Dessinateur-projeteur / dessinatrice-projeteuse

Niveau d'accès :
Statut(s) :
indépendant, salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/
Centre(s) d'intérêt(s) :
/

Le métier

Nature du travail

Matérialiser les idées

À partir du dossier technique qui lui a été remis, il établit les plans et schémas de l’ouvrage à réaliser. Choisissant l’échelle la plus appropriée, il représente les diverses structures en ne négligeant aucun détail (réseaux de canalisation, circuits électriques et climatiques, etc).

Sans cesse sur le métier revenir

Au fur et à mesure que le chantier avance, la théorie est rattrapée et parfois contredite par la réalité. Véritable médiateur entre les concepteurs et les opérationnels, le dessinateur tient compte des informations qui remontent du terrain pour apporter aux plans initiaux tous les correctifs nécessaires.

Compétences requises

Précision et sens de l’esthétique

Le dessinateur s’efforce de traduire le plus fidèlement possible les idées des autres (architectes et ingénieurs). Précision, méthode et rigueur sont donc ses maîtres-mots. Mais exercé à un certain niveau, le métier demande aussi d’avoir une bonne perception de l’espace et même le sens de l’esthétique.

Technicien, juriste et économiste

Il connaît sur le bout des doigts les techniques et matériaux utilisés dans la construction (maçonnerie, béton armé, bois, métal…). Les normes et réglementations en vigueur n’ont pas de secrets pour lui. Quelques connaissances économiques ne sont pas de trop, car on lui demande parfois de participer aux études de prix et à l’établissement des devis.

Maîtrise des outils informatiques

L’ordinateur a depuis longtemps remplacé table à dessin, règles, compas… La connaissance des logiciels de CAO (conception assistée par ordinateur) et de DAO (dessin assisté par ordinateur) est devenue indispensable. Autocad figure parmi les plus connus.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Secteurs privé et public

Dans le privé, il exerce au sein d’une entreprise en bâtiment, d’un cabinet d’architectes ou d’un bureau d’études spécialisées. Dans le secteur public, il est surtout employé par les municipalités ou les offices HLM.

Un travail d’équipe

La majorité des dessinateurs-projeteurs travaillent au sein de bureaux d’études où ils mettent au point des plans d’ensemble en collaboration avec des ingénieurs. Ils ont en général sous leurs ordres des dessinateurs qui les délestent d’un certain nombre de tâches : vérification des calculs, élaboration de schémas détaillés, etc.

Carrière

En concurrence avec les architectes

Les jeunes ayant reçu une formation au dessin sont très recherchés, en particulier par les agences d’architectes, qui leur proposent parfois les mêmes postes qu’aux élèves sortant des écoles d’architecture. Le salaire étant, bien entendu, aligné sur le bas de la fourchette.

De nombreuses occasions d’évoluer

Un dessinateur peut évoluer vers des fonctions de technicien projeteur, puis de chef de projet ou d’ingénieur (spécialisé en structures, infrastructures, voirie, réseaux, etc.). Il peut aussi créer son propre bureau d’études. Autre piste à ne pas négliger : les collectivités territoriales, qui recrutent des bac+2 pour occuper des postes d’encadrement dans leurs services techniques.

Rémunération du débutant

Salaire du débutant (base métropolitaine)

entre environ 191 000 Cfp (1600 euros) et 274 000 Cfp (2300 euros) brut mensuel.

Accès au métier

Un bac+2 pour pouvoir évoluer

Aujourd’hui encore, il est possible d’accéder à un poste de dessinateur avec un bac professionnel (en particulier le bac pro travaux publics ou le bac pro technicien du bâtiment : études et économie). Problème : le bachelier professionnel risque fort de rester toute sa vie cantonné dans un rôle d’exécutant.

C’est pourquoi il est judicieux de viser, dès le départ, un diplôme de niveau bac + 2. On peut par exemple préparer un BTS (brevet de technicien supérieur) bâtiment ou un BTS travaux publics après un bac STI2D (développement durable). Ou encore un BTS constructions métalliques.

Très apprécié des recruteurs, le BTS métiers du géomètre-topographe et de la modélisation numérique est, pour sa part, davantage destiné aux bacheliers S (ces derniers représentent environ 60% des inscrits). Idem pour les IUT (instituts universitaires de technologie) en génie civil qui, vu l’importance accordée aux enseignements généraux, donnent une très large préférence aux bacheliers S (plus de 70% des places). On note des licences pro mention métiers du BTP ou métiers de l’industrie.

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Après le BAC

niveau 3 (bac + 2)

Formations dans le reste de la France

Après le BAC

niveau 3 (bac + 2)

En savoir plus

Témoignage

Michel, dessinateur dans un bureau d'études
Une carrière bien lancée

"J'ai été embauché il y a dix ans en tant que dessinateur au service infrastructures routières. J'ai participé à la conception de tracés pour une ligne de TGV, un tramway urbain... Il y a trois ans, grâce à une opportunité de poste, je suis devenu technicien projeteur au service aménagement. Peu à peu, mon champ d'intervention s'est élargi : j'ai pris en charge le volet administratif des études. Depuis un an, je réalise également le suivi de chantiers sur des projets d'aménagement de parking, de zone logistique ou d'activités commerciales."