Ingénieur / ingénieure essais

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ / / /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ /

Entre les fonctions recherche-études et fabrication, l’ingénieur essais a la responsabilité d’un programme de tests, depuis sa conception jusqu’à la mise au point du produit. Son rôle est déterminant avant la mise en production en grande série.

Entre la recherche-études et la fabrication, l’ingénieur essais a la responsabilité d’un programme de tests, depuis sa conception jusqu’à la mise au point, en passant par l’analyse des données. Il encadre généralement une équipe de techniciens essais et partage son temps entre son bureau et les lieux de tests : atelier, piste automobile, voies ferrées, etc. C’est un travail varié, en relation avec de nombreux secteurs de l’entreprise. Des compétences techniques et relationnelles sont requises.

Le métier

Nature du travail

Anticiper les défaillances

L’ingénieur essais est chargé de prévoir tous les dangers susceptibles de perturber la vie des produits. Ainsi, dans le secteur ferroviaire, il vérifie que les trains sont sûrs et confortables avant leur mise en circulation. Les tests opérés incluent la sécurité, la résistance des structures, le freinage, le confort acoustique et thermique, les vibrations, le respect de l’environnement…

Organiser les essais

Il travaille en concertation avec les services de recherche dont il étudie les travaux. Il détermine les essais à effectuer, définit la méthodologie des mesures et des tests à appliquer sur le produit. Les procédures, les moyens matériels et humains, le coût des opérations et les délais prévus : tout est scrupuleusement consigné sur le cahier des charges.

Coordonner les travaux

Il encadre les techniciens essais qui réalisent les tests, centralise leurs résultats, puis les analyse. Ses comptes rendus contribuent à la mise au point ou à l’amélioration du produit. Il travaille en lien avec différents services de l’entreprise et coordonne la majorité des travaux dans son bureau. Mais il dirige aussi des expériences en atelier, puis sur le terrain, dans les conditions les plus critiques.

Compétences requises

Physique et CAO

Cet ingénieur doit maîtriser les mesures physiques et les moyens de tests, ainsi que les logiciels de CAO et DAO (conception et dessin assistés par ordinateur). Il a en outre des connaissances en électronique, mécanique, informatique et électricité.

Analyse et créativité

L’ingénieur essais doit faire preuve d’une bonne capacité d’analyse et de synthèse, en plus de compétences managériales. Son sens de la créativité sera également sollicité pour imaginer des solutions ainsi qu’une grande adaptabilité. En effet, les projets et les problèmes rencontrés peuvent être très divers et l’ingénieur doit être en mesure de décider rapidement de la marche à suivre.

Fiabilité et rigueur

L’ingénieur essais donne son feu vert pour lancer la production à grande échelle. Ses travaux et recommandations doivent donc être d’une grande rigueur. Pour certains produits, il est capable de donner les seuils de tolérance à ne pas dépasser pour optimiser la maintenance préventive (effectuée avant la panne) en phase d’exploitation.

La maîtrise de l’anglais est nécessaire, ainsi qu’un bon sens relationnel.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

En lien avec plusieurs services

L’ingénieur essais se situe entre la recherche-études (à laquelle il peut être rattaché) et la fabrication. Parfois, sa fonction est assurée directement par les ingénieurs recherche et développement ou par le laboratoire de recherche.

L’ingénieur essais est en relation avec de nombreuses fonctions de l’entreprise qui ont recours à ses conseils ; ses capacités relationnelles sont donc appréciées.

Chef d’équipe

En général, l’ingénieur encadre une équipe de plusieurs techniciens essais qui réalisent les tests qu’il a planifiés en amont. Pour la phase de test proprement dite, il se rend en atelier ou sur le terrain. En fonction des produits testés, cela peut être un banc d’essais, une piste automobile, le cockpit d’un avion ou encore un laboratoire de métrologie pour les mesures les plus fines.

Au bureau et sur le terrain

Pour autant, une grande partie du travail de ce scientifique de haut niveau se passe dans son bureau pour la conception, l’analyse des données, la rédaction des rapports, etc.

Carrière

De nombreux secteurs d’activité

L’ingénieur essais peut exercer dans un grand nombre de secteurs : l’automobile, l’aéronautique et le spatial, le naval, le ferroviaire, la mécanique, la métallurgie, l’électricité, l’électronique, l’informatique… Il est particulièrement présent dans les grands groupes.Les secteurs de haute technologie tels que la chimie, l’aéronautique ou les équipementiers spécialisés sont cependant les plus friands d’ingénieurs essais.

Plusieurs évolutions possibles

Un ingénieur essais peut, après quelques années d’expérience, évoluer vers la direction d’un bureau d’études ou d’un service de recherche-développement par exemple. À moins qu’il ne préfère devenir chef de projet.Il peut également envisager une évolution transversale et prendre la tête d’un service qualité, gestion de la production, méthodes ou encore ordonnancement.

De la place pour les bac + 2

Il est rare qu’un ingénieur essais reste plus de 10 ans dans cette fonction ou qu’il occupe ce poste en premier emploi. Par conséquent, les techniciens titulaires d’un bac + 2 qui auront acquis de l’expérience dans le secteur peuvent également prétendre à cette fonction.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ 346 000 Cfp (2900 euros) brut par mois.

Accès au métier

Ce métier est accessible avec un diplôme d’ingénieur ou un master. Les techniciens supérieurs qui auront acquis une expérience de plusieurs années dans le secteur pourront également envisager ce poste.

  • Niveau bac + 5

  • Diplôme d’ingénieur généraliste ou spécialisé en mécanique, aéronautique, etc.
  • Master industriel (mécanique, aéronautique, électronique, informatique, matériaux) ou scientifique (mesures physiques par exemple)

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Aucune formation disponible en Nouvelle-Calédonie

Formations dans le reste de la France

Après le BAC

niveau 1 (bac + 5 et plus)

En savoir plus