Rudologue

Niveau d'accès :
Statut(s) :
fonctionnaire, salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/

Le rudologue étudie le contenu de nos ordures, dresse des bilans concernant nos modes de production et de consommation, et propose des solutions pour prévenir l’augmentation des déchets ménagers ou industriels.

Le rudologue étudie le contenu de nos ordures et propose des solutions pour prévenir l’augmentation des déchets ménagers ou industriels. Il effectue des prélèvements sur site, analyse les caractéristiques de chaque déchet et envisage des solutions pour la collecte, le recyclage, la valorisation. Il travaille en bureau d’études, au sein des collectivités locales ou dans l’industrie. Un métier en plein développement, suite à l’adoption des lois fixant des objectifs de réduction des déchets.

Le métier

Nature du travail

Analyser la production des déchets

Du latin  » rudus  » qui signifie décombres, la rudologie est l’étude sociologique des déchets : déchets ménagers, hospitaliers, nucléaires… Cette nouvelle science a de beaux jours devant elle. Le rudologue est chargé de l’analyse de la production des déchets et des nuisances qu’ils génèrent. Il effectue des prélèvements sur des sites suspects et analyse en laboratoire ces échantillons. Il définit les caractéristiques de chaque déchet et, après synthèse, communique ses données aux organismes responsables des collectes et des traitements.

Mettre en place des solutions

Le rudologue scrute les tonnages de déchets et cherche des solutions en amont de la production, afin d’éviter une augmentation trop importante des quantités produites. Il favorise la valorisation : le réemploi (avec des emballages consignés, par exemple), la réutilisation (nouvel emploi pour un usage différent), le recyclage et l’utilisation des déchets comme source d’énergie. Afin de réduire la fréquence des risques environnementaux, il surveille les installations (centre d’enfouissement, station d’épuration…) pouvant provoquer des pollutions. Il propose l’exécution de travaux pour diminuer les nuisances détectées, la mise en place de la collecte sélective, etc.

Compétences requises

Savoir communiquer

Le rudologue agit en relation avec les services en charge de la collecte et avec les élus des collectivités locales. Il peut aussi avoir un rôle d’information auprès des associations, de la population et des industriels. L’animateur en rudologie organise, par exemple, des séances dans les écoles, pour sensibiliser au tri et à la réduction des ordures, dès le plus jeune âge.

Assurer une veille technologique et réglementaire

Le rudologue s’adapte à l’évolution des techniques de traitement (le développement des biotechnologies, notamment). Il veille au respect des normes et des réglementations environnementales légales. Il intervient dans le respect de lois européennes ou internationales de plus en plus rigoureuses sur le traitement des déchets.

Savoir gérer un budget

Il est aussi capable d’évaluer le coût de traitement de tel ou tel type de déchet, avant de décider vers quelle filière l’orienter. Il gère également les recettes des matériaux recyclés revendus par la commune ou l’entreprise pour laquelle il travaille.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Déplacements sur le terrain

Sur le terrain, au bureau ou en laboratoire, la rudologie est une science en plein essor, au service de l’écologie. Au service d’une commune, le rudologue se rend à la déchetterie, à l’usine d’incinération… Pour le compte d’une entreprise, il visite les différents sites de production. À chaque fois, ses études d’impact nécessitent de se frotter à la réalité du terrain. Il est parfois nécessaire de revêtir une tenue spéciale pour ne pas s’exposer à des déchets toxiques.

Différents statuts

Lorsqu’il travaille pour une collectivité locale (ville, communauté de communes…), il est fonctionnaire de catégorie A de la filière technique territoriale. Il travaille sous l’autorité d’un directeur de l’environnement. Il peut aussi être salarié du secteur privé. Il est alors consultant en bureau d’études, chargé de mission au service des collectivités ou des entreprises. Il exerce parfois pour le compte d’une association indépendante, ou encore il est employé dans le secteur industriel.

Carrière

Un métier en croissance

Depuis le 1er  janvier 2012, la loi Grenelle 2 rend obligatoire la mise en oeuvre de programmes locaux de prévention dans les collectivités en charge de la gestion des déchets. Réduire les déchets ménagers permet d’économiser les matières premières. La plupart des emballages plastiques et de nombreux objets proviennent en effet du pétrole. La réduction des déchets permet d’éviter le gaspillage des ressources. L’enjeu est de taille et la gestion des déchets est un secteur de recrutement dynamique.

Dans une collectivité locale…

Les emplois se trouvent dans les collectivités locales (villes, communautés de communes). Dans la fonction publique territoriale, le recrutement s’effectue sur concours. L’évolution de carrière dépend aussi de la réussite à des concours internes.

… ou au sein d’un grand groupe

Le rudologue travaille aussi en bureau d’études ou dans un grand groupe industriel. Dans l’industrie, il est généralement ingénieur de formation. Il supervise la réduction des déchets produits par l’usine et travaille en relation avec le département recherche et développement, pour que les modes de fabrication soient moins polluants. Il peut évoluer vers d’autres responsabilités au sein du groupe, diriger des équipes plus importantes ou bouger géographiquement.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ 193 000 Cfp (1615 euros) brut par mois (pour un ingénieur rudologue dans la fonction publique territoriale).

2500 euros brut par mois (pour un ingénieur rudologue dans le secteur privé).

Accès au métier

Si le métier est accessible aux titulaires d’un bac + 3 (licence pro), ce sont les titulaires d’un bac + 5 (master ou diplôme d’ingénieur) au minimum qui sont plus facilement recrutés, notamment par les grandes entreprises du secteur privé.

  • Niveau bac + 5

  • Master dans les domaines de l’ingénierie des déchets, de la gestion des risques industriels, de la pollution atmosphérique, de la physique de l’environnement, de la microbiologie de l’environnement, de l’aménagement et de la gestion des déchets…
  • Diplôme d’ingénieur en chimie, rudologie, génie des procédés, fluides et énergie…
  • Niveau bac + 6

  • Mastère spécialisé en gestion, traitement et valorisation des déchets

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Aucune formation disponible en Nouvelle-Calédonie

Formations dans le reste de la France

Après le BAC

niveau 1 (bac + 5 et plus)

En savoir plus