Data manager

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ / / /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ /

Né de la multiplication et de la complexification des données, le data manager, ou gestionnaire de données, recueille et organise les informations de l’entreprise, en vue de leur exploitation optimale. Il travaille désormais dans tous les secteurs.

Né de la profusion de variables qui demandent de nouvelles méthodes analytiques, le data manager est à la croisée des chemins de la statistique, de l’informatique et de la maîtrise des enjeux économiques et sociaux de l’entreprise pour laquelle il travaille. Plus qu’un statisticien, il a souvent un rôle stratégique d’aide à la décision, notamment pour le marketing. On trouve désormais des spécialistes data dans tous les secteurs d’activité.

Le métier

Nature du travail

Spécialiste des bases de données

Sachant identifier les données vitales d’une entreprise (références clients, données produits et fournisseurs, résultats d’études cliniques, etc.), le data manager les recueille et les organise dans une base pour les rendre exploitables et  » parlantes « .

Une attention constante

À lui de trouver les meilleures solutions d’hébergement pour traiter, archiver et indexer ces précieuses données. Responsable de la qualité et de la sécurité des fichiers, il veille, au quotidien, à l’enrichissement des bases de données, les nettoie en faisant la chasse aux doublons, par exemple, met à jour et établit un descriptif précis des informations disponibles pour les différents services de l’entreprise. Il peut également être amené à établir des modèles statistiques, ou à faire des extractions et des analyses, en fonction des demandes.

Une dimension stratégique

Mais son rôle est également stratégique. Il doit anticiper les changements dans son secteur d’activité, récolter de nouvelles données, effectuer des extractions, générer des statistiques ou mettre en cohérence différentes sources pour mettre en lumière tel ou tel phénomène. Dans le secteur médical, le data manager participe à un projet de recherche en gérant notamment les données d’études cliniques.

Compétences requises

Informatique et statistique

Au minimum, le data manager doit être rompu aux chiffres et maîtriser les outils informatiques spécifiques à la gestion de bases de données. Mais, auparavant très statisticien, le poste de data manager évolue de plus en plus vers la stratégie.

Une bonne connaissance du secteur

Selon le secteur vers lequel il s’oriente, le data manager devra, en plus d’un solide socle de connaissances techniques, avoir des bases en marketing, commerce, vocabulaire médical ou bancaire, etc. Les doubles profils sont particulièrement recherchés.

Pédagogie et discrétion

Pour les phases d’analyse des résultats et de restitution, le data manager doit faire preuve de clarté et d’un grand esprit de synthèse. Il est important qu’il se mette à la portée de ses interlocuteurs, qui peuvent être très variés. Son aisance devra être réelle, à l’oral comme à l’écrit. Par ailleurs, dans la mesure où il traite des informations souvent stratégiques pour l’entreprise, il doit savoir faire preuve d’une grande discrétion, en interne comme à l’extérieur du travail.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Seul ou en équipe

Les yeux rivés sur des écrans, le data manager travaille seul ou en équipe, en fonction de la taille de l’entreprise et du périmètre de son poste, qui peut varier énormément d’une organisation à une autre.

Dans certains cas, il sera à la tête d’une équipe pouvant inclure, par exemple, un ou plusieurs data miners, chargés d’identifier de nouvelles informations, des statisticiens pour les extractions et les analyses… Chef d’équipe, son travail sera alors davantage orienté sur la stratégie, la planification et le management que sur la gestion et l’exploitation des données.

En relation avec de nombreux services

Dans tous les cas, le data manager est en contact régulier avec les services marketing, commercial, financier et avec la direction de l’entreprise. Selon le cas, il est rattaché à la direction informatique ou au département marketing. Les réunions sont assez fréquentes. Dans le secteur de la santé, le data manager travaille en collaboration avec des chercheurs, bio-informaticiens, médecins, etc.

Carrière

Des secteurs historiques…

Au début des années 2000, on trouvait essentiellement les data managers dans le secteur de la banque et de l’assurance, dans les laboratoires pharmaceutiques ou les instituts de sondage. Aujourd’hui, ces spécialistes des données ne sont plus cantonnés à ces seuls secteurs.

… aux nouveaux venus

Le data manager peut désormais travailler au sein de tout type d’entreprise gérant un nombre important de données. Les professionnels de la VPC (vente par correspondance) et du e-commerce, ainsi que les entreprises du Web par exemple, sont particulièrement friands de ces spécialistes, surtout s’ils ont une coloration marketing. De nombreuses agences spécialisées ou start-up sont également sur le secteur du big data et recrutent des experts en bases de données.

De belles perspectives de carrière

Après quelques années d’expérience, le data manager peut devenir responsable de système d’information ou bien bio-statisticien, s’il exerce dans le secteur très porteur de la santé. Il peut également devenir expert ou créer sa propre entreprise spécialisée.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ 239 000 Cfp (2000 euros) brut par mois.

Accès au métier

Si la demande pour ce métier se situe beaucoup à bac + 5, la pénurie de spécialistes big data laisse une chance aux titulaires d’un bac + 2. Pour eux, l’alternance ou les stages longs sont particulièrement recommandés car ils leur permettront d’engranger de l’expérience et, le cas échéant, de faire leurs preuves. Une double compétence (en marketing notamment) ou la bonne connaissance d’un secteur pourra également faire la différence.

  • Niveau bac + 2

  • DUT statistique et informatique décisionnelle
  • Niveau bac + 3

  • Licence pro mention métiers du décisionnel et de la statistique, spécialisée en data mining (traitement de l’information pour la décision)
  • Niveau bac + 5

  • Master mention économétrie, statistiques ; mention mathématiques appliquées, statistiques, ou mention informatique ou MIAGE spécialisé en gestion de données, traitement de l’information pour la décision…
  • Diplôme d’ingénieur spécialisé en statistique ou en data management

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Aucune formation disponible en Nouvelle-Calédonie

Formations dans le reste de la France

Après le BAC

niveau 1 (bac + 5 et plus)

En savoir plus