Nivoculteur / nivocultrice

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
Centre(s) d'intérêt(s) :
/

De la bonne neige avant tout, et en quantité suffisante pendant toute la saison de ski, c’est ce à quoi doit veiller le nivoculteur…

Au sein d’un domaine skiable, le nivoculteur est chargé de produire la neige de culture qui permet à la station d’avoir un taux d’enneigement suffisant et de qualité pour répondre aux attentes des skieurs. Pour cela, il anticipe et planifie chaque étape tout au long de l’année : novembre-décembre pour la fabrication de la neige ; l’été pour la maintenance des équipements et matériels. Des compétences en informatique, mécanique, électricité, électrotechnique, physique… sont nécessaires.

Le métier

Nature du travail

Fabriquer la neige de culture

Dans une station de sports d’hiver, le nivoculteur est chargé de produire la neige de culture qui permet à la station d’avoir un taux d’enneigement suffisant et de qualité pour répondre aux attentes des skieurs. Pour cela, il anticipe et planifie chaque étape tout au long de l’année : novembre-décembre pour la fabrication de la neige ; l’été pour la maintenance des équipements et matériels.

Contrôler les installations

Dès que les derniers skieurs ont quitté les pistes, au sein de l’usine à neige, devant son écran d’ordinateur, le nivoculteur vérifie que les conditions météo sont réunies avant de programmer le lancement de la fabrication de la neige, après avoir contrôlé une dernière fois les installations (compresseurs, canalisations, capteurs…). Il peut assurer la mise en place de nouveaux équipements en cas d’extension du réseau. Il déclenche aussi le départ des dameuses sur les pistes dès que la neige produite est suffisante.

Vérifier la neige et les ressources naturelles

Une fois la production de neige lancée, le nivoculteur se rend sur les pistes pour analyser et sonder la neige produite en prenant en compte plusieurs paramètres (vent, température, hygrométrie..) qui garantissent la qualité de la poudreuse. Son rôle consiste aussi à surveiller et à préserver les réserves d’eau naturelles (lacs) qui serviront à fabriquer la neige.

Compétences requises

Des connaissances techniques

Responsable de la qualité de la neige et de sa production, le nivoculteur est un professionnel polyvalent, touche-à-tout, qui possède des compétences en informatique (pour programmer les canons à neige), en mécanique, en électricité, en électrotechnique, en physique…

Bonne résistance physique

Parce qu’une bonne partie de son emploi du temps se déroule à l’extérieur, le nivoculteur doit supporter les conditions climatiques montagnards et être aussi un bon skieur.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Toujours sur la brèche…

Le nivoculteur fait partie, dans la plupart des cas, du domaine d’exploitation des pistes. Dans certaines stations, il peut être sous la responsabilité d’un autre service : remontées mécaniques ou service technique de la commune, par exemple. Si un problème survient, le nivoculteur doit être opérationnel 24 heures sur 24, de jour comme de nuit, pour réparer ou ajuster le matériel afin que tout soit prêt pour le lendemain.

Un travail d’équipe

En station, il mène un travail d’équipe avec les dameurs et les pisteurs, qui connaissent parfaitement l’état du domaine skiable. Ils se concertent pour définir les zones prioritaires d’enneigement, les zones à renforcer du fait de l’usure particulière (passage répété des skieurs) ou de l’exposition…

Carrière

Évolution possible

Le nivoculteur peut, après plusieurs années de pratique professionnelle, évoluer vers des fonctions de responsable de service des pistes.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

A partir du Smic. Les salaires peuvent être variables d’une station à l’autre.

Accès au métier

Ce métier est accessible après un bac pro des domaines de la mécanique, de l’électricité ou de l’électronique. Mais les titulaires d’un BTS ou d’un DUT en maintenance, énergétique, électricité… sont également très appréciés. Une formation spécialisée est proposée en formation continue par le GRETA Savoie, qui utilise la plateforme du lycée des métiers de la montagne de Saint-Michel-de-Maurienne en Savoie (73). Elle est validée par l’examen de nivoculteur du DSF (Domaines skiables de France) et par une attestation de compétences.

En savoir plus