Critique d’art

Niveau d'accès :
Statut(s) :
indépendant
Secteur(s) d'activité(s) :
/
Centre(s) d'intérêt(s) :
/

Rendre compte en quelques lignes d’une actualité artistique, rencontrer des artistes, visiter des expositions, participer à des conférences… telles sont quelques-unes des nombreuses activités du critique d’art.

Tel un guide de l’esprit, le critique d’art accompagne le public dans la découverte de propositions artistiques. Livres, articles, catalogues, son expression peut recouvrir différentes formes. En contact privilégié avec les artistes, le critique d’art collabore également avec les maisons d’édition, les musées, les municipalités, les revues, etc. Cette activité, exercée en free lance, est cependant très précaire : les critiques d’art ont souvent un autre emploi qui leur assure un revenu fixe.

Le métier

Nature du travail

Différents types d’écrits

La principale activité du critique d’art consiste à écrire sur l’art. Mais pas question d’écrire sans avoir effectué en amont un long travail de recherche ou rencontré l’artiste et vu ses oeuvres ! Souvent associé aux métiers de journaliste et d’écrivain, le critique d’art s’en distingue par sa prise de position et l’analyse critique des arts sur lesquels il travaille. Selon son commanditaire (éditeur, revue, musée, artiste) ou les projets qu’il mène, les sujets varient et les écrits peuvent être de différents types : préfaces de catalogues, livres, articles, etc.

Commissaire d’exposition

Le critique d’art peut également être sollicité pour concevoir et organiser une exposition artistique temporaire : il est alors commissaire d’exposition ou  » curator « . Sous ce statut, il définit la problématique ou la thématique de l’exposition, sélectionne les oeuvres et les artistes, détermine la mise en espace des oeuvres dans le lieu accueillant le projet ainsi que leur restitution auprès des publics sous toute forme de diffusion (affiches publicitaires, catalogue, etc.). Et, lorsqu’un catalogue est imprimé, il en rédige les textes.

Compétences requises

Une expertise artistique

Le critique d’art possède de grandes connaissances sur l’histoire de l’art et l’art contemporain, mais également sur le milieu artistique, les institutions et le marché de l’art. Généralement spécialisé dans un art ou une période artistique en particulier, il doit toutefois être capable de situer n’importe quelle oeuvre dans l’histoire, de l’analyser et de juger sa qualité.

Un sens critique

De par son expertise artistique, le critique d’art est capable de se positionner et d’émettre un jugement qualitatif sur une proposition artistique. L’ouverture d’esprit tient alors une place importante. Toute proposition n’est cependant pas recevable, il se doit alors de dénoncer les aberrations et tromperies quand il y fait face.

Des compétences rédactionnelles

Le critique d’art doit posséder des compétences rédactionnelles. Il présente les oeuvres mais explique également ce qu’il y a à comprendre, à voir et à ressentir face à elle. Pour que ses textes puissent être compris par différents publics, novices ou experts, son style doit être fluide et accrocheur, et il doit être capable d’adapter son écrit selon le support (livre, article, catalogue).

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Disponible et mobile

Le critique d’art a une activité qui l’oblige à se rendre de façon régulière dans des lieux culturels divers et variés, plus ou moins éloignés de son domicile. Entre deux rendez-vous avec des artistes, il se rend dans des expositions, des vernissages, participe à des conférences, intervient dans des débats… Disponibilité et mobilité sont donc de rigueur.

Indépendant et autonome

Le critique d’art travaille majoritairement de manière indépendante, en free lance. Il dispose alors d’une certaine liberté et autonomie : il doit donc s’organiser, gérer son emploi du temps afin de pouvoir respecter les délais qui lui ont été impartis pour réaliser ses différentes missions.

Sous contrat(s)

Le critique d’art travaille avec différents partenaires : maisons d’édition, revues, journaux, musées, artistes, municipalités… Toute prestation, qu’elle lui ait été confiée ou commandée, est cadrée en termes de nombre de signes, de temps de rédaction, de financement, de salaire, etc., par un contrat qui peut être plus ou moins négocié selon la notoriété du critique.

Carrière

Une insertion difficile

Il est extrêmement difficile de devenir critique d’art. L’accès à la profession est souvent une question de chance et de rencontres. Autant dire que le réseau professionnel tient une place déterminante, et participer activement à l’actualité artistique (vernissages, expositions, débats, conférences) est capital.

De plus, seuls les membres de l’Aica (Association internationale des critiques d’art) sont officiellement reconnus par la profession. Pour être accepté dans l’association, il faut déjà avoir produit différents écrits, s’être fait remarquer et être parrainé par deux critiques d’art, eux-mêmes membres de l’Aica.

Une activité complémentaire

La critique d’art est une activité très précaire, qui ne permet pas de vivre décemment, surtout lorsque l’on ne bénéficie pas d’une certaine notoriété. Il est donc nécessaire d’avoir une activité principale qui assure une rémunération fixe. La plupart des critiques d’art sont avant tout des enseignants, des conseillers artistiques dans des municipalités, etc.

Pour les débutants, la critique est souvent une activité bénévole, le temps de percer et de se faire un nom dans le milieu.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

Variable selon les contrats et la notoriété du critique.

Accès au métier

Aucune formation spécifique ne prépare à l’activité de critique d’art. Cependant, avoir des connaissances pointues en art et histoire de l’art est indispensable pour exercer ce métier. Il est donc vivement recommandé de suivre un parcours en histoire de l’art.

  • Niveau bac + 3

  • Licences Histoire de l’art et archéologie; Arts ; Arts plastiques
  • Diplôme de 1er cycle de l’École du Louvre
  • Diplôme de l’Iesa (Institut d’études supérieures des arts)
  • Diplôme de l’Icart (Institut supérieur des carrières artistiques)
  • Niveau bac + 5

  • Masters Histoire de l’art, Arts, Arts platiques, Création artistique
  • Diplôme de 2e cycle de l’École du Louvre

En savoir plus