Prototypiste en matériaux souples

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/
Centre(s) d'intérêt(s) :
/

Créateur et conseiller technique, le prototypiste en matériaux souples fabrique les prototypes et maquettes de produits pour les industries de l’habillement, du textile, de la maroquinerie, ou de l’automobile et de l’aéronautique pour les tissus techniques.

À la fois créateur et conseiller technique, le prototypiste fabrique les prototypes, maquettes et préséries d’échantillons de produits. Des produits destinés à des secteurs aussi différents que l’aéronautique, la mode, le sport… Pour réaliser la pièce qui servira au lancement de la production en série, le prototypiste s’appuie sur le cahier des charges, et tient compte des contraintes techniques (temps, matières premières) et des coûts de production.

Le métier

Nature du travail

Plusieurs titres

Selon le secteur, on l’appelle prototypiste industriel (pour créer un bas de soie, une tente, un gilet de sauvetage…), prototypiste en matériaux souples (pour les industries du cuir, de l’habillement) ou prototypiste chaussures.

Réalisateur en série

En fonction du cahier des charges, le prototypiste réalise la pièce qui servira au lancement de la production en série. Il tient compte des indications du styliste ou de la modéliste, des contraintes techniques (temps, matières premières) et des coûts de production. Il s’assure de la qualité des matériaux et définit le processus de coupe, contrôle la conformité esthétique, fonctionnelle et technique de la pièce, et rédige ou adapte les fiches techniques qui seront transmises au bureau des méthodes avant le lancement de la production. C’est de lui que dépend la qualité des produits finis.

Modéliser

Fini le dessin au calque. Place à l’informatique et aux nouvelles méthodes de fabrication, comme les modélisations en 3D. Le prototypiste optimise les standards de conception, valide les formes, refait tel support matériel… Si le produit est défectueux (tente pas assez résistante…), à lui de trouver si cela vient de la conception ou de la production ; ensuite, le produit est refabriqué à partir de ses conclusions.

Compétences requises

Technique et polyvalent

Avec l’augmentation des délocalisations à l’étranger, les techniciens prototypistes sont plus polyvalents et doivent s’adapter à toutes les phases du prototypage : piquage, collage, coupe, piqûre et montage du vêtement, de la chaussure, de la boutonnière… Ils s’occupent ensuite des opérations de finition (repassage, bichonnage…). Ils sont aussi de bons communicants, capables de prévenir et de former les équipes au process et à la partie technique d’un produit (quels matériaux utiliser, quelles contraintes à prendre en compte, etc.).

Un dessin numérique

Plus vite, plus vite, toujours plus vite… Dans cette industrie  » modélisée  » par les nouvelles technologies, les commandes sont express. Et le coup de main du dessinateur prototypiste ne suffit plus à suivre la cadence… L’ensemble des gabarits est désormais réalisé avec un logiciel de CAO (conception assistée par ordinateur). Au prototypiste d’allier informatique et méthodes ancestrales ! En phase d’industrialisation, il élabore également les différentes tailles du vêtement à partir d’un logiciel de PAO (publication assistée par ordinateur).

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

En temps et en règle

Impératifs et qualité de production, délais à respecter, normes de sécurité… le prototypiste suit à la lettre un nombre important de consignes. À lui aussi de supporter les pics d’activité, très différents selon les saisons et les périodes de collections (semaines de la mode, commandes express pour l’aéronautique…).

Ses conseils sont précieux

En cours de production, il assiste les opérateurs, et distille de nombreux conseils. Comment faire une bonne couture ? Le fil et la machine utilisés sont-ils les bons ? Faut-il une aération latérale supplémentaire pour telle combinaison d’astronaute ? Un renfort plus solide pour ce sac à dos ? À lui de faire preuve d’expertise technique. Et, si possible, d’apporter des solutions ! Les tests ont aussi pour but de mettre en garde les modélistes, les mécaniciens en confection et le bureau des méthodes sur les principales difficultés et anomalies rencontrées. Le prototypiste transmet notamment ses réserves aux ingénieurs. Il discute aussi beaucoup avec les autres concepteurs, usineurs et techniciens.

Carrière

Petites et grandes entreprises

Il évolue aussi bien dans le secteur du moyen de gamme que dans le luxe, dans des PME (petites et moyennes entreprises) ou les TPE (très petites entreprises), des grands groupes, et dans des bureaux d’études ou ateliers de production pour l’aéronautique, l’automobile, le textile, l’horlogerie… Quant à la réalisation des prototypes de produits et de petites séries, elle se fait davantage dans des entreprises de maroquinerie ou de chaussures, et plus généralement pour toute usine qui réalise des vêtements de protection. Certains prototypistes travaillent même à domicile.

Des perspectives d’évolution

Avant de devenir prototypistes, certains étaient… couturiers industriels, patronniers-gradeurs (concepteurs d’un patron pour produits de matériaux souples), selliers-garnisseurs (fabricants d’articles de cuir), etc. Et plusieurs années après ? Le prototypiste peut évoluer vers des fonctions de contrôle de production, d’encadrement et de responsable au sein du bureau d’études. Ce sont les bureaux d’études, le secteur du luxe et de la petite série qui recrutent l’essentiel des prototypistes en France, alors que la tendance est à la délocalisation pour la production en grande série du moyen de gamme.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ de 203 000 Cfp (1700 euros) à 227 000 Cfp (1900 euros) brut par mois.

Accès au métier

Si certains professionnels sont autodidactes, l’accès au métier s’exerce à deux niveaux : après le bac ou un bac + 2.

  • Niveau bac

  • Bac pro métiers de la mode – vêtements ; Bac pro métiers du cuir option chaussure ou option maroquinerie
  • Niveau bac + 2

  • BTS métiers de la mode – vêtement ; BTS métiers de la mode – chaussure et maroquinerie

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Jusqu'au BAC

niveau 4 (bac ou équivalent)

Formations dans le reste de la France

Jusqu'au BAC

niveau 4 (bac ou équivalent)

Après le BAC

niveau 3 (bac + 2)

En savoir plus