et fidéliser une clientèle.

Le métier

Nature du travail

Au service de l’habitat intelligent

Le rôle de la domotique est de faire communiquer en réseau les équipements d’une maison. C’est une centrale qui va faire fonctionner automatiquement à distance l’éclairage, le chauffage, la vidéosurveillance, etc. Pour cela, le domoticien installe des objets techniques (sondes, circuits électriques, programmes informatiques, équipements de télécommunications) qui captent et transmettent des informations.

Conseil et suivi auprès du client

Après avoir cerné les besoins du client (porte automatique, système d’alarme, volets), le domoticien lui propose des solutions techniques. Il supervise ensuite l’installation du matériel et procède en général lui-même à sa mise en service. Il assure également un suivi auprès de l’utilisateur. Au moindre dysfonctionnement, il envoie sur place des agents de maintenance. Dans les cas les plus complexes, il se déplace lui-même pour effectuer un diagnostic.

Plus rarement, concevoir

La plupart du temps, le domoticien se contente de prescrire du matériel et de surveiller sa mise en place. Cependant, il lui arrive parfois de participer à sa conception. Il travaille alors dans un bureau d’études, chez un constructeur ou sous l’autorité d’ingénieurs.

Compétences requises

Polyvalence

La domotique se situe au croisement de nombreuses disciplines : informatique, électrotechnique, électronique, automatique, télécommunications, etc. Pour accéder à cette profession, polyvalence, ouverture d’esprit et curiosité intellectuelle sont des atouts essentiels.

Curiosité intellectuelle

Quand on exerce un métier aussi technique et réglementé que celui de domoticien, il est vital de consulter la presse spécialisée, de fréquenter des salons professionnels, et de suivre des formations pour se tenir en permanence au courant des dernières innovations. Une bonne connaissance de l’anglais est par ailleurs indispensable pour pouvoir comprendre les notices d’utilisation, et échanger avec les spécialistes internationaux.

Sens du service

Pour analyser la demande du client et cerner ses besoins, des qualités d’écoute sont nécessaires. Il faut aussi avoir de l’aisance dans la communication, la capacité à s’adapter à son interlocuteur et suffisamment de pédagogie pour lui rendre compréhensibles des informations très techniques.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Au bureau et sur le terrain

Le domoticien partage son temps entre son bureau, où il accueille les clients et élabore des devis, et les bâtiments (individuels ou collectifs) dans lesquels il se déplace pour réaliser l’installation, la mise en service et le suivi des systèmes automatisés.

Installation et maintenance

Environ 15 000 personnes travaillent actuellement en France dans le domaine de la domotique et de l’immotique (gestion technique des immeubles). La majorité des emplois se trouve chez des entrepreneurs du bâtiment, des installateurs d’équipements techniques ou des sociétés de maintenance.

Carrière

La fin du gadget

Jusqu’ici cantonné à quelques projets expérimentaux et réservé aux milliardaires à la recherche du dernier gadget à la mode, le marché de la domotique est en train de se démocratiser. De plus en plus de municipalités font par exemple appel au domoticien pour faciliter le maintien à domicile ou dans des résidences médicalisées de personnes âgées ou en situation de handicap (prévention et détection des chutes, fauteuil déambulateur intelligent, etc.).

Un avenir sécurisé

Avec une formation adéquate en domotique, trouver un emploi est quasi automatique. La demande est en forte croissance, d’autant plus que les évolutions technologiques sont exponentielles, et le marché en effervescence.

L’essor de l’immotique

L’immotique, c’est-à-dire l’application de la domotique à des immeubles entiers, semble aussi promise à un bel avenir, tout comme l’urbatique (ville entièrement mise en réseau), un autre secteur novateur. Les professionnels parlent aussi de GTB (gestion technique du bâtiment) ou de GTC (gestion technique centralisée). Une activité promise à un bel avenir, qui marie haute technologie et souci d’économies (d’énergie, notamment).

Salaire du débutant (base métropolitaine)

À partir de environ 191 000 Cfp (1600 euros) brut par mois pour un bac + 2.

Accès au métier

Un BTS, voire plus

Le métier de domoticien est accessible directement après un BTS, mais les étudiants peuvent poursuivre en licence pro ou en master pour accroître leurs compétences techniques, voire aller jusqu’au diplôme d’ingénieur.

  • Le BTS fluides, énergies, domotique option domotique et bâtiments communicants est le plus adéquat, on note aussi le BTS électrotechnique
  • Licence pro domotique ou métiers de l’électronique
  • Master mention électronique, énergie électrique, automatique (domotique et réseaux intérieurs) ou énergétique, thermique
  • Diplôme d’école d’ingénieurs pour rejoindre une filière en relation avec la domotique ou l’immotique, soit en génie climatique et énergétique, soit en génie thermique, soit en télécommunications

En savoir plus

Témoignage

Alain, domoticien
Une responsabilité importante

"Mon métier consiste à placer des systèmes de détection incendie dans un certain nombre de bâtiments, en particulier des maisons de retraite. Une fois que l'électricien a réalisé l'installation, j'assure la mise en service. En utilisant mon ordinateur portable, je raccorde les centaines de détecteurs nichés dans les plafonds à un tableau truffé de cartes électroniques et de voyants. Je vérifie les programmations informatiques et je procède à divers essais avant de délivrer le procès-verbal de bon fonctionnement. C'est une responsabilité importante."