Ingénieur / ingénieure production dans les biotechnologies

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ / / /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/

Objectifs : qualité et rendement ! L’ingénieur production dans les biotechnologies coordonne un travail d’équipe pour livrer des produits (vaccins, extraits d’algues, biocarburants…) conformes au plan de production qu’il a lui-même établi.

Au sein d’une entreprise du médicament, de la cosmétique, de l’alimentaire, de l’environnement ou de l’énergie… l’ingénieur production dans les biotechnologies améliore le rendement, en tenant compte des impératifs liés aux spécificités de fabrication et des procédures. Il met en place des mesures de prévention et de sécurité, contrôle l’état de marche des machines, s’assure de l’approvisionnement en matières premières, etc. Il identifie les anomalies et établit un plan d’action en cas de problème (commande de dernière minute, matériel défectueux, manque de personnel…).

Le métier

Nature du travail

Produire plus et mieux

Maître d’oeuvre de toute la production, l’ingénieur production dans les biotechnologies tente d’en améliorer le rendement, en tenant compte des impératifs liés aux spécificités de fabrication (composants biologiques, utilisation d’automates…) et en respectant des procédures strictes.

Parer aux imprévus

Un grain de sable dans les rouages ? Il en fait son affaire ! Pour anticiper tout risque, il met en place des mesures de prévention et de sécurité, contrôle l’état de marche des machines, s’assure de l’approvisionnement en matières premières, etc. Son rôle est avant tout d’identifier les anomalies éventuelles. Lorsque survient un problème (commande de dernière minute, matériel défectueux, manque de personnel…), à lui d’établir, en urgence, un plan d’action pour y remédier.

Coordonner les équipes

Dans une équipe, chacun doit savoir ce qu’il doit faire. Pour s’en assurer à l’échelle d’une usine, l’ingénieur production dans les biotechnologies veille à l’harmonie des tâches, au respect des normes (hygiène, sécurité, qualité…), à l’optimisation des coûts et des délais…

Compétences requises

Avoir une culture scientifique à jour

Le développement des nouvelles technologies et l’émergence des biomédicaments nécessitent une mise à jour régulière des compétences scientifiques, notamment en biologie (biologie cellulaire, biologie moléculaire, microbiologie, etc.) de l’ingénieur production dans les biotechnologies.

Savoir manager

Ce professionnel est un meneur d’hommes. Il planifie et coordonne le travail de ses équipes. Il choisit l’affectation d’un technicien à un poste donné, en fonction du plan de production et de ses compétences individuelles. Il fixe des objectifs à ses collaborateurs, établit leurs bilans de performances. Il prévoit aussi leurs formations. Il a un très bon relationnel et du goût pour le travail en équipe.

Être un organisateur hors pair

Il a également le sens de l’organisation et sait gérer plusieurs tâches en parallèle. Il doit résoudre le plus efficacement possible les problèmes de flux, de maintenance et de qualité. Réactif, il sait trouver une solution rapide en cas de dysfonctionnement. Il lit des documents techniques, généralement écrits en anglais.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

En unité de fabrication

L’ingénieur production dans les biotechnologies travaille au sein d’une unité de fabrication, dans les entreprises du médicament, de la cosmétique, de l’alimentaire ou encore de l’environnement et de l’énergie. Il y supervise le travail de production. En biotechnologie  » bleue  » (biotechnologie marine), par exemple, il supervise la production de micro-algues (utiles en cosmétique), produites par des bioréacteurs au sein d’un laboratoire.

Avec une tenue réglementaire

Intervenant dans un environnement de travail aseptisé, les règles d’hygiène et de sécurité imposent le port d’une tenue particulière : blouse, gants, parfois même masque, lunettes et charlotte sur la tête…

Un travail en équipe

L’ingénieur production dans les biotechnologies entretient un dialogue permanent avec les différents services de l’entreprise qui l’emploie (qualité, recherche et développement, finance, logistique, etc.). Il dirige également une équipe de production.

Carrière

De perspectives d’avenir favorables

Secteur jeune, les biotechnologies sont en plein développement. 38 % des sociétés ont entre 5 et 10 ans. Quelques-unes d’entre elles dépassent les 100 salariés, alors que le nombre moyen de collaborateurs est de 25. C’est dans le domaine de la santé que les biotechnologies ont connu leurs premières applications et qu’elles restent les plus dynamiques : recherche contre le cancer, thérapie génique, biomédicaments… D’autre part, la démarche qualité étant en plein essor dans les entreprises du médicament, elle s’étend à de nouveaux domaines : marketing, distribution, conseil… Le secteur de la cosmétique, qui utilise lui aussi les biotechnologies, est très dynamique : il est le 3e secteur exportateur dans l’industrie après l’aéronautique et l’agroalimentaire.

Des évolutions possibles

L’ingénieur production dans les biotechnologies peut évoluer, avec une certaine expérience, vers des fonctions d’ingénieur contrôle qualité. Il peut aussi s’orienter vers des postes de responsable logistique, responsable des achats industriels ou encore responsable méthodes, avec une formation complémentaire si nécessaire.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

À partir de environ 298 000 Cfp (2500 euros) brut par mois.

Accès au métier

Le métier d’ingénieur production en biotechnologies est accessible avec un bac + 5 au minimum.

  • Niveau bac + 5

  • Master en gestion de production, génie des procédés, chimie, biologie ; en infectiologie, médicaments…
  • Diplôme d’ingénieur en gestion de production, génie des procédés, chimie, biologie ou pharmacie industrielle
  • Niveau bac + 6 et plus

  • Diplôme d’État de docteur en pharmacie
  • Diplôme d’État de docteur vétérinaire

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Aucune formation disponible en Nouvelle-Calédonie

Formations dans le reste de la France

Après le BAC

niveau 1 (bac + 5 et plus)

En savoir plus