Vitrailliste

Niveau d'accès :
Statut(s) :
artisan
Secteur(s) d'activité(s) :
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ / /
Vidéo

Chartres, La Sainte-Chapelle de Paris… Du roman au gothique, l’art du vitrail a connu son âge d’or. Aujourd’hui, le vitrailliste partage son temps entre restauration et création. Il est à la fois artiste et technicien du verre.

Le vitrailliste est un artisan spécialisé dans la création et la rénovation de vitraux. Pour travailler le verre, il utilise des techniques délicates, qui exigent patience et habileté. Ses ouvrages jouent sur les couleurs, la lumière et la transparence du verre. Il évolue en atelier ou sur des chantiers, notamment lorsqu’il oeuvre à la restauration d’un monument religieux. Des connaissances en histoire de l’art lui sont donc utiles. Le vitrailliste peut également créer de nouveaux vitraux pour les particuliers.

Le métier

Nature du travail

Un métier d’art

Le vitrailliste dessine d’abord des maquettes qui lui serviront de modèles pour découper le verre. Il travaille ensuite la matière, la peint si nécessaire, créant ainsi une sorte de puzzle de grande dimension qui formera une image translucide et colorée. Pour finir, il assemble les morceaux de ce « patchwork » avec des baguettes de plomb : cette dernière étape est appelée sertissage.

Restaurer des monuments

Pour rénover les vitraux, notamment ceux des édifices religieux, le vitrailliste déloge le verre de son cadre afin de le nettoyer ou de le remplacer s’il est endommagé.

Créer de nouvelles pièces

L’artisan peut également travailler à la création de nouveaux vitraux. Il dialogue alors avec son commanditaire, organisme privé ou public, des matières et des formes du verre. Puis il propose des projets qu’il réalisera ensuite.

Compétences requises

Précision et savoir-faire

Le travail d’un vitrailliste est minutieux et précis. Il nécessite un sens de l’esthétique très développé, mais aussi de l’habileté et de la patience dans la manipulation des outils.

Maîtrise de l’histoire des arts

La rénovation des monuments religieux et de leurs rosaces représente une large part des commandes aux vitraillistes. Aussi, des connaissances approfondies en histoire des arts, et notamment en religion et représentations bibliques, tant sur les formes que sur les couleurs employées, constituent un atout indéniable pour décrocher des contrats.

Pédagogie

Qu’il forme un apprenti pour transmettre son savoir et son savoir-faire, ou qu’il donne des cours à des particuliers, le vitrailliste doit posséder un sens aigu du relationnel et de la pédagogie.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

En atelier ou sur le chantier

Pièces de verre, pots de peinture, tables à dessiner… autant d’éléments faisant partie de l’atelier du vitrailliste. Il peut aussi travailler sur des chantiers lors de la rénovation de monuments. Il opère alors souvent à l’extérieur, en hauteur, et doit parfois soulever de lourdes charges.

Travailler en réseau

Pour les gros chantiers, l’artisan développe le travail en collaboration avec d’autres vitraillistes ou avec d’autres corps de métiers : peintres, sculpteurs…

Constituer sa clientèle

Pour alimenter son carnet de commandes, le vitrailliste doit prospecter, démarcher les clients potentiels. Parmi eux, les associations de restauration des monuments, les paroisses, les municipalités…

Carrière

Un métier à la mode

Les arts plastiques anciens et les techniques d’antan reviennent à la mode. Ce n’est pas sans incidence sur le secteur du vitrail : si le marché des églises perdure, avec 90 000 mètres carrés de vitraux en France, celui des particuliers tend à se développer. Les artisans vitraillistes profitent de cette tendance.

Des entreprises peu nombreuses

On compte aujourd’hui environ 450 entreprises vivant de l’art du vitrail. Les profils recherchés sont différents. Pour le vitrail religieux, les artisans sont de véritables restaurateurs ; ils maîtrisent des techniques particulières.

Développer une activité annexe

Le vitrailliste peut organiser des cours pour les particuliers afin de séduire une nouvelle clientèle et compléter ses revenus.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

Variable.

Accès au métier

On peut exercer le métier de vitrailliste avec un diplôme allant du CAP (certificat d’aptitude professionnelle) au bac + 2.

  • Après la 3e

  • CAP arts et techniques du verre, option vitrailliste
  • Niveau bac

  • BMA (brevet des métiers d’art) verrier décorateur
  • Niveau bac + 2

  • DMA (diplôme des métiers d’art) décor architectural, option traitement plastique et de la transparence

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Jusqu'au BAC

non inscrit au RNCP

Formations dans le reste de la France

Jusqu'au BAC

niveau 4 (bac ou équivalent)
niveau 5 (niveau CAP)

Après le BAC

niveau 3 (bac + 2)

En savoir plus

Témoignage

Claire, vitraillisteet chef d'entreprise à La Bourdinière-Saint-Loup (28)
S'adapter à des projets variés

"J'utilise à la fois les techniques traditionnelles et nouvelles. J'apprécie la diversité des activités et des chantiers de ce métier : la création me donne l'occasion de m'exprimer, tandis que les travaux de restauration me donnent l'occasion de découvrir le patrimoine et d'en prendre soin. L'essentiel est de se montrer curieux, de s'adapter et de se remettre en question à chaque nouveau projet. Si une sensibilité à l'art est appréciée dans le domaine, il faut rapidement privilégier une formation diplômante solide pour maîtriser les savoir-faire techniques indispensables (coupe des verres, sertissages…). Pour évoluer vers un profil de chef d'entreprise, il est nécessaire aussi de savoir constituer des dossiers, notamment dans le cadre de la gestion de projet ou d'une réponse à un appel d'offres."