Officier / officière de gendarmerie

Niveau d'accès :
Statut(s) :
militaire
Secteur(s) d'activité(s) :
/ /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ / / / /

Chef militaire et professionnel des questions de sécurité, l’officier de gendarmerie est un expert en police judiciaire, en sécurité routière, en sécurité publique, en maintien de l’ordre, en renseignement…

L’officier de gendarmerie est un cadre supérieur qui effectue des missions de police judiciaire, de sécurité routière, de sécurité publique ou encore de maintien de l’ordre. Dans un état-major ou une direction générale, sur un poste d’officier de liaison dans les structures interarmées, interministérielles ou internationales, il travaille dans le renseignement, les ressources humaines, les relations internationales, le contrôle de gestion, la criminalistique…

Le métier

Nature du travail

Diriger une unité de gendarmes

L’officier débute sa carrière dans l’une des cinq unités opérationnelles : maintien de l’ordre/défense, sécurité publique générale, sécurité routière, police judiciaire ou formations spécialisées de la gendarmerie. Cette première période se termine par la prise de commandement d’une unité d’une centaine de personnes : compagnie de gendarmerie départementale, escadron départemental de sécurité routière ou de gendarmerie mobile, compagnie de la garde républicaine…

Assurer la sécurité, maintenir l’ordre

En gendarmerie départementale, ses missions consistent principalement à assurer la sécurité des citoyens de son secteur en coordonnant et animant l’action de l’ensemble des personnels sous son commandement : lutte contre la délinquance et notamment celle de voie publique, suivi d’enquêtes criminelles, prévention des troubles à l’ordre public, renseignement de police administrative… Au plus proche de l’action, il fixe les objectifs de travail et répartit les moyens humains et matériels.

En gendarmerie mobile, son rôle consiste à maintenir et à rétablir l’ordre. Il participe également aux côtés de la gendarmerie départementale à la sécurité publique générale.

Compétences requises

Apte au commandement

Afin de satisfaire aux exigences de sécurité d’une société en constante évolution, l’officier de gendarmerie se voit confier des commandements qui requièrent une excellente pratique des relations humaines, un goût prononcé pour les responsabilités et de véritables qualités de décideur opérationnel.

Expert en sécurité intérieure

L’officier de gendarmerie est amené à développer des compétences professionnelles dans des domaines variés tels que la police judiciaire (criminalistique, lutte contre la délinquance), la sécurité routière, la sécurité publique générale, le maintien de l’ordre, le renseignement ou encore les relations internationales. Ce métier exige sens de l’éthique, goût du service public ainsi qu’un certain investissement personnel et une grande disponibilité.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

En France et à l’étranger

On trouve des gendarmeries sur tout le territoire métropolitain, en outre-mer et sa représentation à l’étranger offrent de nombreuses opportunités sur le plan géographique…

Nombreux contacts

Les hautes et nombreuses responsabilités qu’ils exercent amènent les officiers de gendarmerie à travailler en étroite relation avec les autorités administratives (préfet, sous-préfet…), judiciaires (procureur de la République, magistrats…) et militaires, ainsi qu’avec les élus qu’ils côtoient régulièrement.

Carrière

Un petit flux

Parmi les 105 000 personnels de gendarmerie, 6 400 occupent la fonction d’officier. Il y a environ 30 postes offerts par an.

Commander ou instruire

Les officiers sortent de l’école avec le grade de lieutenant. Ils prennent le commandement d’une unité élémentaire (escadron ou peloton de gendarmerie mobile, escadron départemental de sécurité routière, unité de recherche…) ou assurent des fonctions d’instructeur en école, d’adjoint au commandement d’une compagnie de gendarmerie départementale ou en section de recherche. Ils prennent en général le commandement d’une compagnie (une centaine d’hommes) au bout de 3 ans.

En administration centrale

L’officier de gendarmerie connaît une certaine progression de carrière : en administration centrale, au sein d’organismes interministériels ou d’états-majors internationaux, interarmées ou régionaux. Il travaille alors dans le renseignement, les ressources humaines, les relations internationales, les télécommunications et l’informatique, l’organisation et l’emploi, le contrôle de gestion, la criminalistique ou encore la communication et les relations publiques.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ 197 000 Cfp (1648 euros) brut par mois (pour un élève officier).

Accès au métier

Pour devenir officier de gendarmerie, il faut passer un concours : universitaire ou sur titre. Dans les deux cas, il faut avoir la nationalité française, être âgé de 27 ans au plus et être titulaire d’un bac + 5 (master dans une des matières scientifiques ou techniques pour lesquelles le recrutement est ouvert à la date d’admission pour le concours sur titre). Après réussite au concours, les officiers de gendarmerie suivent une formation de 2 ans au sein de l’école des officiers de la gendarmerie nationale.

Pour être officier du corps technique et administratif de la gendarmerie, il faut également réussir un concours (direct ou sur titre). Pour le concours direct, il faut être âgé de 26 ans au plus et être titulaire d’un bac + 3. Pour le concours sur titre : être âgé de 27 ans au plus et être titulaire d’un master dans une des matières scientifiques ou techniques pour lesquelles le recrutement est ouvert. La formation après réussite au concours dure 2 ans.

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Aucune formation disponible en Nouvelle-Calédonie

Formations dans le reste de la France

Après le BAC

niveau 2 (bac + 3 et 4)

En savoir plus