Webmestre

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/
Vidéo

À la fois technicien, graphiste et rédacteur, le webmestre est responsable de la vie d’un site, du développement à l’animation, en passant par la mise en ligne et la veille technologique. Un métier à géométrie variable nécessitant d’avoir plusieurs cordes à son arc.

Responsable d’un site Internet, le webmestre y ajoute du contenu (textes, images, sons…), résout les problèmes techniques et joue un rôle d’interface entre les différents intervenants (graphistes, rédacteurs…). Selon le type et la taille de l’entreprise, le métier diffère fortement. Certains webmestres s’occupent de la totalité d’un site, de la conception à la maintenance ; d’autres se spécialisent dans les aspects techniques ou rédactionnels.

Le métier

Nature du travail

Avant la mise en ligne

L’activité du webmestre dépend de l’entreprise pour laquelle il travaille. Il peut intervenir dès la conception du site Internet : il l’alimente alors en contenus (publication d’articles, création de fiches produit…) et vérifie sa compatibilité avec les principaux navigateurs. Il signale les problèmes techniques rencontrés et traque les bugs d’affichage. Lorsque tous les problèmes sont résolus, le site peut être mis en ligne.

Alimenter un site

Pour attirer les visiteurs, le webmestre ajoute du contenu (textes, sons, images, vidéos…) et réalise des mises à jour quotidiennement. Il peut aussi améliorer le référencement (positionnement du site dans les résultats des moteurs de recherche). En cas de problème grave, il peut solliciter les développeurs, ou restaurer le site à partir des sauvegardes qu’il effectue régulièrement. Il assure aussi la veille technologique vis-à-vis des sites concurrents.

Un rôle d’interface

En tant que responsable du site Internet et/ou intranet, il joue un rôle d’interface. Il s’assure que les rédacteurs respectent la charte éditoriale et peut leur proposer certaines corrections en vue d’optimiser le référencement. Il est en contact avec les développeurs et les webdesigners pour faire évoluer le site…

Compétences requises

Informaticien, mais pas seulement

Le webmestre est un informaticien doté de solides compétences en graphisme et en rédaction, et qui connaît parfaitement la culture et la stratégie de son entreprise. Il possède un bon niveau d’anglais et des compétences techniques. Il maîtrise les langages de programmation du Web (XML, Java, Flash, HTML…) et s’informe régulièrement de l’évolution des outils d’Internet. Créatif, rigoureux, autonome, il sait aussi se montrer polyvalent.

Le goût du contact

Le webmestre sait animer une équipe et communiquer. D’abord en interne, puisqu’il centralise des informations issues de différents services. Mais aussi à l’extérieur, puisqu’il s’enquiert, en permanence, des réactions des internautes qui visitent le site pour l’ajuster au mieux.

Disponible et efficace

Pour respecter les délais et réagir au plus près de l’actualité, ses horaires sont étendus, parfois décalés. En cas d’imprévu, il doit se montrer disponible et efficace… très rapidement !

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Disponibilité

Le webmestre passe presque toute la journée devant son écran. En général, les horaires sont réguliers mais, pour certains sites qui doivent être constamment mis à jour, il doit faire preuve d’une grande disponibilité. Les webmestres exercent parfois leur activité en télétravail, le plus souvent sous le statut d’auto-entrepreneur.

Plusieurs projets de front

Les sites à forte audience peuvent être gérés par plusieurs administrateurs : chaque webmestre ne prend alors en charge qu’une partie du site. Chez un prestataire de services informatiques et Internet ou dans une agence web, il travaille sur plusieurs projets à la fois. Il peut aussi être associé à des missions ponctuelles. Ainsi, son travail prend fin immédiatement après la mise en place d’un site.

Polyvalence

Le webmestre est avant tout un chef d’équipe expérimenté, mais le métier diffère parfois fortement selon le type et la taille de l’entreprise. Le webmestre peut ainsi assurer les missions de l’intégrateur HTML, du concepteur de contenus multimédias, du chargé de communication, de l’éditorialiste, de l’animateur de communautés web… Les aspects commerciaux et marketing peuvent aussi relever de sa responsabilité.

Carrière

Un marché sans limites

Les nombreuses entreprises disposant d’un site Internet n’ont pas forcément besoin de faire appel à des professionnels du Web. De plus, nombreux sont les sites  » bricolés  » et les portails  » vitrines  » actualisés plus ou moins régulièrement. Le webmestre devient pourtant rapidement indispensable pour une entreprise qui se tourne vers l’Internet. La Toile ouvre des perspectives économiques importantes. En effet, des milliers d’entreprises (principalement les PME) n’ont pas encore de site…

Expérience recommandée

Agences de communication, agences web et fournisseurs d’accès recrutent des candidats qui possèdent une première expérience (de 1 à 5 ans) ou qui ont déjà effectué de nombreux stages (de longue durée).

Prendre du galon

Parce que le webmaster peut être amené à aborder toute la gamme des métiers d’Internet, ses possibilités d’évolution sont nombreuses. Un webmaster qui possède des qualités rédactionnelles pourra évoluer vers un poste de rédacteur en chef, tandis qu’un webmaster qui aura su développer ses compétences techniques, se dirigera plus naturellement vers un poste de chef de projet ou de directeur technique.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

À partir de environ 239 000 Cfp (2000 euros) brut par mois.

Accès au métier

Le métier se professionnalise et privilégie les diplômés de niveau bac + 2 à bac + 5. Généralistes ou spécialisées, les formations sont axées sur l’informatique, le graphisme ou le journalisme et la communication. Les écoles d’art ou de commerce, les cursus universitaires littéraires assortis d’une spécialisation informatique sont aussi envisageables.

  • Niveau bac + 2

  • BTS services informatiques aux organisations
  • DUT métiers du multimédia et de l’Internet (MMI)
  • Niveau bac + 3

  • Licences pro activités et techniques de communication, réseaux et télécommunications, systèmes informatiques et logiciels
  • Niveau bac + 5

  • Masters en information et communication, en informatique
  • Diplôme d’ingénieur
  • Certificats d’écoles spécialisées

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Après le BAC

niveau 3 (bac + 2)

Formations dans le reste de la France

Après le BAC

niveau 1 (bac + 5 et plus)
niveau 2 (bac + 3 et 4)
niveau 3 (bac + 2)

En savoir plus

Témoignage

Jean, webmestre
Un réalisateur de la toile

"Le webmestre est le premier surfeur, il doit détecter ce qu'attendent les internautes. L'important est de bien dimensionner le site pour que la technique soit en adéquation avec les besoins des utilisateurs... Le webmestre équilibre la tension entre la technique et le contenu, comme un réalisateur concilie les contraintes de l'ingénieur du son et des acteurs. Un site web qui mise tout sur la technique et néglige le contenu, c'est comme un film avec beaucoup d'effets spéciaux mais sans scénario."