Responsable de la collecte des déchets ménagers

Niveau d'accès :
Statut(s) :
fonctionnaire, salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/
Centre(s) d'intérêt(s) :
/
Vidéo

Chaque matin, c’est lui qui orchestre la ronde matinale des bennes d’enlèvement des ordures ménagères. À la tête d’une équipe d’agents de propreté urbaine, le responsable déchets ménagers coordonne les opérations de collecte et de tri dans sa municipalité.

À la tête d’une équipe d’agents de propreté urbaine, le responsable déchets ménagers coordonne les opérations de collecte et de tri pour le compte d’une municipalité ou d’une communauté de communes. Sa mission consiste aussi à optimiser la valorisation des déchets dans le budget qui lui est imparti. Organisé et polyvalent, il peut travailler comme fonctionnaire ou salarié dans le privé. C’est un secteur porteur d’emploi.

Le métier

Nature du travail

Organiser

À la tête d’une équipe d’une cinquantaine d’agents en moyenne, le responsable de la collecte des déchets assure la répartition des tâches, gère le planning de ses agents, s’occupe de la logistique. C’est lui qui met en oeuvre tous les moyens humains et matériels nécessaires à la collecte des ordures ménagères.

Gérer

Dans une commune ou une communauté de communes, il assume aussi la gestion administrative et financière de son service. Lorsque les opérations de ramassage sont confiées à des exploitants privés, il doit tout particulièrement veiller au respect, par les sous-traitants, des clauses du contrat : pourcentage de recyclage devant être respecté, absence de rejet polluant, etc. Son rôle vise aussi à optimiser les coûts.

Communiquer

La fonction implique des contacts importants avec les usagers et les élus. Le responsable de la collecte des déchets ménagers peut ainsi être amené à intervenir dans des réunions publiques pour expliquer la mise en oeuvre du tri sélectif, par exemple. De même, il doit être en mesure d’aider les élus à prendre des décisions concernant son domaine d’activité.

Compétences requises

Un manager accompli

Responsable d’une cinquantaine, voire d’une centaine d’agents, un responsable de collecte de déchets ménagers doit avoir des qualités de manager. Organisé, disponible, il doit savoir écouter et faire preuve d’autorité lorsque c’est nécessaire.

Incollable sur la réglementation

Référent de la collectivité dans le domaine de la propreté urbaine, il doit parfaitement connaître les réglementations pour être capable de rappeler à l’ordre les prestataires à propos des normes en vigueur.

Un administratif rodé

Il est également à l’aise avec les démarches administratives et comptables, telles que les appels d’offres, l’établissement d’un cahier des charges ou la gestion d’un budget public.

Polyvalent

Très polyvalent, le responsable de la collecte des déchets peut, dans la même journée, participer à une réunion avec des élus, organiser une rencontre avec des gardiens d’immeuble dans une nouvelle cité, suivre son budget et gérer les congés des agents du service. Ses qualités de communicant et de diplomate l’aident dans ces différentes tâches.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Jongler avec les patrons

Dans une communauté d’agglomération, le responsable déchets ménagers travaille en collaboration avec plusieurs maires, qui sont pour lui autant de patrons. S’il a des propositions à faire, par exemple, il doit s’adresser à chacun d’entre eux pour faire valider son projet. Dans ce cadre, son travail prend une dimension politique non négligeable.

Des missions étendues…

Selon l’importance du service, les missions du responsable déchets ménagers peuvent être plus ou moins larges. Dans une petite agglomération de plusieurs communes par exemple, la mission de collecte est le plus souvent couplée avec le traitement des déchets.

… ou plus spécialisées

Dans des collectivités plus grandes (comme la collectivité urbaine de Bordeaux), le travail est réparti en secteurs bien distincts : un agent est responsable de la collecte des ordures, un autre des tris sélectifs, un troisième du centre de tri, tandis qu’un quatrième gère l’usine de retraitement et un dernier les déchetteries.

Carrière

Un secteur en mutation

La gestion des déchets représente en France 40 % des emplois dans le domaine de l’environnement, soit 112 000 postes de travail. Le comportement des ménages et des collectivités face au tri des déchets a évolué. De manière plus indirecte, l’apparition des labels environnementaux, des écobilans et des éco-audits a aussi contribué à l’évolution du secteur des déchets. Le traitement, le recyclage et la valorisation des détritus nécessitent en effet la création de nouveaux emplois et la mutation des métiers traditionnels.

Du public au privé

Les principaux employeurs ? Les collectivités locales et les entreprises privées de nettoyage. On observe un regroupement des circuits de collecte, notamment dans le cadre des communautés de communes, et la progression des entreprises privées au détriment des emplois publics. Quand ils sont recrutés dans la fonction publique territoriale, les responsables déchets ménagers ont, selon l’importance du service à gérer, le statut d’ingénieur territorial ou celui de technicien supérieur.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

A partir du Smic, et jusqu’à environ 193 000 Cfp (1615 euros) brut par mois.

Accès au métier

Le niveau de formation varie de bac + 2 à bac + 5, dans les domaines suivants : rudologie, gestion et traitement des déchets ; propreté et environnement ; génie biologique ; valorisation des énergies renouvelables et des déchets ; aménagement urbain. Dans le secteur public, il existe des concours de catégories A (niveau bac + 3) et B (niveau bac à bac + 2).

Niveau bac + 2

  • BTS métiers des services à l’environnement
  • DUT génie biologique option génie de l’environnement
  • Niveau bac + 3

  • Licence pro génie des procédés pour l’environnement ; métiers de la protection et de la gestion de l’environnement ; métiers de l’énergétique, de l’environnement et du génie climatique
  • Niveau bac + 5

  • Master gestion de l’environnement ; géographie, aménagement, environnement et développement ; agrosciences, environnement, territoires, paysage, forêt
  • Diplôme d’école d’ingénieurs proposant une spécialité en environnement (développement durable, génie de l’eau, ingénierie environnementale…)

En savoir plus

Témoignage

Frédérik, responsable déchetsau Sycodec (Syndicat de collecte des déchets plaines et montagnes rémoises, 51)
De nouvelles filières de valorisation

"Ferraille, cartons, verre, encombrants, poubelles... J'organise une collecte sélective au sein d'une communauté de 64 communes et de 47 000 habitants. Je dirige 35 personnes (équipiers de collecte, conducteurs et agents de déchetterie) et 11 déchetteries. La gestion du personnel me prend une grande partie de mon temps (recrutement, formation, planning, congés...). Responsable de l'achat et de l'entretien d'une importante flotte de véhicules, je cherche constamment de nouvelles solutions pour rationaliser la collecte en réduisant le nombre de kilomètres parcourus par les véhicules et, donc, les émissions de CO2. J'explore également de nouvelles filières de valorisation des déchets. J'ai mis en place des bennes dans les différentes communes pour recevoir le bois d'ameublement et de palettes, ensuite acheminé vers une entreprise de broyage, ce qui a réduit de moitié le coût de traitement de ces déchets « encombrants »."