Designer sonore

Niveau d'accès :
Statut(s) :
indépendant, salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ / /
Centre(s) d'intérêt(s) :

Jingle, claquement de porte, sonnerie de micro-ondes, signaux sonores pour les non-voyants ou musique d’un jeu vidéo… autant de missions qui peuvent être dévolues au designer sonore en fonction de son secteur d’activité.

À la fois créatif et technicien à la pointe de son domaine, le designer sonore doit respecter un cahier des charges et des délais imposés par le client. Les oreilles à l’affût des nouvelles tendances, il doit trouver LE son qui fera vendre ou rendra un jeu inoubliable. Jingle, sonnerie de micro-ondes, signaux sonores pour les non-voyants ou encore musique d’un jeu vidéo, autant de missions qui peuvent être dévolues au designer sonore en fonction de son secteur d’activité.

Le métier

Nature du travail

De nombreuses applications

Il y a autant de réalités professionnelles pour le designer sonore que de secteurs dans lesquels il peut exercer ses talents. Mais, avec toujours un même objectif : donner du sens au son. Dans l’audiovisuel et le multimédia, le designer sonore crée les bruitages d’un logiciel, compose la musique d’un jeu vidéo, d’un site web ou d’une émission, par exemple.

Différents domaines

S’il travaille dans la communication, il compose ou trouve la musique originale d’une publicité ou invente le jingle qui rendra une marque immédiatement reconnaissable et inoubliable. Le but : changer l’image d’une entreprise ou influencer l’achat d’un produit. Dans l’industrie, il peut, par exemple, trouver le meilleur son pour chaque voyant d’alerte d’une voiture, ou veiller à rendre le son des appareils électroménagers moins bruyant. Dans le domaine artistique, il peut être amené à créer l’environnement sonore d’un spectacle ou d’une exposition, ou encore habiller l’espace public en lui donnant une dimension sonore.

Différentes étapes

Dans tous les cas, il procède par étapes : identification du projet, conception, réalisation technique, assemblage et mise en forme des sons, finalisation et suivi. Un travail très complet !

Compétences requises

Bon technicien

Le designer sonore est à cheval entre la création et la technique. Il doit donc user de son imagination et donner libre cours à sa créativité sans toutefois perdre de vue le cahier des charges imposé et les délais de réalisation. De plus, il doit parfaitement maîtriser la technique de son secteur pour que ses idées soient réalisables et donnent le meilleur effet une fois mises en place. Les logiciels de montage son Cubase, Pyramix, Nuendo ou encore Pro Tools sont quelques-uns de ses outils de travail.

Ouvert sur le monde

Doté d’une grande culture générale, le designer sonore est branché sur le monde et ses tendances. Il a en particulier de vastes connaissances musicales (tous genres et époques confondus), cinématographiques et audiovisuelles. Il suit également de près les créations passées et à venir dans le secteur d’application qu’il a choisi (automobile, publicité, jeux vidéo, etc.).

Rigoureux et autonome

Les savoir-être du designer sonore sont eux aussi très importants : curiosité, rigueur, efficacité, ouverture d’esprit, remise en question, autonomie ne sont que quelques-uns des traits de caractère appréciés par les clients et les employeurs.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

S’intégrer à une équipe

Même s’il est autonome, le designer sonore travaille en équipe. Il exerce en relation étroite avec le directeur artistique avec lequel il établit le  » cahier des charges sonore  » du client et, le cas échéant, avec le directeur technique du projet. Dans le secteur du Web, il est en contact permanent avec le développeur lors de la phase d’intégration de ses contenus. Il veille alors au respect de ses choix artistiques mais aussi à leur bon chargement.

Respecter un cahier des charges

Créatif, le designer sonore est également un excellent technicien qui maîtrise les techniques d’enregistrement, de mixage, etc. La dimension indéniablement artistique du métier ne doit pas lui faire oublier les contraintes auxquelles il est soumis : désirs et objectifs du client, délais, budget alloué, etc.

S’adapter au milieu

Il doit en outre adopter la culture du secteur dans lequel il travaille ou s’adapter rapidement s’il passe d’un domaine à un autre. En effet, les univers, les codes et les manières de travailler sont assez différents entre l’industrie, la communication et le milieu de l’art contemporain.

Carrière

Toujours à l’écoute

L’habillage sonore prend une place de plus en plus importante dans notre environnement. Les techniques évoluent sans cesse et les attentes des consommateurs sont de plus en plus grandes. Le designer sonore doit sans cesse se remettre en question et se réinventer en étant à l’écoute des tendances. Même s’il acquiert une certaine notoriété, pas question de s’endormir sur ses lauriers !

Plusieurs types d’employeurs

Les créateurs de jeux vidéo et les sociétés spécialisées du Web sont les premiers recruteurs de designers sonores. Il existe également un petit nombre d’agences spécialisées en design musical et sonore qui salarient des designers sonores ou font travailler des professionnels indépendants. Certains secteurs de l’industrie, comme l’automobile ou les transports, peuvent également les embaucher.

À son compte

S’il a acquis une certaine notoriété et peut justifier d’un certain nombre de réalisations remarquées, le designer sonore peut créer sa propre agence ou travailler à la demande, en tant que free-lance. Dans ce cas, une grande partie de son temps sera consacrée à la recherche de clients ou à la réponse à des appels d’offres. À l’inverse, il peut se spécialiser et devenir ingénieur du son dans un studio, par exemple.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ 254 000 Cfp (2131 euros) brut par mois en CDI (contrat à durée indéterminée).

Accès au métier

En dehors du diplôme (de niveau bac + 5) de l’Esbam (École supérieure des beaux-arts du Mans) délivré en partenariat avec l’Ensci et l’Ircam, plusieurs écoles proposent des formations au design sonore. Quelle que soit la formation, l’employeur demandera avant tout d’écouter quelques-unes des réalisations avant de se faire une opinion.

  • Niveau bac + 2

  • Diplôme d’écoles : Diplôme de réalisation sonore (Eicar)
  • Niveau bac + 3

  • Licence pro réalisation audiovisuelle et design sonore
  • Diplôme d’écoles : Designer sonore (Afca Multimédia)
  • Niveau bac + 5

  • DNSEP (diplôme national supérieur d’expression plastique) spécialité design sonore (Le Mans) 
  • Master jeux et médias interactifs numériques parcours conception sonore (Cnam, Angoulême)

En savoir plus