Technicien réalisateur / technicienne réalisatrice radio

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
Centre(s) d'intérêt(s) :

Le technicien réalisateur radio est le porte-voix de l’animateur de l’émission. Avec lui, il orchestre la diffusion des événements sonores sur l’antenne et veille à la qualité du son.

Le technicien réalisateur radio prépare et diffuse les émissions de radio. Il travaille avec l’animateur ou le journaliste, le plus souvent dans un studio. Depuis sa console numérique, il contrôle l’ouverture des micros, l’équilibre des voix, l’enchaînement des séquences sonores. Il doit être à l’écoute, concentré, réactif et capable de gérer son stress. Il a des compétences techniques et des qualités artistiques. Il travaille pour des radios nationales ou locales, publiques ou privées.

Le métier

Nature du travail

À l’attention des auditeurs

En tant que technicien du son, le technicien réalisateur radio assure les opérations de la chaîne audio depuis la captation jusqu’à la diffusion aux auditeurs. En tant que réalisateur, il sélectionne les sons et les musiques, et effectue le montage. Il réalise des fictions, des documentaires, des publicités, des jingles, des podcasts.

De la technique mais pas seulement

Les musiques, les voix ou les sons non musicaux forment sa matière de base. À lui de les capter, de les traiter, de les mixer, de les monter, de les transporter, de les éditer et de les diffuser. Il dispose de micros, de casques, de bancs de montage, de consoles… et utilise des technologies et des matériels issus de l’électronique et de l’informatique. Mais c’est son sens artistique musical qui le guide dans ses choix techniques pour produire un son propre, esthétique, équilibré, agréable à écouter.

De la souplesse dans un environnement contraint

À l’antenne, tous les événements à diffuser sont consignés dans un  » conducteur « , qui indique à chacun la nature et l’ordre des interventions et leur durée. Le technicien gère l’ensemble des voix et assure le défilement des séquences avec fluidité. Hors antenne, en post-production, il élabore des produits prêts à diffuser, qui composeront les futures émissions.

Compétences requises

Savoirs techniques et curiosité

Une formation scientifique est nécessaire pour comprendre la physique des sons. Les techniques du traitement audio proviennent, quant à elles, de l’électronique et de l’informatique. Mieux vaut aimer apprendre pour suivre leur incessante évolution. À cela s’ajoutent un intérêt pour l’actualité et la culture, une ouverture d’esprit, le désir d’apporter un service à un public.

Qualités d’écoute

Selon l’environnement professionnel, le technicien réalisateur radio est expert ou polyvalent, plutôt artiste ou, surtout, technicien. Concentration, réactivité et sang-froid sont de mise. Les qualités d’écoute sont primordiales. Utiles pour juger un son, elles sont indispensables pour accueillir les invités des émissions et les équiper du matériel de prise de son avec tact.

Qualités physiques

En déplacement pour un reportage ou si le studio se délocalise pour s’associer à un événement, le technicien réalisateur se charge de l’installation et de la mise en place du matériel et manipule des objets lourds. Les cycles variables de l’emploi du temps, les longues vacations le week-end exigent une bonne capacité de récupération. Par ailleurs, comme dans tous les métiers du son, une excellente audition est bien sûr indispensable.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Au service de l’équipe

À l’antenne, le technicien réalisateur radio est à l’écoute des animateurs et des journalistes, et communique avec eux selon une codification gestuelle. Des écrans le renseignent sur le temps qui défile ; il sait quand un dialogue va se terminer, qui interviendra ensuite. Il contrôle exactement l’instant où il ouvre ou ferme un micro, lance un disque ou un jingle. Il gère les durées et respecte le timing.

Un métier diversifié

Ses activités varient selon le type de radio. Dans une station spécialisée dédiée à la musique, il réalise plus qu’ailleurs des prises de son musical. Selon le mode d’organisation de la station, il peut travailler en exclusivité avec un animateur, ou traiter toutes les émissions d’une plage horaire. Il se déplace avec du matériel pour un reportage, ou diffuse en direct depuis le studio les commentaires d’un journaliste à l’extérieur.

Des horaires modulés

Les radios émettent 24 heures sur 24, tous les jours. Pour couvrir cette amplitude, les plages de travail sont organisées en vacations. Des tableaux de services avec des créneaux variables précisent chaque semaine l’emploi du temps de chacun. Prévoir de travailler très tôt le matin ou tard le soir, le cas échéant la nuit, parfois le week-end et les jours fériés.

Carrière

Mettre un pied à l’étrier

Le stage en cours de formation est un moyen de découvrir la radio et de s’investir dans ce média. La carrière commence bien souvent par des contrats courts, des remplacements, avant un emploi plus stable en CDI (contrat à durée indéterminée). Les emplois se situent dans les réseaux nationaux du service public ou des radios privées, les radios locales indépendantes, les radios associatives.

Deux métiers en un

Technicien réalisateur radio est la synthèse de technicien opérateur son et de réalisateur. Ce regroupement est devenu possible grâce au déploiement de l’informatique, qui a rendu les opérations techniques plus rapides et plus aisées. Ce métier concentre sur un seul professionnel des exigences techniques et des exigences artistiques. Les petites structures indépendantes emploient plutôt des techniciens réalisateurs polyvalents ; les grandes stations culturelles conservent pour le moment les deux métiers.

Évolution de carrière

Il est très formateur de travailler dans plusieurs radios ou dans plusieurs services d’une même radio de façon à acquérir des savoir-faire complémentaires et de l’assurance. Après quelques années d’expérience, il est possible d’évoluer vers des emplois de réalisateur radio ou de responsable technique coordinateur d’antenne.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

Smic. Les salaires dépendent du niveau de qualification et sont régis par les conventions collectives des métiers de la radio, qui sont différentes selon les secteurs, public ou privé. Au salaire de base peuvent s’ajouter diverses primes.

Accès au métier

  • Niveau bac + 2

  • Le BTS métiers de l’audiovisuel option métiers du son correspond bien aux besoins des employeurs. Ce BTS forme des opérateurs de prise de son, des mixeurs et des monteurs son, des sonorisateurs, des techniciens d’antenne et des régisseurs son. L’accès à cette formation est très sélectif (50 demandes pour 1 place).
  • L’établissement privé Studio École de France à Boulogne-Billancourt prépare au titre professionnel du ministère de l’Emploi de technicien réalisateur radiophonique. Admission au niveau bac sur tests de culture générale et entretien de motivation.
  • Niveau bac + 3

  • Certaines licences professionnelles de l’audiovisuel portent sur le son, notamment sur le design sonore, les logiciels son, l’ingénierie du son numérique ou le son dans un spectacle.
  • Plusieurs écoles privées proposent des formations de niveau bac + 3 dans le domaine du son, comme l’école Esra, qui propose 2 sections son audiovisuel et son musical et sonorisation.
  • Niveau bac + 5

  • Diplôme de l’École nationale supérieure Louis-Lumière, section son.
  • Diplôme de l’École nationale supérieure des métiers de l’image et du son (La Fémis), spécialisation son. Accès sur concours au niveau bac + 2.
  • Il existe aussi de nombreux masters préparés à l’université.

En savoir plus