Rédacteur / rédactrice en chef

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/
Centre(s) d'intérêt(s) :
/

Presse, radio, télévision, Web… tous les médias ont besoin d’un rédacteur en chef qui donne le ton et définit les contenus. Ce professionnel de l’information anime l’équipe de journalistes de sa rédaction et développe l’image du support pour lequel il travaille.

Journal télévisé, flash radio, quotidien, site web : aucun média ne peut se passer du rédacteur en chef. Animer et recruter l’équipe de journalistes, donner le ton, définir les contenus et développer l’image du média pour lequel il travaille… autant de missions qui incombent à ce patron de la rédaction.

Le métier

Nature du travail

Donner le ton

Au sein d’un journal, d’une radio, d’une télévision ou d’un site web d’information, le rédacteur en chef est celui qui choisit des sujets à traiter. Toute idée d’article lui est obligatoirement soumise. Il dirige les conférences de rédaction, détermine les sujets (angle, nombre de pages, de minutes…), répartit le travail entre les journalistes, et choisit le titre de la une (première page), l’ouverture du journal télévisé… La relecture des textes et des reportages fait également partie de ses missions.

Garantir la ligne éditoriale

À la tête de l’équipe rédactionnelle, ce journaliste expérimenté est le garant de la ligne éditoriale du média pour lequel il exerce. Il réfléchit à la mise en pages de la publication, donne son aval sur le contenu rédactionnel et visuel, veille au ton des papiers ou des flashs info, insuffle une orientation ou une neutralité de style selon le média pour lequel il travaille.

Défendre l’image de son média

Défendre l’image du journal relève aussi de ses fonctions. Il cherche à développer la notoriété de son titre auprès du public, mais aussi auprès de différents milieux (politiques, économiques, culturels, publicitaires, médiatiques). En relation étroite avec la direction, il veille au respect des budgets et des délais, établit les plannings et participe à l’élaboration des stratégies marketing et publicitaires.

Compétences requises

Analyser et synthétiser

Le métier de rédacteur en chef n’est accessible qu’après plusieurs années d’expérience en tant que journaliste. Qualités indispensables : une solide culture générale, un esprit créatif et rigoureux, des aptitudes à l’analyse et à la synthèse, et une bonne connaissance du droit des médias. Lorsqu’il est en charge d’un support spécialisé, le rédacteur en chef doit maîtriser le domaine de prédilection de la publication ou de l’émission pour laquelle il travaille.

Un décideur avisé

Chaque jour, le rédacteur en chef est amené à faire des choix : quel article publie-t-on ? Avec quelle photo ? Quel titre ? Quel reportage va ouvrir le journal télévisé ? Comment hiérarchiser l’information ? Il doit donc être capable d’arbitrer rapidement et d’imposer ses décisions, tout en sachant les expliquer aux journalistes et à ses supérieurs.

Un manager à l’écoute

Faire preuve d’un réel sens du contact est essentiel pour apaiser les conflits, gérer les équipes de journalistes et participer au rayonnement du journal. Manager reconnu et responsable, le rédacteur en chef s’intéresse aux relations humaines tout en gardant à l’esprit la notion de coûts : faut-il dépêcher une équipe sur le terrain ? Peut-on augmenter la pagination ? Ce sujet va-t-il générer des recettes publicitaires ? Sans oublier les attentes des lecteurs.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Un gestionnaire et un manager

En plus de superviser le rédactionnel, le rédacteur en chef doit parfois laisser de côté sa plume pour endosser le costume de manager. De l’élaboration des plannings à la gestion administrative et financière, en passant par le recrutement des pigistes et des journalistes : toute la vie du journal passe par lui.

Un médiateur

Le contact avec les collaborateurs des différents secteurs (politique, économique, social, informations générales, informations régionales…) est permanent. Le rédacteur en chef, appelé également « red chef », assure la coordination d’un service à l’autre sur un même sujet. Et, si des conflits éclatent au sein de la rédaction, c’est à lui de les régler.

Seul ou assisté

Le rédacteur en chef peut être seul à diriger une équipe de journalistes. Lorsque l’équipe de rédaction est conséquente, il est épaulé par un ou plusieurs adjoints, qui l’aident dans ses fonctions. Dans certains journaux, il dépend du directeur de la rédaction, qui supervise l’ensemble des rédacteurs en chef et joue le rôle d’arbitre pour les décisions finales.

Carrière

Des postes au compte-gouttes

Avec un rédacteur en chef par rédaction, les places sont chères ! La fonction de rédacteur en chef est occupée par 7 % des journalistes titulaires de la carte de presse. Il existe autant d’itinéraires que de professionnels recrutés. Les relations et les rencontres peuvent jouer un rôle important. Avec l’essor du Web, de nouvelles opportunités se présentent. Dans la sphère Internet, l’ascension professionnelle est généralement plus rapide que dans les médias traditionnels, et les entreprises confient volontiers des responsabilités à de jeunes journalistes justifiant de compétences techniques et informatiques.

Une fonction à risques

Accéder à cet échelon de la hiérarchie ne met pas ce journaliste expérimenté à l’abri d’une certaine précarité professionnelle. En cas de changement de propriétaire ou d’actionnaire majoritaire du média, le rédacteur en chef est souvent le premier à être remplacé¿

À Paris ou en région

Le métier s’exerce plutôt en région parisienne, où les médias sont concentrés. Néanmoins, l’évolution vers la fonction de rédacteur en chef est généralement plus aisée en région. On peut, après quelques années d’expérience dans un média de proximité, se voir confier une antenne locale, puis régionale.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ de 239 000 Cfp (2006 euros) à 629 000 Cfp (5275 euros) brut par mois

Accès au métier

Les 14 écoles de journalisme reconnues par la profession constituent la voie la plus sûre pour accéder aux différents métiers du journalisme : l’ESJ à Lille ; le CFJ à Paris, l’IPJ, l’École de journalisme de Sciences Po, le Celsa, l’IFP à Paris ; le CUEJ à Strasbourg ; l’IJBA à Bordeaux ; l’EJDG à Grenoble; l’EJT à Toulouse ; l’EJCM à Marseille ; et les trois départements information-communication option journalisme des IUT (instituts universitaires de technologie) de Lannion, de Tours (EPJT) et Nice. L’entrée se fait sur concours, très sélectifs, accessibles aux titulaires d’un bac pour le DUT (diplôme universitaire de technologie), d’un bac + 2 pour la licence pro journalisme de Tours, et d’un bac + 3 pour les autres écoles (dans la réalité, la majorité des candidats possède un niveau bac + 4, voire + 5). Des écoles privées et des masters peuvent également mener au journalisme.

  • Niveau bac + 2

  • DUT information-communication option journalisme
  • Niveau bac + 3

  • Licences en information-communication
  • Licences pro Métiers de l’information : métiers du journalisme et de la presse
  • Niveau bac + 4/5

  • Diplômes d’écoles de jo urnalisme reconnues par la profession
  • Diplômes d’écoles privées en journalisme
  • Masters journalisme

En savoir plus

Témoignage

Julie, rédactrice en chef web
Rester connecté à l'actualité

"Ce qui caractérise le métier de rédac'chef pour un site web, c'est la variété des supports. Nous diffusons à la fois des articles écrits, des vidéos et du son, au format radio."

"Ensuite, quand nous décidons de traiter un sujet, je dois veiller à ce qu'il soit cohérent avec la ligne éditoriale de la newsletter du jour, mais également avec tous les articles déjà parus et qui figurent encore sur le site."

"L'avantage, c'est qu'on peut suivre un fait d'actualité comme un fil rouge et renvoyer l'internaute vers d'autres sujets similaires pour compléter sa lecture de l'article."