Responsable assurance qualité

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/
Centre(s) d'intérêt(s) :
/
Vidéo

La prévention des risques est la première préoccupation du responsable assurance qualité. Il contrôle les bonnes pratiques de fabrication. Car, dans des industries comme l’agroalimentaire, la moindre anomalie peut avoir des conséquences graves sur la santé.

La mission du responsable assurance qualité : améliorer les procédés de fabrication industrielle et l’organisation du travail. À toutes les étapes de la production, le responsable scrute la qualité : dosage, hygiène, conservation des produits, etc. Et c’est lui qui propose de nouvelles méthodes pour la production, s’il constate qu’elle n’est pas conforme aux normes ou qu’elle mérite d’être améliorée. Une fonction capitale, mais qui ne représente que 5 % des effectifs dans les industries pharmaceutiques, chimiques, agroalimentaires, des cosmétiques…

Le métier

Nature du travail

Surveiller la qualité

Chargé de mettre en place une démarche qualité au sein de l’usine (certification ISO, l’organisation internationale de normalisation), le responsable assurance qualité traque le moindre défaut et veille au respect des normes d’hygiène. Observation de la chaîne du froid, traçabilité des ingrédients, lavage scrupuleux des mains, contrôle des impuretés, des dosages de comprimés, désinfection des outils… Toutes les étapes de production sont surveillées de près.

Proposer des solutions

À partir de cet état des lieux, le responsable assurance qualité fixe des objectifs d’amélioration et définit les procédures à respecter. Ses recommandations peuvent modifier l’organisation du travail. À lui aussi de gérer les  » non-conformités  » : erreur de date de péremption d’un produit, par exemple.

Sensibiliser les salariés

Le responsable assurance qualité forme tous les salariés aux normes en vigueur. C’est lui qui représente son entreprise auprès des services officiels : fraudes, services vétérinaires, organismes de certification (tels que l’Afnor, association française de normalisation, membre de l’ISO). Son poste rejoint celui du responsable hygiène, sécurité et environnement.

Compétences requises

Maîtriser son domaine

Si le responsable assurance qualité est un généraliste, il n’en demeure pas moins qu’il connaît parfaitement les domaines d’application (médicaments, aliments, produits cosmétiques…) propres au secteur d’activité qui l’emploie. Il doit en particulier maîtriser le procédé de fabrication et les réglementations en vigueur.

Se montrer diplomate

En contact permanent avec différents services, le responsable assurance qualité possède une certaine aisance relationnelle, une capacité d’écoute et le sens de la diplomatie pour sensibiliser chacun aux exigences liées à la qualité des produits.

S’adapter aux changements

Le responsable assurance qualité est rigoureux, méthodique et possède de bonnes capacités d’analyse. Des facultés dans la prise de décision sont nécessaires à l’exercice de ses fonctions. Par ailleurs, il doit s’adapter au nombre croissant de réglementations et aux évolutions du métier.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Un travail collaboratif

Rattaché à la direction d’un site de production, le responsable assurance qualité travaille en étroite collaboration avec tous les services concernés : achat, production, méthodes, laboratoire, marketing… Entre les réunions, les visites et les entretiens, il est très mobile au sein de l’usine.

Encadrer ou faire soi-même

Dans une structure de taille importante, il peut diriger le service qualité et superviser le travail d’une équipe d’ingénieurs et de techniciens de contrôle. Au sein d’une PME (petite et moyenne entreprise), il est davantage amené à réaliser lui-même les analyses.

Des déplacements fréquents

Lorsque l’entreprise possède plusieurs centres de production, le responsable assurance qualité est amené à se déplacer d’un site à l’autre. Ses déplacements sont d’autant plus fréquents lorsqu’il travaille pour une société prestataire de services.

Carrière

Des offres d’emploi limitées

Dans l’agroalimentaire, la fonction qualité représente à peine 4 % des 420 000 salariés. Dans l’industrie pharmaceutique, 5 % sur un effectif d’environ 100 000 personnes. Cependant, la qualité représente une préoccupation grandissante dans ces secteurs. En outre, des recrutements devraient se développer afin de faire face aux nombreux départs à la retraite attendus dans les 10 prochaines années. Ainsi, dans les entreprises du médicament, on prévoit que presque 1 600 personnes occupant cette fonction auront quitté le secteur en 2015. Néanmoins, le nombre d’offres d’emploi reste limité.

Accessible aux jeunes diplômés

Les qualiticiens sont surtout embauchés par les grandes entreprises. Dans les PME (petites et moyennes entreprises), la qualité est souvent prise en charge par le responsable de production pour « irriguer » toutes les fonctions de l’entreprise. Une expérience significative en tant qu’assistant de production ou de technicien de laboratoire de contrôle peut être un tremplin pour accéder au métier d’assurance qualité, accessible par ailleurs à de jeunes diplômés.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

Variable en fonction du diplôme, de l’expérience et de la taille de l’entreprise.

Accès au métier

La fonction est accessible aux titulaires d’un bac + 5 au minimum.

  • Niveau bac + 5

  • Diplôme d’ingénieur en agronomie ou spécialisé en chimie, biologie, agroalimentaire, management de la qualité…
  • Masters en qualité, biologie santé, biologie agrosciences…
  • Niveau bac + 6 et plus

  • Diplôme d’État (DE) de docteur en pharmacie

En savoir plus

Témoignage

Bertrand, responsable assurance qualité en laboratoire pharmaceutique
L'oeil grand ouvert

"Quand on produit des médicaments, le système qualité doit être extrêmement rigoureux. Mon rôle est de garder un oeil ouvert sur toutes les activités de l'entreprise. Je m'assure que tout ce qui sera mis sur le marché sera conforme aux exigences réglementaires. Et j'interviens à la moindre alerte : la température d'une salle un peu élevée, un réactif trop proche de sa date de péremption... Tout le monde coopère, persuadé que la qualité, c'est vital pour l'entreprise."