Responsable du recrutement

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
Centre(s) d'intérêt(s) :
/

De la prévision des besoins à l’embauche et à l’intégration des candidats, l’objectif du responsable du recrutement reste le même : dénicher la perle rare, c’est-à-dire la personne parfaite pour le poste proposé.

Le responsable du recrutement occupe un poste clé au sein des ressources humaines. Sa mission : attirer les meilleurs candidats et favoriser leur intégration dans l’entreprise. Si les postes de responsable sont réservés à des personnes expérimentées, les jeunes diplômés peuvent faire leurs armes en tant que chargés de recrutement. Des fonctions qui réclament une grande maîtrise de l’entretien et une bonne dose de psychologie.

Le métier

Nature du travail

Prévoir les besoins

En liaison avec les responsables hiérarchiques, le responsable du recrutement analyse les besoins prévisionnels. Puis il établit les profils de poste et choisit les modes de recrutement les plus appropriés : annonces (dans la presse ou sur le Web), réseaux sociaux, speed dating, forums, etc. Il crée et alimente la rubrique emploi sur le site Internet de son entreprise.

Recruter et accompagner

Dès que les candidats répondent aux offres, le responsable du recrutement les reçoit en entretien, leur fait passer des tests de personnalité, jusqu’à la sélection finale. Puis il accompagne les nouvelles recrues pour qu’elles s’intègrent au mieux dans l’entreprise et qu’elles aient envie d’y rester.

Démarcher par téléphone

Lorsque le service RH (ressources humaines) est débordé, ou qu’il s’agit de dénicher des profils pointus, une partie de l’activité peut être confiée à un cabinet spécialisé. Dans ce cadre, la situation est différente : le chasseur de têtes, à partir du brief de son client, approche directement par téléphone des cadres pressentis, sans hésiter à piocher les talents chez les concurrents.

Compétences requises

Connaissance de l’entreprise

Connaître l’organisation et les métiers de l’entreprise est nécessaire. Quel que soit le cadre de travail, une bonne vision d’ensemble des équipes est utile pour comprendre comment les salariés travaillent et si les personnes pressenties sauront s’intégrer.

Rigueur et psychologie

Le recrutement nécessite de maîtriser les techniques d’entretien. Lors des entrevues, il faut détecter le potentiel des candidats, faire preuve de rigueur et de psychologie, posséder des qualités d’écoute et de communication, et maîtriser toutes les batteries de tests en vogue sur le marché du recrutement. Parce qu’il s’occupe d’un sujet très sensible, le responsable du recrutement doit également être capable de résister à la pression.

Maîtriser des outils

La maîtrise des logiciels de gestion des candidatures et des bases de données informatiques spécifiques au recrutement est obligatoire. Enfin, la pratique de l’anglais est devenue indispensable pour travailler dans les groupes internationaux.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

En grande entreprise ou en cabinet spécialisé

Le poste de responsable du recrutement n’existe que dans les grandes entreprises (plus de 500 salariés). Mais il se développe de plus en plus dans les sociétés d’intérim et surtout dans les cabinets spécialisés, où le consultant se charge du démarchage des cadres. Une fonction à mi-chemin entre le commercial et les ressources humaines, plus ouverte aux jeunes diplômés souvent spécialisés sur un secteur précis.

De l’opérationnel au pilotage

Chargé du recrutement, ce professionnel est davantage orienté vers l’opérationnel et passe beaucoup de temps sur Internet pour cibler les candidats potentiels. Responsable du recrutement, il définit et pilote une politique d’emploi au sein de son entreprise.

Un travail seul ou en équipe

Dans une grande société, le responsable du recrutement dirige souvent une équipe de chargés de recrutement et d’assistants administratifs. Il n’intervient dans le choix d’un candidat que pour des postes stratégiques. Dans une entreprise plus petite, il s’occupe seul de l’ensemble des recrutements.

Carrière

Stages recommandés

Un jeune diplômé débute souvent en tant que chargé de recrutement, avant d’évoluer vers un poste de responsable. Un atout pour progresser : avoir effectué un stage significatif dans le cadre de sa formation et bien connaître les métiers de l’entreprise. Une première expérience en cabinet (classique ou d’intérim) est préférable avant de viser une place dans une grande entreprise.

Gestion des ressources humaines

Dans toutes les sociétés, ou presque, un service est consacré aux RH. Selon leur taille, les personnels sont plus ou moins spécialisés : le gestionnaire de paie et le responsable de la formation côtoient le responsable du recrutement. Mais, dans de nombreuses entreprises, la même personne assume la globalité de ses fonctions : le recrutement est alors associé à la formation, à la mobilité interne, aux relations avec les écoles et à la rémunération. Le responsable du recrutement peut ensuite devenir responsable des ressources humaines. En grande entreprise, le poste de directeur RH est une possibilité de promotion pour le responsable du recrutement.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

2080 à environ 394 000 Cfp (3300 euros) brut par mois.

Accès au métier

Le responsable de recrutement est titulaire d’un bac + 5 (master pro, diplôme d’ingénieur ou d’école de commerce). Il peut encore posséder un diplôme de psychologue (du travail ou praticien).

Niveau bac + 5

  • Masters pro en ressources humaines ;
  • Diplôme d’ingénieur ;
  • Diplôme d’école de commerce.

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Aucune formation disponible en Nouvelle-Calédonie

Formations dans le reste de la France

Après le BAC

niveau 1 (bac + 5 et plus)

En savoir plus

Témoignage

Sandrine, responsable de recrutement
Écoute, évaluation, neutralité

"La gestion des carrières me tient le plus à coeur. Ce qui me plaît surtout, c'est l'écoute et l'échange avec les salariés. Pendant mes études de psychologie, j'avais déjà aiguisé ces qualités, de même que la notion de neutralité."

"Je m'étais aussi familiarisée avec les techniques d'évaluation de personnalité. Mais la ressemblance avec le milieu médical s'arrête là, puisqu'en entreprise, il ne s'agit pas de patients, mais de professionnels soucieux d'évoluer."