Constructeur / constructrice de routes

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ / /
Vidéo

Des routes, des autoroutes, des voies piétonnes, des pistes cyclables, des parkings… Autant de surfaces qu’il faut construire, entretenir, remettre en état. Le métier de constructeur de route n’est pas près de s’éteindre. Un poste qui demande de la polyvalence.

Le constructeur routier réalise des routes et des autoroutes, des voies piétonnes, des aérodromes, des parkings, des pistes cyclables, des stades, des aires industrielles de stockage… Il applique divers revêtements (béton, bitume, gravillons…), pose des éléments de voirie (trottoirs, caniveaux, mobilier urbain…), raccorde les réseaux souterrains (eau, gaz, électricité, téléphone…). Dans le respect de l’environnement, il crée des ouvrages avec des matériaux toujours plus performants. Un métier polyvalent où l’on aborde différentes techniques qui vont de la maçonnerie aux revêtements de chaussée, en passant par la signalisation. Ouvriers qualifiés recherchés.

Le métier

Nature du travail

Confection de la chaussée

À partir d’un terrassement fini, le constructeur de route pose différentes couches (de base, de liaison, de finition) et applique divers revêtements (béton, bitume, asphalte, gravillons…). Quand il intervient sur une chaussée endommagée, il enlève la couche existante et la remplace par une autre.

Raccordements aux réseaux

Pendant les travaux, le constructeur raccorde les réseaux souterrains existants : eau potable et assainissement, gaz et électricité, télévision… Il pose les éléments de voirie : trottoirs, caniveaux, pavés, glissières de sécurité, mobilier urbain. Avant les travaux, il pose les protections et met en place la signalisation temporaire du chantier.

Compétences requises

Habile et précis

Bien que l’industrie routière soit très mécanisée (finisseur, pelle hydraulique, engins de compactage…), la qualité de finition de l’ouvrage dépend beaucoup du savoir-faire manuel du constructeur routier. Dans un chantier toujours en mouvement, il doit savoir faire preuve d’initiative, veiller à sa propre sécurité et à celle des autres.

Endurant et adaptable

Même si le matériel évolue sans cesse, le métier reste physique. Aimant travailler en équipe et à l’extérieur, il doit aussi être capable de s’adapter à la diversité des situations, aux contraintes du terrain et aux conditions météorologiques. Chaque chantier est unique.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

En équipe sur les chantiers

Le constructeur de route travaille toujours à l’extérieur, par tous les temps et sur des chantiers de toutes tailles. Sur des terrains de toute nature, parfois accidentés. Il opère toujours en équipe avec d’autres constructeurs, sous les ordres d’un chef d’équipe ou d’un chef de chantier.

Outils manuels et mécanisés

Bien que le constructeur de route manie du petit matériel mécanisé (minipelleteuse, marteau-piqueur, bétonnière…), il se sert encore de la pelle et de la pioche pour les travaux de terrassement, du cordeau et de la bombe pour les traçages, de matériels de surfaçage et de réglage pour réaliser les revêtements.

Carrière

80 % d’entreprises artisanales

L’aménagement rural et urbain, la création d’espaces verts, de parkings, de stades, l’ouverture de routes, d’aérodromes, etc. sont des sources de débouchés pour l’avenir. Plusieurs milliers d’entreprises de travaux publics, dont 80 % sont artisanales, recherchent donc des personnels qualifiés.

Évolution de carrière

Avec de l’expérience et l’acquisition d’une bonne connaissance du métier, le constructeur de route peut devenir chef d’équipe, puis chef de chantier. Il peut obtenir un certificat de qualification reconnu par le biais de la formation continue. Autre possibilité : créer ou reprendre une entreprise.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

Smic

Accès au métier

CAP minimum apprécié

Si les entreprises accueillent des jeunes sans diplôme, auxquelles elles apprennent le métier, elles préfèrent ceux qui ont, au minimum, un CAP. Leur progression est plus rapide.

  • L’accès à la fonction de constructeur de route est donc facilité par la possession d’un diplôme :

  • Les CAP (certificat d’aptitude professionnelle) constructeur de routes, constructeur en ouvrages d’art se préparent en deux ans après la classe de 3e dans un lycée professionnel ou en apprentissage.
  • Le bac pro travaux publics, préparé en trois ans après la classe de 3e, forme des ouvriers très qualifiés et mène, après quelques années d’expérience, à un poste à responsabilités.

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Aucune formation disponible en Nouvelle-Calédonie

Formations dans le reste de la France

Jusqu'au BAC

niveau 5 (niveau CAP)
niveau 4 (bac ou équivalent)

En savoir plus

Témoignage

Gagny, applicateur d'asphalte
Il faut aller jusqu'au bout

"Actuellement, je travaille à la réfection de la couverture et de l'étanchéité d'un parking aérien. J'applique l'asphalte avec une cale en bois sur de grosses genouillères. C'est physiquement dur. Au début, malgré mes huit années de boxe à un bon niveau régional, j'avais des courbatures. Et puis, quand la coulée a commencé, il faut aller jusqu'au bout et finir le camion. Mais j'aime mon métier et l'ambiance qui règne sur les chantiers. D'ailleurs, je reste souvent avec les gars après le travail."