Plâtrier / plâtrière

Niveau d'accès :
Statut(s) :
artisan, salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ / /
Vidéo

Aménagement, isolation, décoration des espaces intérieurs… Ce spécialiste du second oeuvre intervient du sol au plafond, en passant par les murs et les cloisons, lorsque toutes les réalisations du gros oeuvre ont été effectuées et avant l’intervention des peintres et des menuisiers.

Après le départ du maçon, le plâtrier lisse et polit les murs et les plafonds. Puis, muni d’une truelle, il applique le plâtre sur la maçonnerie ou projette l’enduit mécaniquement. Il pose aussi des isolants (laine de verre, polystyrène…), coule les chapes de béton, monte des cloisons en briques plâtrières, recouvre des plafonds… Le plâtrier peut se spécialiser comme staffeur ornemaniste ou stucateur. Sûr de son geste et créatif, il possède aussi des connaissances en électricité, en étanchéité, en isolation. Débouchés assurés.

Le métier

Nature du travail

Enduire les surfaces

Après avoir « gâché » le plâtre en le diluant dans l’eau, le plâtrier enduit les sols, les murs et les plafonds. Muni d’une taloche, il étale le plâtre puis le lisse en appliquant un mélange plus fluide. Il peut aussi projeter l’enduit mécaniquement, créant ainsi des effets de matière ou de crépi.

Isoler et cloisonner

Entre le gros oeuvre et les finitions, le plâtrier intervient également pour poser les isolants thermiques ou acoustiques (laine de verre, polystyrène…), couler des chapes de béton pour les sols et monter des cloisons en briques plâtrières. Pour les plafonds, il utilise des matériaux prêts à poser (plaques, carreaux de plâtre…).

Décorer et embellir

Le plâtrier peut se spécialiser et devenir plaquiste pour poser des cloisons sèches prêtes à l’emploi (plaques de plâtre), staffeur ornemaniste pour façonner des éléments décoratifs (rosaces, corniches, gaines d’aération…), ou stucateur pour réaliser des moulures, créer des intérieurs de charme à l’aide de plâtre coloré…

Compétences requises

Rapide

Le plâtre sèche très vite : le plâtrier ne doit pas perdre de temps pour effectuer ses travaux.

Soigneux(euse)

Les décorations et les enduits à réaliser demandent une grande minutie. Il doit être particulièrement appliqué car l’enduit peut être la décoration définitive de la cloison.

Résistant(e)

Le plâtrier est exposé à la poussière. Ses mains sont dans l’eau froide toute la journée et, de plus, il est souvent perché à de grandes hauteurs sur des échafaudages. Une bonne résistance physique est indispensable.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Sur les chantiers

Le plâtrier arrive sur le chantier juste après le passage du maçon. Tantôt à l’intérieur, tantôt à l’extérieur, souvent perché sur un échafaudage ou un escabeau, le plâtrier exprime son savoir-faire dans tous types de travaux : rénovation, isolation, protection incendie, décoration, finitions intérieures…

Au sein d’une équipe

Le plâtrier coordonne son activité avec celle des autres ouvriers. Ses doublages et ses gaines techniques sont indispensables au passage des câbles et tuyaux, ses cloisons précèdent la pose des menuiseries intérieures, la qualité de son lissage prépare le travail du peintre.

Carrière

Petits et grands chantiers…

Les entrepreneurs recherchent des jeunes polyvalents qui peuvent postuler dans l’une des 13 000 entreprises de plâtre ou dans les sociétés réalisant d’importants chantiers : hôtels, grands travaux… La profession, qui offre de nombreuses spécialités, renouvelle 10 % de son personnel tous les ans.

… ou monuments historiques

Les spécialisations de stucateur ou de staffeur ornemaniste offrent de bons débouchés dans la restauration des monuments historiques ou la décoration des magasins, hôtels, salles de spectacle… À condition de savoir dessiner et de bien connaître les styles artistiques classiques et contemporains.

Évolution professionnelle

L’ouvrier plâtrier débutant réalise des cloisons simples et de la manutention. Après 10 ans d’expérience, le chef d’équipe peut encadrer 3 ou 4 ouvriers sur les chantiers. Le chef de chantier est responsable d’une équipe de 2 à 10 ouvriers dans une grande entreprise. Enfin, le chef d’entreprise gère l’ensemble d’une entreprise de maçonnerie ou de décors : les hommes, les clients, les machines, l’achat du matériel et de la matière première.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

À partir du Smic .

Accès au métier

CAP minimum

Niveau CAP

  • La formation au métier de plâtrier peut se faire en 2 ans après la classe de 3e , avec le CAP plâtrier-plaquiste et le CAP staffeur ornemaniste. Il est possible ensuite de préparer la MC plaquiste en 1 an. Il est également possible de préparer, en 2 ans après un CAP et avec un très bon dossier, le BP métiers du plâtre et de l’isolation, ou le BMA volumes : staff et matériaux associés.

Niveau bac

  • Il également possible de préparer un bac pro aménagement et finition du bâtiment, en 3 ans après la 3e , qui donne accès plus rapidement aux fonctions de chef d’entreprise.

Niveau bac + 2

  • Enfin, le BTS aménagement-finition donne rapidement accès à des postes d’encadrement d’équipes. Il se prépare après le bac pro, le BP ou le bac technologique STI2D.
  • À noter : une formation spécifique en staff et en stuc peut être un plus auprès des entreprises spécialisées en décoration.

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Jusqu'au BAC

niveau 5 (niveau CAP)

Formations dans le reste de la France

Jusqu'au BAC

niveau 5 (niveau CAP)
niveau 4 (bac ou équivalent)

Après le BAC

niveau 3 (bac + 2)

En savoir plus

Témoignage

Hamid Chatter, artisan plâtrier, 26 ans

J'ai appris mon métier sur le terrain avant de passer mon CAP en candidat libre après 6 mois d'apprentissage.

Il faut savoir que c'est un métier difficile, car c'est très physique et on se salit beaucoup. Mais, au-delà de ces contraintes, ce métier me procure de grandes satisfactions. En effet, quand on fait nos propres réalisations, que l'on part de rien et qu'on arrive à obtenir des choses assez satisfaisantes, qui nous plaisent, le résultat est là, et avec lui la satisfaction du travail accompli !

En outre, si le fait de monter sa propre boîte nécessite volonté et courage, le statut d'artisan garantit indépendance et autonomie, ce que je recherche avant tout ! Car si les clients choisissent leur artisan, moi je choisis aussi mes clients. À 26 ans je n'ai pas envie de prendre plus de risques, et je suis bien tout seul, pour l'instant.

J'ai le privilège de gagner ma vie en faisant quelque chose qui plaît ; c'est vraiment formidable, c'est une chance !