Chanteur / chanteuse

Niveau d'accès :
Statut(s) :
intermittent du spectacle
Secteur(s) d'activité(s) :
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ /

Opéra, jazz, rock, variétés… autant de voies pour une seule voix ! Mais ne devient pas chanteur qui veut : les passionnés devront fournir des efforts et s’entraîner sans relâche pour espérer gagner les faveurs du public.

Qu’il interprète du classique (chant lyrique) ou qu’il s’aventure sur des chemins plus modernes (variétés, rock…), le chanteur doit beaucoup travailler. Il enchaîne les auditions, les entraînements, les répétitions, les représentations et parfois même les enregistrements en studio. Talent, persévérance, résistance et carnet d’adresses sont nécessaires pour percer dans ce milieu très concurrentiel où la majorité des professionnels sont intermittents.

Le métier

Nature du travail

Du côté des musiques classiques…

Le chanteur lyrique interprète le répertoire classique selon le timbre de sa voix : ténor, soprano, contralto, baryton… Lors de représentations, il peut faire partie de la distribution d’opéras ou d’opérettes. Choriste, il interprète avec d’autres chanteurs une oeuvre musicale. Soliste, il interprète une partie ou l’intégralité d’une oeuvre et interprète alors des solos.

…et des musiques actuelles

Le chanteur de musique actuelle (variétés, rock, jazz, rap, musiques électroniques…) interprète des chansons ou des morceaux de musique qu’il a pu composer lui-même ou créer par des auteurs-compositeurs. Si la voix reste essentielle, le look et le charisme occupent une place importante dans la réussite de la carrière. Celle-ci peut-être menée en solo ou au sein d’un groupe. Les enregistrements en studio et la promotion des albums alternent avec les concerts. Certains chanteurs peuvent aussi participer à des comédies musicales.

Compétences requises

Talent

Doté d’une grande sensibilité artistique pour interpréter les oeuvres de la façon la plus juste, le chanteur se caractérise avant tout par son talent. Il doit être créatif pour pouvoir improviser sur scène, composer des arrangements, voire écrire ses propres chansons.

Persévérance

Mais le talent ne suffit pas. Force d’expression, technique, étendue vocale (tessiture) et timbre de voix s’entretiennent au quotidien. Le chanteur doit maîtriser différents répertoires et plusieurs langues vivantes (italien, allemand, russe, anglais…) afin de chanter de façon réaliste dans ces langues. La ténacité est essentielle pour démarcher les maisons de disques et participer à des auditions. Enfin, une bonne résistance physique est indispensable pour supporter un rythme souvent intense.

Technique

Un chanteur doit maîtriser sa voix à la perfection. Il lui faut donc connaître les techniques respiratoires, d’échauffement et de diction. Il sait placer sa voix et exploiter toutes ses possibilités. Les techniques d’interprétation et de mémorisation n’ont pas non plus de secret pour lui.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Un entraînement quotidien

Les chanteurs ont un rythme soutenu : auditions, répétitions et représentations s’enchaînent, couplées à un perfectionnement technique et artistique quotidien. Les chanteurs lyriques perfectionnent leur technique vocale, mais aussi leur interprétation dramatique, car ils doivent savoir jouer la comédie. Ce travail représente plusieurs heures d’entraînement par jour, en plus des représentations en soirée.

Divers lieux de représentation

Les chanteurs se produisent dans les opéras, les festivals, les salles de spectacle, les manifestations culturelles ou les émissions de radio et de télévision. Les déplacements en France et à l’étranger sont fréquents pour assurer ces représentations ainsi que les éventuelles tournées.

Des interlocuteurs exigeants

Les chanteurs lyriques répondent aux attentes du metteur en scène, du chef d’orchestre, du directeur artistique… Les chanteurs de musiques actuelles ont des obligations vis-à-vis de leur maison de disques ou de leur producteur… sans oublier le public.

Le règne de l’intermittence

Dans la chanson, le statut d’intermittent prédomine. Seuls quelques ensembles de musique de chambre et une quinzaine d’opéras emploient des choeurs professionnels. Les postes permanents sont rares et très recherchés.

Carrière

Le cap de l’audition

Certains responsables de théâtre, organisateurs de concerts et de spectacles sollicitent les chanteurs sortant d’un centre de formation lyrique ou lauréats d’un concours international. Les ateliers lyriques d’insertion professionnelle préparent également les chanteurs débutants à leur future carrière. Mais de manière générale, les artistes doivent passer des auditions ou castings pour décrocher des contrats. Ils connaissent alors la compétition et doivent être patients car la concurrence est rude.

Un réseau relationnel influent

Afin de faciliter leur recherche de contrats, les chanteurs ont souvent recours aux services d’un agent artistique. Mais le cas échéant, ils doivent eux-mêmes forcer le destin et démarcher les maisons de disques, les producteurs, les directeurs d’opéras et autres professionnels du milieu. Les relations et le carnet d’adresses sont donc essentiels pour réussir.

Une insertion difficile

Pour compléter leurs revenus, la plupart des chanteurs doivent se tourner vers des activités annexes comme l’enseignement. Si travailler comme soliste représente un aboutissement pour nombre de chanteurs, intégrer un ensemble vocal en tant que choriste ou chef de choeur semble beaucoup plus aisé. Les comédies musicales constituent également un vivier d’emplois.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

Un chanteur est dans la plupart des cas rémunéré au cachet. Celui-ci varie en fonction de sa notoriété et de la nature de la prestation. La rémunération peut être complétée par une rétribution au titre des droits d’auteur.

Accès au métier

Il n’existe pas de voie royale pour devenir chanteur. Néanmoins, une pratique vocale dès l’enfance est préférable, de même qu’une formation musicale initiale. Les conservatoires de musique classés par l’État (à rayonnement communal, départemental, régional…) proposent plusieurs cycles de formation dès l’âge de 6 ans. De nombreuses écoles privées forment aussi les futurs chanteurs à des âges divers. Un perfectionnement est possible tout au long de la carrière grâce à des stages, aux académies d’été, masters classes, etc.

  • Avant le bac

  • CHAM (classes à horaires aménagés musique)
  • Niveau bac

  • Bac techno techniques de la musique et de la danse, option instrument
  • DNOP (diplôme national d’orientation professionnelle), spécialité musique
  • DEM (diplôme d’études musicales)
  • Niveau bac + 3

  • DNSP (diplôme national supérieur professionnel) de musicien, spécialité instrumentiste-chanteur
  • Niveau bac + 5 et plus

  • Diplôme de formation supérieure de musique du Conservatoire de Paris et de Lyon
  • Diplôme supérieur de chanteur professionnel soliste (concertiste ou opéra) de l’école normale de musique Alfred Cortot

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Aucune formation disponible en Nouvelle-Calédonie

Formations dans le reste de la France

Jusqu'au BAC

non inscrit au RNCP

Après le BAC

niveau 2 (bac + 3 et 4)
niveau 1 (bac + 5 et plus)

En savoir plus

Témoignage

Guillaume, barytonà la Compagnie des jeunes chanteurs de l'Opéra de Rouen (76)
Plus qu'une profession, une vocation !

"Au collège, j'ai participé à un opéra pour enfants d'Isabelle Aboulker, « Martin squelette » : j'ai senti que c'était le début d'une grande aventure. J'ai étudié au conservatoire de Saint-Étienne puis à la Haute École de musique de Genève. Des rencontres avec de formidables musiciens peuvent aussi ouvrir des perspectives à de jeunes artistes. À l'opéra, la technique vocale ne suffit pas. Il faut cultiver une identité, être musicien et comédien à la fois. Quand on chante, on transmet une émotion, des idées, bien plus que des mots. Sur scène et dans le public, le temps s'arrête : on vit dans un autre monde. Et quand on retourne dans le quotidien, on a envie de le rendre meilleur. L'envie de partager et de donner est importante. Car souvent, face au trac, on doute, on se demande pourquoi on s'inflige ça. Mais quand à la fin, le public nous remercie, on a la sensation d'avoir accompli notre mission, de savoir pourquoi on chante. Le métier de chanteur n'est pas simplement une profession, c'est une vocation !"