Ingénieur / ingénieure combustion et brûleurs

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/
Centre(s) d'intérêt(s) :
/

Spécialiste des chaudières industrielles, l’ingénieur combustion et brûleurs conçoit des équipements à la pointe de l’innovation technique, qui permettent de produire plus d’énergie en polluant moins.

L’ingénieur combustion et brûleurs conçoit des équipements pour chaudières industrielles. Il améliore les brûleurs existants et met en oeuvre de nouveaux procédés pour améliorer leurs performances. Ses équipements à la pointe de l’innovation technique permettent de produire plus d’énergie en polluant moins. Au programme : études, calculs, réalisation de plans et de schémas. Il assiste aussi l’équipe commerciale et encadre les techniciens. Il travaille dans le secteur de l’énergie.

Le métier

Nature du travail

De la conception à la validation

L’ingénieur combustion conçoit des brûleurs et des équipements pour chaudières industrielles. Il met en oeuvre de nouveaux procédés pour améliorer les performances des brûleurs existants et des chaudières à tubes de fumées. Au programme : études, calculs, réalisation de plans et de schémas. Il peut s’agir, par exemple, de produire plus d’énergie avec moins de combustible. L’utilisation d’un nouveau composant de compression thermique permet ainsi de développer une nouvelle génération de chaudières réduisant la consommation de 25 % à 60 %, par effet de pompe à chaleur. Il est le garant des délais, des coûts et de la qualité des études de conception. Il valide les nouvelles techniques. Il travaille à la fois à la rénovation d’équipement ancien et à la conception d’équipement neuf. Il s’occupe aussi des équipements annexes : ventilateurs, réchauffeurs d’air…

Une expertise technique

Il assiste l’équipe commerciale lors de la rédaction des devis, en apportant son expertise. Il participe aussi à la formation technique des commerciaux et encadre les techniciens du service après-vente. Il supervise l’assistance technique fournie au client lors de la mise en service d’un nouvel équipement. Enfin, il établit un bilan du fonctionnement des installations.

Compétences requises

Posséder un savoir pointu

L’ingénieur combustion et brûleurs doit maîtriser la mécanique des fluides et les phénomènes de combustion, ainsi que les automatismes et régulations associés aux brûleurs. Il sait mesurer les polluants éventuels et expliquer leur formation. Toujours à la pointe, il assure une veille sur les évolutions technologiques : nouveaux matériaux, produits, équipements… Il sait également rédiger des documents à caractère technique.

Connaître la régulation

Aujourd’hui, les bureaux d’études doivent prendre en compte la législation environnementale, notamment la réglementation sur la réduction des émissions de polluants (CO2, oxyde d’azote et particules nocives…) dans l’atmosphère. L’ingénieur combustion et brûleurs doit connaître et appliquer ces nouvelles normes de sécurité et contraintes réglementaires.

Savoir encadrer

Il doit savoir manager et faire preuve d’esprit d’équipe et d’autonomie dans l’organisation de son activité. En effet, il gère à la fois les projets et les hommes, et doit se montrer bon communicant autant que bon scientifique. Créatif, il doit être force de proposition et assurer l’application de nouveaux procédés.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Au bureau ou sur site industriel

La partie conception se fait généralement au bureau, au siège de son entreprise, mais l’ingénieur combustion et brûleurs se déplace aussi ponctuellement sur les sites industriels des clients, lors de la mise au point d’améliorations spécifiques. Il peut s’agir d’intervenir dans des centrales thermiques à flamme, qui utilisent la combustion du charbon, du gaz ou du fioul (pétrole raffiné) pour produire de l’énergie. Il suit alors les mesures de sécurité drastiques mises en place sur ces sites potentiellement dangereux (port de détecteurs de gaz, de vêtements de protection, de matériel antidéflagrant…).

Mobilité et anglais obligatoire

Avec des déplacements à l’étranger assez fréquents, soit chez les clients, soit au sein des filiales de son entreprise, l’ingénieur combustion et brûleurs parle couramment l’anglais.

Statut cadre

Ingénieur, il a le statut de cadre supérieur. Ses horaires sont variables, adaptés à l’évolution des projets en cours. Il est parfois soumis à des astreintes.

Carrière

Un secteur à la pointe de l’innovation

L’ingénieur combustion et brûleurs travaille dans l’industrie, dans le secteur de l’énergie, chez un fabricant de brûleurs industriels ou d’installations de combustion. Son entreprise peut être spécialisée dans un type de chaudière innovante de grande puissance, comme les chaudières  » à lit fluidisé circulant  » qui fonctionnent à faible température et diminue les rejets en oxydes d’azote, responsables de l’effet de serre.

En grande entreprise, en PME ou en bureau d’études

Il peut aussi être chargé d’études au sein du département procédés d’une entreprise, comme Alstom, ou bien rattaché à la direction industrielle d’une entreprise spécialisée dans les nouvelles technologies de l’énergie. Il peut aussi travailler en bureau d’études spécialisé, dans une société de conseil et d’ingénierie ou encore dans une grande entreprise de l’énergie comme EDF.

Évolution de carrière

Par la suite, il peut diriger un bureau d’études ou s’orienter vers des fonctions commerciales en devenant ingénieur d’affaires.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ de 298 000 Cfp (2500 euros) à 346 000 Cfp (2900 euros) brut par mois.

Accès au métier

Ce métier d’ingénieur est accessible après un bac + 5.

  • Niveau bac + 5

  • Diplôme d’ingénieur spécialisé en génie thermique, génie thermodynamique, génie énergétique ou mécanique des fluides…
  • Master en thermique, énergétique, mécanique des fluides…

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Aucune formation disponible en Nouvelle-Calédonie

Formations dans le reste de la France

Après le BAC

niveau 1 (bac + 5 et plus)

En savoir plus