Secrétaire d’édition

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/
Centre(s) d'intérêt(s) :
/

La mission du secrétaire d’édition ? Transformer un manuscrit en livre, en suivant toutes les étapes de la réalisation d’un ouvrage, de la réception du texte jusqu’à son impression. Le tout sous l’autorité d’un responsable éditorial.

Avant de se transformer en livre, un manuscrit passe entre les mains du secrétaire d’édition. Sous l’autorité d’un responsable éditorial, ce professionnel suit toutes les étapes de la réalisation d’un ouvrage, depuis sa conception jusqu’à son envoi en impression : relecture et amélioration des contenus en collaboration avec les auteurs, vérification de l’information, suivi de fabrication… Ce travail éditorial et de coordination s’effectue en collaboration avec différents intervenants (correcteurs, maquettistes, illustrateurs…).

Le métier

Nature du travail

Préparer la copie

Le secrétaire d’édition a d’abord entre les mains un manuscrit  » brut « , qu’il se charge de relire et de préparer. Pour apporter les améliorations nécessaires au texte, il propose des modifications à l’auteur ou au traducteur, discute avec lui du contenu, l’invite à retravailler légèrement le style. Il intègre les corrections et veille à la cohérence de l’ouvrage : table des matières, équilibre des chapitres, notes à rédiger pour plus de clarté… Il collecte ou commande, si besoin, les photos, les dessins ou les infographies qui compléteront l’ensemble.

Assurer le suivi de fabrication

Le texte prêt, le secrétaire d’édition lance la réalisation de la mise en pages et de la couverture. En collaboration avec le graphiste, il accompagne la composition de l’ouvrage et contrôle les épreuves au retour de la maquette. C’est à lui que revient la responsabilité de donner le BAT (bon à tirer), ultime version du livre qui sera confiée à l’imprimeur.

S’impliquer du planning aux projets

Peuvent s’ajouter des tâches de secrétariat et de gestion : mise au point de budget, tenue de plannings, suivi de contrats avec les auteurs… Le tout dans le respect du cahier des charges et des délais. Enfin, le secrétaire d’édition peut participer au comité de lecture, à la recherche d’auteurs, à la prise de contacts avec les agents étrangers ou le service de presse…

Compétences requises

Aptitude à l’organisation

Parfaitement bien organisé, le secrétaire d’édition doit savoir gérer les priorités, étape par étape, en ayant à l’esprit le planning, les contraintes de budget et les disponibilités de chaque intervenant. Coordinateur hors pair, il réagit rapidement face aux imprévus, dialogue avec les différents professionnels concernés par la finalisation d’un ouvrage (du traducteur à l’imprimeur). Le tout sans rien oublier !

Rigueur et curiosité

Une solide culture générale, une excellente maîtrise du français et des qualités rédactionnelles sont indispensables dans ce métier. Autres atouts : une bonne maîtrise des outils informatiques et de la chaîne éditoriale. Le secrétaire d’édition fait par ailleurs preuve de rigueur pour contrôler les épreuves et vérifier la cohérence de l’ensemble, jusque dans les moindres détails. Enfin, la curiosité est importante pour s’adapter à différents projets et changer de sujet.

Sens du dialogue

Au coeur de la chaîne éditoriale, ce professionnel joue un rôle de coordination et de liaison essentiel auprès des divers intervenants (auteur, correcteur, maquettiste…). Doté d’un bon sens relationnel, il fait preuve d’écoute, tout en étant ferme lorsqu’il s’agit de faire accepter certaines modifications à des auteurs parfois susceptibles !

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Petite ou grande maison

Secrétaire ou assistant d’édition… la définition du poste peut varier selon la taille de la maison d’édition, la structure de l’équipe, l’organisation du travail, etc. Il n’est pas rare, dans les petites entreprises, que le responsable éditorial, ou même l’éditeur, effectue le secrétariat d’édition sur les ouvrages de la collection dont il a la charge, en assurant le suivi de A à Z.

Vers plus de responsabilités

D’une manière générale, le secrétaire d’édition prend de plus en plus de responsabilités. On lui demande de faire part d’une certaine créativité et d’assumer des missions variées : participation à l’élaboration des contrats, gestion des droits d’iconographie, finalisation d’une traduction… Sa polyvalence le rend précieux !

Sur divers supports

Ce professionnel travaille sur tous les types d’ouvrages (romans, guides pratiques, manuels scolaires…), ainsi que sur des revues, des disques, des cédéroms, des supports publicitaires…

Il peut se déplacer chez les intervenants (illustrateur, imprimeur…) ou lors de manifestations (salons, foires…). S’il travaille souvent seul lors des phases de relecture, le secrétaire d’édition s’implique dans un travail d’équipe avec les autres professionnels de la chaîne éditoriale.

Carrière

Une forte concurrence, peu d’élus

Le stage reste la meilleure porte d’entrée dans ce secteur où le bouche à oreille fonctionne bien. Avec environ 14 000 salariés, le secteur de l’édition séduit plus de jeunes diplômés qu’il ne peut en recruter, surtout à des postes à responsabilité, peu nombreux. Il est fréquent de voir un jeune diplômé à bac + 5 effectuer des travaux de réécriture à domicile, en tant qu’indépendant ou salarié.

Valoriser sa spécialisation

Contrairement aux idées reçues, la littérature générale n’est pas la seule voie possible pour exercer ce métier ! Il est même utile de savoir que les secteurs qui  » portent  » l’édition en termes de chiffres d’affaires sont autres : le scolaire et le parascolaire, les livres pratiques, la jeunesse… des domaines qui offrent plus de débouchés et qui apprécient les doubles profils (lettres et droit, ou sciences, ou économie…). En résumé : les littéraires ne sont pas toujours les mieux placés pour postuler !

Devenir responsable d’édition

Après quelques années d’expérience, il est possible d’évoluer vers le poste d’éditeur ou de responsable d’édition. Les offres restent toutefois rares à ce niveau de responsabilités.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ 203 000 Cfp (1700 euros) brut par mois.

Très variable selon le niveau de responsabilités et la taille de la structure.

Accès au métier

Séduisant, ce métier attire de nombreux jeunes diplômés, malgré un nombre de recrutements limité… Résultat : le niveau de formation (et d’embauche) se situe majoritairement à bac + 5. Si les compétences pour devenir un bon secrétaire d’édition s’acquièrent sur le terrain, le savoir-faire requis explique la nécessité d’une formation aux techniques éditoriales.

Niveau bac + 2

  • DUT information-communication, option métiers du livre et du patrimoine

Niveau bac + 3

  • Licences pro Métiers du livre : édition et commerce du livre

Niveau bac + 5

  • Masters Métiers du livre et de l’édition

En savoir plus

Témoignage

Camille, secrétaire d'édition
Un vrai « pivot »

"Je travaille dans une petite maison d'édition qui publie des BD. J'y joue un vrai rôle de pivot : l'ensemble des informations transite par moi et je les redistribue. Entre un coup de fil à un auteur pour lui rappeler les délais, au correcteur pour une 2e relecture... il faut que je trouve le temps de voir le maquettiste pour vérifier la mise en page."

"Pour m'aider dans ce travail de suivi, je m'appuie sur un""rétroplanning""qui me permet de visualiser toutes les dates de sortie des albums sur les 2 années à venir, ainsi que l'ensemble des dates préalables."