Officier / officière de police

Niveau d'accès :
Statut(s) :
fonctionnaire
Secteur(s) d'activité(s) :
/
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ / / /

Mener des enquêtes, c’est le rôle l’officier de police. Dans les différents services de la police nationale, ce professionnel de terrain assure également des missions de surveillance et de renseignement.

Adjoint du commissaire, l’officier de police conduit les enquêtes et effectue des missions d’information et de surveillance. Policier de terrain, il participe aux filatures et aux arrestations, procède à l’audition des victimes et des suspects. Fonctionnaire du ministère de l’Intérieur, l’officier peut travailler dans un commissariat, une brigade spécialisée (criminelle, stupéfiants, mineurs…), chez les CRS… Il est recruté sur concours accessible avec un bac + 3 au minimum.

Le métier

Nature du travail

Enquêter, opérer sur le terrain

Adjoint du commissaire, l’officier de police est chargé de conduire des enquêtes, de commander les opérations de terrain et d’effectuer certaines missions de surveillance. De l’investigation aux interrogatoires, en passant par les filatures et les interpellations, il participe à toutes les actions nécessaires pour résoudre une affaire, démanteler un trafic, trouver une information…

Consigner faits et gestes

Si l’action caractérise son métier, sa fonction comprend aussi de nombreuses tâches administratives. Coups de téléphone, visites, perquisitions, auditions… toutes les actions menées lors des enquêtes sont consignées par écrit dans des procès-verbaux. Devant son ordinateur, l’officier enregistre donc régulièrement ses faits et gestes.

Compétences requises

Un meneur d’hommes rigoureux

Placé sous les ordres d’un commissaire, l’officier de police dirige une équipe de policiers gradés et de gardiens de la paix. Les missions d’enquête, de renseignement et de surveillance demandent de la rigueur, de la patience et du bon sens. Réactivité et lucidité sont aussi nécessaires pour prendre les bonnes décisions.

Courageux et psychologue

Confronté à la violence, à la détresse, au danger… l’officier de police doit avoir les nerfs solides et un bon équilibre personnel. Au contact des délinquants et des victimes, il doit prêter une oreille attentive à ses interlocuteurs et faire preuve de psychologie pour mener à bien ses interrogatoires.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Différentes affectations

Fonctionnaire du ministère de l’Intérieur, l’officier de police peut être affecté dans un commissariat, à la PJ (police judiciaire), dans une compagnie républicaine de sécurité (CRS), à la DCRI (direction centrale du renseignement intérieur), au contrôle de l’immigration…

Alternance terrain-bureau

En uniforme ou en civil, toujours armé, ce professionnel partage son temps entre son bureau et le terrain pour mener ses enquêtes. Dans la même journée, il peut auditionner des plaignants ou des délinquants, assurer une filature, rendre compte au procureur…

Horaires chargés

Suivant son service d’affectation, il peut avoir des horaires décalés et travailler la nuit. Tout officier de police connaît les « planques » pouvant aller de quelques jours à plusieurs mois. Et lorsqu’il est chargé d’une affaire, les heures supplémentaires peuvent s’accumuler.

Carrière

Passer le cap du concours

Les officiers de police sont recrutés sur concours du ministère de l’Intérieur. Les postes concernent en majorité les commissariats, surtout en région parisienne et dans les grandes villes.

Évolution de carrière

La promotion interne permet de gravir les échelons. Après 5 années de service, un officier peut devenir capitaine, puis accéder au grade de commandant. Enfin, il peut également passer le concours interne de commissaire de police s’il justifie de 4 années d’expérience.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ 202 000 Cfp (1692 euros) brut par mois (élève officier).

2925 euros brut par mois au premier échelon d’officier de police (lieutenant de police).  (Source : www.lapolicenationalerecrute.fr)

Accès au métier

Pour devenir officier de police il faut passer un concours. Conditions d’accès : être de nationalité française, être titulaire d’un bac + 3 et être âgé de moins de 35 ans au 1er janvier de l’année du concours. Après réussite au concours, les officiers de police suivent une formation de 18 mois au sein de l’ENSP (école nationale supérieure de police) et s’engagent à servir l’État pendant 5 ans.

À noter : dans le cadre de l’égalité des chances, une préparation au concours (classe préparatoire intégrée) est dispensée par l’ENSP (école nationale supérieure de police). La sélection se fait sur dossier en fonction de critères sociaux, économiques et géographiques. 15 à 20 candidats sont sélectionnés chaque année.

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Aucune formation disponible en Nouvelle-Calédonie

Formations dans le reste de la France

Après le BAC

niveau 2 (bac + 3 et 4)

En savoir plus