Ergonome

Niveau d'accès :
Statut(s) :
fonctionnaire, salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ /

L’ergonome conçoit et améliore des lieux de vie, des objets ou des postes de travail afin de les adapter au maximum aux besoins des utilisateurs, en termes de confort, sécurité et efficacité.

Les entreprises et collectivités font appel à l’ergonome pour améliorer leurs performances, concevoir des organisations de travail et de nouveaux produits, organiser la production, prévenir les risques professionnels, etc. L’approche globale de ce professionnel doit viser une meilleure adaptation des situations, des lieux, des produits… L’ergonome travaille dans les domaines de la santé, du handicap, de la médecine du travail, de la sécurité, de l’informatique, de l’ingénierie et de l’architecture.

Le métier

Nature du travail

Analyser

À la demande d’une entreprise ou d’une collectivité qui souhaite, par exemple, réduire les risques d’accident ou améliorer les conditions de travail, l’ergonome commence par analyser l’existant en réalisant une étude de terrain. Aménagement des locaux, bureaux, postes de travail, organisation de la production, matériels utilisés… tout est passé au crible. Il examine ensuite la dimension humaine du travail, en particulier les effets de l’activité sur la santé des personnes. Cette phase est faite d’observations, d’entretiens avec les personnes concernées, de vidéos…

Diagnostiquer

À partir des éléments recueillis sur le terrain, l’ergonome rédige une offre d’intervention et formule des recommandations. Il suggère aussi des changements dans le choix des matériels ou de l’éclairage, par exemple.

Faciliter les changements

En collaboration avec d’autres professionnels, l’ergonome en milieu industriel conçoit des produits plus efficaces, réorganise les postes de travail, améliore les notices d’utilisation, participe à l’évolution du contenu des tâches. Il est aussi chargé de rappeler et de faire appliquer les normes existantes. Toute nouvelle machine installée dans une entreprise doit comporter des certificats de conformité qui engagent la responsabilité de l’ergonome.

Compétences requises

Profil pluridisciplinaire

L’ergonome travaille en suivant une méthodologie d’intervention spécifique à sa profession mais, comme son approche est globale, il doit tenir compte de différents facteurs (physiques, cognitifs, sociaux, organisationnels et environnementaux) en plus des spécificités propres au secteur et à l’entreprise dans laquelle il intervient. Outre une solide culture générale et scientifique, il possède des connaissances en physiologie, psychologie, sociologie, linguistique, informatique, droit du travail…

Attentif et négociateur

L’ergonome sait écouter et dialoguer, analyser et synthétiser les faits observés. Amené à conduire des projets, il doit saisir l’importance des enjeux et parvenir à faire dialoguer des parties aux points de vue différents. Il doit en outre savoir rester à sa place sans prendre parti et posséder des capacités de conviction pour faire passer ses idées avec douceur et fermeté.

Il doit être curieux, créatif et faire preuve d’innovation car, parfois, il est amené à trouver des solutions qui n’existent pas encore ou à trouver un compromis inédit pour satisfaire différents points de vue. Une veille sur ses domaines d’intervention et le recours à la formation continue lui permettent de rester efficace.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Au coeur de l’entreprise

L’ergonome intervient au coeur de l’entreprise. Il élabore des questionnaires d’enquête, interroge les salariés afin de connaître leurs problèmes, observe leurs gestes et déplacements, l’ambiance de travail. Il a recours aux entretiens individualisés, aux réunions, mais aussi à la prise de vue (photos, vidéos…). Il se déplace donc beaucoup entre l’entreprise cliente et son bureau s’il est indépendant, ou entre les différents services de l’entreprise s’il est salarié. Il doit adapter son emploi du temps et ses horaires en fonction de ses interlocuteurs.

De nombreux interlocuteurs

Selon le type d’intervention, l’ergonome travaille avec des architectes (pour créer ou rénover des bureaux), des ingénieurs (pour mettre au point des systèmes de production ou de nouveaux produits), des médecins du travail (pour la prévention des risques), des représentants des salariés (pour mettre en place de nouvelles procédures), des informaticiens (pour organiser des sites, des logiciels…). Il doit s’adapter aux demandes de chacun sans perdre son objectif de vue : améliorer les conditions de travail.

Carrière

De l’entreprise à la recherche

L’ergonome peut travailler dans une grande entreprise (publique ou privée) où il est rattaché à divers services : recherche et développement, méthodes, ressources humaines, marketing… On le trouve également dans les cabinets d’ingénierie où il conçoit de nouvelles machines (ou des installations) pour les entreprises, dans les organismes de maintien des personnes handicapées dans leur emploi, dans les services de santé au travail, dans les cabinets de consultants en ergonomie.

S’il est formé à la recherche, il peut intégrer, en tant qu’enseignant-chercheur, un centre de recherche scientifique.

De consultant à libéral

Le plus souvent, le jeune ergonome commence sa carrière dans un cabinet de consultants. Par la suite, il peut intégrer une entreprise ou se mettre à son compte, en libéral. La plupart des ergonomes sont généralistes mais, en fonction de leur expérience, ils peuvent être amenés à se spécialiser dans un secteur d’activité ou un champ d’intervention : hôpital, industrie à risques, chaîne de production, handicap, conception d’espaces de travail…

Salaire du débutant (base métropolitaine)

Environ environ 298 000 Cfp (2500 euros) brut par mois.

Accès au métier

Le métier d’ergonome est accessible avec un bac + 5. Il existe des parcours de formation ciblés sur des applications particulières de l’ergonomie, comme la conception de produits, les situations de travail… par exemple.

  • Niveau bac + 5

  • Master mentions ergonomie ; psychologie sociale, du travail et des organisations ; STAPS : ingénierie et ergonomie de l’ activité physique…

En savoir plus

Témoignage

Déborah, ergonome
Aider les travailleurs handicapés

"Travaillant dans une association de maintien dans l'emploi de travailleurs handicapés, je suis intervenue dernièrement sur le cas d'un contrôleur technique automobile qui éprouvait de fortes douleurs au dos."

"J'ai proposé de modifier le pont lui permettant d'effectuer ses contrôles : installation de 2 points d'ancrage au lieu de 4 pour pouvoir faire le tour du véhicule ; positionnement de la voiture plus haut pour libérer les roues et éviter les manipulations intermédiaires ; éclairage plus fort."