Ingénieur / ingénieure qualité moteur

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ / / / /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/

L’ingénieur qualité moteur met au point des moteurs pour chaque appareil roulant ou volant. À lui de garantir la qualité de ces moteurs. De la conception à l’industrialisation, il intervient à tous les stades de leur fabrication.

L’ingénieur qualité moteur conçoit, par exemple, des systèmes de propulsion pour lancer un satellite en orbite ou faire décoller un aéronef. Après avoir choisi les composants, défini l’architecture de l’élément et son intégration dans l’aéronef, il repère et supprime les défaillances. Après une phase d’études, un prototype est construit et est soumis à des essais et des tests au sol. Le métier s’exerce surtout au sein des (très) grandes entreprises de construction et de maintenance aéronautique (motoristes, avionneurs, équipementiers, compagnies aériennes…) ou des organismes de recherche spatiale.

Le métier

Nature du travail

Spécialiste du démarrage

L’ingénieur qualité moteur conçoit, par exemple, des systèmes de propulsion qui, en éjectant des gaz à grande vitesse, permettent de lancer un satellite en orbite ou de faire décoller un aéronef. Son premier travail : choisir les composants, définir l’architecture de l’élément et son intégration dans l’aéronef. À lui de repérer et de supprimer toute défaillance. Ensuite, il élabore le réservoir où l’on stockera les fluides propulsifs, le moteur dans lequel ils seront brûlés, la tuyère pour éjecter les gaz, le système de pressurisation…

Vérifier la conformité

Une fois la phase d’études terminée, un prototype est construit. Des équipes internes d’essais et des organismes de certification le testent au sol, et éventuellement en vol (pour les avions, fusées…). L’ingénieur qualité moteur analyse ensuite les résultats, et vérifie qu’ils sont conformes aux attentes établies durant la conception, en termes de performances et de sécurité.

Coordonner les équipes

L’ingénieur qualité moteur anime et coordonne les actions menées, de la conception au développement du moteur en passant par les essais et la production des composants, pour s’assurer de la qualité à chaque étape. Toujours dans ce souci, il prévient ou traite chaque anomalie qui survient dans le processus.

Compétences requises

La tête dans le moteur

Bien évidemment, l’ingénieur qualité moteur est un passionné de mécanique qui doit parfaitement connaître le fonctionnement et les caractéristiques d’un moteur. La maîtrise des outils liés à la qualité lui est également indispensable, notamment les statistiques, les méthodes de résolution de problèmes ou les techniques de mesure, pour les analyses de risques, les analyses causales, etc.

Bon communicant

Si les compétences techniques, l’esprit d’analyse et de synthèse sont essentiels à l’ingénieur qualité moteur, elles ne suffisent pas pour autant. La concertation et le travail en équipe sont également indispensables.

In english, please !

L’ingénieur qualité moteur doit parfaitement maîtriser l’anglais, en particulier dans le monde très international de l’aéronautique où les documents et rapports techniques sont généralement rédigés en anglais.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Un travail de spécialistes

Membre d’une équipe pluridisciplinaire, l’ingénieur qualité moteur étudie une pièce d’un moteur selon sa spécialité, en utilisant les outils de modélisation et de simulation numériques. Plus concrètement, il définit les mesures à prendre avec les responsables des différents services pour améliorer la qualité des moteurs produits. Pour l’élaboration d’une nouvelle pale de moteur par exemple, il s’appuie sur le spécialiste en aérodynamique, qui propose un profil plus performant. Le thermicien établit alors une estimation de la température subie par la pièce. Enfin, l’ingénieur mécanicien étudie la structure et les matériaux, et vérifie que la nouvelle pièce résistera aux sollicitations auxquelles elle sera soumise. Le dialogue est également très fréquent avec les ouvriers, concepteurs, fournisseurs, sous-traitants…

Sensibiliser le personnel

L’ingénieur qualité moteur contribue à la production et au bon rendement de l’entreprise, sans négliger les normes d’hygiène, de sécurité et d’environnement. À lui de donner l’exemple, et parfois de la voix, pour se faire entendre auprès de ses collègues… Professionnel du contact, il arpente ateliers et bureaux pour amener ses collègues à intégrer les exigences de la qualité dans leurs comportements quotidiens.

Carrière

Grands espaces

L’ingénieur qualité moteur exerce son métier principalement au sein des (très) grandes entreprises de construction et de maintenance aéronautique (motoristes, avionneurs, équipementiers, compagnies aériennes…) ou des organismes de recherche spatiale. D’autres secteurs industriels sont aussi concernés : automobile, énergie, agroalimentaire, chimie…

Des profils rares

Le poste d’ingénieur qualité moteur est relativement récent. Il offre de nouvelles perspectives pour l’ingénierie de demain. Les entreprises de pointe s’intéressent de plus en plus à ce genre de profils.

Des perspectives d’évolution

Certes, la majorité des postes d’ingénieur qualité moteur concerne le domaine technique, mais de nombreuses carrières, notamment dans l’industrie automobile, se poursuivent dans le marketing, la R & D (recherche et développement), le commercial… L’ingénieur qualité moteur peut, par exemple, intégrer le support clients de son entreprise, ou devenir responsable de production ou de conception. La mobilité est également possible, au gré des opportunités d’évolution de carrière, comme auditeur, expert technique, ingénieur en bureau d’études, ingénieur marketing, ingénieur méthodes…

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ de 310 000 Cfp (2600 euros) à 406 000 Cfp (3400 euros) bruts par mois.

Accès au métier

Pour devenir ingénieur qualité moteur, il faut être titulaire d’un bac + 5 (diplôme d’ingénieur) voire d’un bac + 6 (mastère spécialisé) dans le domaine de la mécanique.

  • Niveau bac + 5

  • Diplôme d’ingénieur en mécanique, automobile, aéronautique…
  • Niveau bac + 6

  • Mastère spécialisé en aéronautique et spatial, propulsion, thermique, mécanique, énergétique, fluidique…

En savoir plus