Ingénieur / ingénieure textile

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/
Vidéo

Avec le développement des tissus anti-bactériens, anti-taches, parfumés (grâce à une micro-encapsulation) ou résistants à des températures extrêmement élevées, le secteur textile est en constante évolution, et ce, grâce à l’ingénieur textile.

Avec le développement des tissus anti-bactériens, anti-taches, parfumés (grâce à une micro-encapsulation) ou résistants à des températures extrêmement élevées, le secteur textile est en constante évolution, et ce, grâce à l’ingénieur textile. Outre l’habillement et l’ameublement, les textiles ont aussi des utilisations industrielles et médicales. L’ingénieur textile peut être chargé de gérer la production, de contrôler la qualité et de mener des essais en laboratoire ou de la commercialisation des produits.

Le métier

Nature du travail

Créer des textiles innovants

En relation avec les services vente, marketing, production, l’ingénieur textile est chargé de concevoir des tissus innovants : anti-bactériens, anti-taches, anti-transpirants, parfumés, thermorégulateurs, anti-UV… Ses compétences intéressent tous les secteurs : l’habillement (soutien-gorge remodelant, collant amincissant…), mais aussi les transports (textiles qui absorbent le son), la santé (sangles, masques…), le bâtiment (voilages antiflammes…).

De la R & D aux achats

L’ingénieur textile peut occuper plusieurs postes : responsable de production, responsable ou ingénieur qualité, responsable logistique/approvisionnement. Il peut aussi travailler au sein de services de recherche et développement (R&D) en tant qu’ingénieur chef de projet, ingénieur d’études… C’est dans ce domaine que les ingénieurs textiles exercent le plus. Autre possibilité : être responsable du  » sourcing « , c’est-à-dire de l’achat des matières premières, conformément au cahier des charges établi par le bureau de style. Son rôle est alors davantage technico-commercial, dans la mesure où il est aussi chargé d’évaluer les fournisseurs en termes de prix, de qualité et de délais. Dans la grande distribution, il est chargé d’assurer les visites auprès des usines de fabrication dans les pays étrangers.

Compétences requises

À la pointe de l’innovation

Le monde du tissu ne se résume pas au coton et à la laine ! À l’ingénieur textile de chercher, proposer… de nouveaux matériaux qui collent aux attentes des consommateurs. C’est dire que, pour gagner de nouvelles parts de marché, l’ingénieur textile doit effectuer une veille vigilante sur toutes les innovations dans le domaine de la chimie, susceptibles d’être reprises. Curiosité, capacité à sentir les tendances de demain, mais aussi rigueur, patience et persévérance sont indispensables.

Anglais obligatoire

Avec des déplacements fréquents à l’étranger, il est absolument indispensable de bien maîtriser l’anglais, langue du commerce par excellence. Surtout que l’industrie du textile est très importante dans certains pays anglophones (Inde, Amérique du Nord, Grande-Bretagne, Australie, Afrique du Sud…).

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Au sein des grands groupes

Aujourd’hui, les petits fabricants étant en nombre restreint, l’ingénieur textile exerce surtout au sein de grands groupes, dans tous les secteurs d’activités : aéronautique, automobile, grande distribution… Si les textiles techniques sont également utilisés dans le sport de haut niveau, l’armée, le secteur médical, le bâtiment et les travaux publics… c’est dans le domaine de la mode que les recherches sur les nouvelles matières sont les plus demandées.

Un secteur en profonde mutation

Les postes de production sont soumis à une rude concurrence. D’après l’École des hautes études d’ingénieur (HEI), de nombreuses usines ont migré vers les pays en voie de développement. Aussi, il est préférable d’encourager des formations généralistes, plus polyvalentes, sur toute la chaîne du textile, de la recherche de fournisseurs à la commercialisation.

Des postes à l’étranger

Turquie, Inde, Chine, Maroc, Tunisie… l’ingénieur textile doit souvent se déplacer pour dénicher de nouveaux fournisseurs, effectuer les contrôles qualité chez les fabricants délocalisés.

Carrière

Des statistiques encourageantes

Le secteur des textiles techniques est porteur : en France, il représente désormais 40 % de la production textile, et regroupe près de 370 entreprises. Le développement de la recherche et de l’innovation, en particulier vers les textiles composites, permet un certain optimisme. Les statistiques fournies par les écoles sont encourageantes. Ainsi, 30 % des diplômés de l’Institut textile et chimique de Lyon (ITECH) ont trouvé un emploi avant même d’avoir décroché leur diplôme (dont 20 % en moins de 2 mois).

Des débouchés dans le vêtement de sport

D’après le suivi effectué par les écoles sur leurs précédentes promotions, la distribution spécialisée dans les vêtements de sport recrute régulièrement des ingénieurs textile. L’une des premières enseignes systématiquement citées : Décathlon. Les ingénieurs textiles qui y travaillent développent, par exemple, des matériaux susceptibles de protéger des températures très élevées ou très basses. Des vêtements dédiés en particulier aux sports extrêmes.

Vers des postes de manager

Après avoir assuré la responsabilité d’un service (fabrication, contrôle qualité, distribution…) ou d’un projet, l’ingénieur textile peut, avec de l’expérience, accéder à un poste de responsable d’unité de production ou d’usine.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ 298 000 Cfp (2500 euros) brut par mois.

Accès au métier

Pour accéder à ce métier, un bac + 5 est nécessaire. Seules 4 écoles d’ingénieurs ont investi le créneau du textile : l’Institut textile et chimique de Lyon (ITECH), l’École nationale supérieure des arts et industries textiles de Roubaix (ENSAIT), l’École nationale supérieure d’ingénieurs Sud Alsace (ENSISA) et l’École des hautes études d’ingénieur (HEI). Mais ce n’est pas la seule voie d’accès possible : il existe aussi des maters universitaires.

À noter : 10 à 15 % des recrutements concernent les titulaires d’un bac + 2. L’expérience professionnelle et la promotion interne permettent ensuite d’évoluer.

  • Niveau bac + 2

  • BTS innovation textile option structures ou option traitements 
  • Niveau bac + 5

  • Diplôme d’ingénieur
  • Master des métiers de la mode et du textile

En savoir plus

Témoignage

Jean, ingénieur textile pour l'automobile
L'étoffe des autos

"Cela surprend toujours quand j'explique un peu mon métier. Du tissu dans l'automobile, pour bon nombre de personnes, c'est contradictoire. Quand on pense auto, on a le réflexe carrosserie. Mais, outre les housses des sièges, on trouve également du tissu dans les tapis de sol, mais aussi sous le capot. Cela contribue largement à atténuer le bruit que fait un moteur. Le tissu participe à l'insonorisation. Et je me consacre tout particulièrement à augmenter la capacité d'absorption du son par le tissu."