Professeur / professeure de mathématiques ou de physique-chimie

Niveau d'accès :
Statut(s) :
fonctionnaire, salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ / /
Vidéo

En collège ou en lycée, le professeur de mathématiques ou de physique-chimie s’ingénie à transmettre son plaisir à étudier sa discipline. À raison de 30 élèves par classe, la tâche demande une bonne résistance physique et nerveuse.

Transmettre des savoirs théoriques parfois abstraits, encadrer des expériences visant à illustrer une loi ou une formule… tels sont les défis du professeur de mathématiques ou de physique-chimie. Il lui faut aussi posséder les qualités requises pour enseigner au collège ou au lycée : énergie, autorité, rigueur, enthousiasme, souplesse, résistance… En raison des nombreux départs à la retraite, les perspectives d’emploi se révèlent plutôt favorables aux futurs enseignants scientifiques.

Le métier

Nature du travail

Transmettre un savoir

La mission est la même pour tous les professeurs, quelle que soit leur discipline : transmettre des connaissances, contribuer à l’éducation des élèves et les former en vue de leur insertion sociale et professionnelle. Néanmoins, la pratique professionnelle varie en fonction de la matière enseignée. Ainsi, le professeur de maths donne surtout des cours magistraux, très théoriques. Il dispense des savoirs abstraits (analyse, géométrie), même s’il familiarise les élèves au raisonnement mathématique par ses démonstrations. A lui de rendre accessible sa discipline, de trouver une pédagogie adaptée (méthode, exercices…).

Organiser des travaux pratiques

En sciences physiques et en chimie, le professeur a recours aux expériences et aux activités en petits groupes : des travaux pratiques qui permettent aux élèves de mieux appréhender la portée d’une loi ou d’une formule. Ainsi, il va leur apprendre à manier des appareils (voltmètre, ampèremètre…) et des produits (acide chlorhydrique, soude…), et les amener à observer des situations réelles, à émettre des hypothèses, à tirer des conclusions : il leur enseigne la démarche expérimentale, en somme.

Préparer les cours, corriger les copies

La préparation des cours, la correction des copies, la mise au point d’exercices adaptés constituent le prolongement des heures de travail en classe.

Compétences requises

Beaucoup d’énergie

Tous les professeurs le disent : l’enseignement demande beaucoup d’énergie. Face à des classes de 20 à 30 élèves, et autant de personnalités différentes, de nombreuses qualités personnelles sont requises. Un professeur doit être à la fois enthousiaste et rigoureux dans ses cours, capable de souplesse et de fermeté. Il lui faut posséder une bonne santé nerveuse et une solide résistance physique.

Souplesse et adaptabilité

L’enseignant doit veiller à ne jamais décourager ses élèves. Pour cela, il doit chercher à comprendre pourquoi certains d’entre eux butent sur un problème, et adapter ses méthodes pédagogiques.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Au collège et au lycée

Un professeur certifié (titulaire du CAPES – certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré -, du CAPET – certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement technique -, du CAPESA – certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré agricole -, du CAPLP – certificat d’aptitude au professorat de lycée professionnel -, ou du CAFEP – certificat d’aptitude aux fonctions d’enseignement du privé) assure 18 heures de cours par semaine en collège ou en lycée (lycée général et technologique, agricole, professionnel, établissement privé). Un agrégé (titulaire de l’agrégation) assure 15 heures de cours hebdomadaires, le plus souvent en lycée général et technologique.

Une grande autonomie

Autonome, le professeur prépare et dispense ses cours seul. Il peut être amené à travailler en collaboration avec ses collègues (scientifiques ou autres), dans le cadre de projets d’établissement, par exemple.

Carrière

Des places à prendre

Les jeunes diplômés semblent de moins en moins attirés par l’enseignement des matières scientifiques. Pourtant, la situation de l’emploi y est plutôt favorable : le nombre de départs à la retraite est important, ce qui implique le renouvellement des effectifs.

Évoluer vers d’autres métiers ou enseigner à l’étranger

Avec quelques années d’ancienneté, un enseignant peut se présenter au concours de chef d’établissement ou d’inspecteur dans l’Éducation nationale. Il peut aussi devenir à son tour formateur d’enseignants. Quelques postes sont également accessibles dans les lycées français à l’étranger ainsi que, par voie de détachement, dans les établissements relevant d’autres ministères et dans les organismes de recherche.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

De 2000 (pour un certifié) à environ 270 000 Cfp (2264 euros) (pour un agrégé) brut par mois à la titularisation.

Accès au métier

Concours obligatoire. Après l’obtention d’une licence, l’étudiant doit poursuivre son cursus en intégrant un master MEEF, métier de l’enseignement, de l’éducation et de la formation 2nd degré. En M1 (1re année de master), il peut présenter l’un des concours de l’enseignement dans les sections mathématiques ou physique-chimie : CAPES (certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré), CAFEP (certificat d’aptitude aux fonctions d’enseignement du privé), CAPESA (certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré agricole) ou CAPLP (certificat d’aptitude au professorat de lycée professionnel). Une fois le concours réussi, l’étudiant devient professeur stagiaire et suit une formation en alternance en M2 (2ème année de master) qui se déroule à temps partiel dans un établissement. La titularisation n’intervient qu’après la validation du M2..

  • Niveau bac + 5

  • Master métier de l’enseignement, de l’éducation et de la formation 2nd degré

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Après le BAC

niveau 1 (bac + 5 et plus)

Formations dans le reste de la France

Aucune formation disponible dans les autres régions de France

En savoir plus

Témoignage

Fabrice, professeur de physique-chimie en ZEP, à Saint-Quentin (02)
La pratique avant tout

"J'ai la chance de disposer des moyens nécessaires, en heures et en matériel, pour travailler correctement. Les effectifs (20 à 25 élèves, avec possibilité de dédoubler les classes) permettent aux élèves de réaliser au moins une expérience par séquence. De plus, le matériel informatique est moderne. J'utilise notamment des ardoises interactives, qui offrent la possibilité d'individualiser l'apprentissage : c'est une autre façon de concevoir la classe."