Chef / cheffe comptable

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/
Centre(s) d'intérêt(s) :
/

Le chef comptable ne se contente pas de collecter les chiffres de sa société. Il les analyse et en tire des bilans et des synthèses. Il est ainsi l’interlocuteur du chef d’entreprise ou du directeur financier, qu’il aide à prendre des décisions.

Bien que le chef comptable se consacre essentiellement aux chiffres de son entreprise, il ne connaît pas la routine. Animant l’équipe des comptables, il assure la fiabilité des écritures et des procédures. Ses analyses des chiffres permettent aux dirigeants de suivre l’évolution financière de l’entreprise. Cette fonction transversale requiert des compétences comptables, juridiques et fiscales de niveau bac + 4 au moins. Une première expérience, notamment en cabinet spécialisé, est indispensable.

Le métier

Nature du travail

Garant des chiffres

Toute entreprise, publique ou privée, est soumise à des règles comptables, fiscales et sociales. Chaque mois, le chef comptable contrôle la tenue des comptes. Sa mission est de donner une image exacte du patrimoine et des résultats de son entreprise. Une fois par an, avec son équipe, il prépare l’audit réalisé par le commissaire aux comptes.

Associé aux décisions

Le chef comptable établit des tableaux de bord de gestion et des analyses qui permettent de préparer le budget ou de mesurer les performances de la société. Une information très utile à la direction financière ou au chef d’entreprise, s’il travaille dans une PME (petite ou moyenne entreprise). Comme tout est informatisé, il fiabilise et optimise les systèmes d’information de son service.

Fonction à géométrie variable

Dans une PME, le chef comptable est le bras droit financier du dirigeant. Il peut gérer la trésorerie, le personnel, les relations avec les banques, les litiges commerciaux… Dans une filiale de groupe, il est responsable du reporting, c’est-à-dire de la transmission régulière des données financières au siège.

Compétences requises

Rigoureux et communicant

Rigueur et précision sont indispensables dans ce métier. Mais la technicité n’est pas le seul atout du chef comptable. Sa fonction étant transversale, on attend également de lui un bon contact. Il doit donc savoir communiquer, y compris en anglais. Les échanges téléphoniques et les courriers électroniques avec les filiales ou les partenaires commerciaux à l’étranger sont monnaie courante.

Animateur d’équipe

Un chef comptable peut encadrer de 4 à 50 personnes. Il doit animer son équipe au quotidien et la former aux évolutions comptables. Grâce à ses qualités de manager, il assure la productivité de son service, y compris dans les périodes chargées. En effet, il faut répondre à la pression de la direction générale, des analystes financiers et des actionnaires, qui attendent des chiffres à des dates précises.

Pluricompétent

Le chef comptable doit maîtriser les subtilités des techniques comptables et suivre leur évolution. Certains postes exigent de connaître la comptabilité anglo-saxonne, le droit social ou fiscal. Il faut également savoir utiliser les logiciels comptables.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Au coeur de l’entreprise

Regroupant tous les documents de gestion, la comptabilité a un rôle central. Le chef comptable est donc en contact avec de nombreux responsables : ceux du contrôle de gestion, de la direction financière, des ventes, des achats, de l’informatique… Il est aussi en relation avec les cabinets d’audit et d’avocats, les correspondants au siège ou dans les filiales… C’est un interlocuteur important.

Des phases de travail intense

Implanté dans les moyennes et grandes entreprises, ce métier connaît des coups de chauffe. Le reporting alourdit les débuts de mois. Mi-janvier, il faut préparer le bilan annuel, le compte de résultat et la liasse fiscale, avant l’arrivée du commissaire aux comptes. Par ailleurs, dans les sociétés cotées en Bourse, le service comptable doit être en mesure d’arrêter des comptes très vite pour les actionnaires. Il s’agit donc d’une activité en accordéon, comportant des moments intenses que le chef comptable doit être capable de gérer avec son équipe.

Carrière

Recrutement régulier

Rouages essentiels de l’entreprise, les chefs comptables bénéficient d’un volume de recrutement régulier et stable, lié notamment au turn-over, car les professionnels expérimentés sont très recherchés. Par ailleurs, les groupes recherchent également des chefs comptables consolideurs – la consolidation consiste à regrouper les résultats de toutes les filiales d’une entreprise sous un seul bilan.

Débutants s’abstenir

Des opportunités existent donc pour les diplômés de niveau bac + 4 au moins, qui possèdent une expérience de 4 ans au minimum. Un passage préalable par un cabinet d’expertise comptable est particulièrement prisé, car il donne un panorama complet de l’activité comptable.

Un bon tremplin

La comptabilité est un outil stratégique de l’entreprise. L’encadrement d’un service comptable est donc une étape intéressante dans un parcours de carrière, et peut conduire à une responsabilité financière importante, comme le poste de DAF (directeur administratif et financier) par exemple.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ de 418 000 Cfp (3500 euros) à 597 000 Cfp (5000 euros) brut par mois, en fonction de l’expérience et de la taille du service à encadrer. Une partie variable peut être ajoutée à ce salaire.

Source : étude de rémunérations, Robert Half, 2015.

Accès au métier

Plusieurs filières

  • Le chef comptable possède une compétence comptable, juridique et financière de niveau bac + 4 à bac + 5, assortie d’une expérience professionnelle. Cette formation peut être validée par différents diplômes reliés par des passerelles.

  • Les diplômes des écoles de commerce avec la spécialité audit, expertise comptable, gestion d’entreprise, sont bien adaptés. Ils offrent une passerelle vers le diplôme supérieur de comptabilité et gestion (DSCG) qui précède l’accès au stage d’expertise comptable.
  • Les masters universitaires se préparent en deux années après une licence. Le parcours le plus adapté consiste à faire une 3e année de licence de gestion (accès sélectif) après un DUT de gestion, un BTS de comptabilité-gestion ou deux années de licences d’économie et gestion). Après la licence, le master « comptabilité, contrôle, audit » est la voie royale vers les métiers du chiffre. Il donne des dispenses d’épreuves en vue de l’obtention du DSCG. D’autres masters de sciences du management sont également bien adaptés.
  • Des formations à distance sont assurées par l’INTEC (Institut national des techniques économiques et comptables).

En savoir plus

Témoignage

Ahmed, responsable comptable d'une filiale
Motiver ses collaborateurs

"Je dialogue avec mes quatre collaborateurs sur leurs objectifs professionnels. Je réfléchis au moyen de leur trouver des tâches variées pour éviter qu'ils tombent dans la routine, un piège en comptabilité. Pour ma part, j'y échappe facilement car je dois réfléchir par-delà les chiffres. Or, ils sont tous différents."