Directeur / directrice artistique

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ / /

Le directeur artistique (DA) fait passer des messages par l’image. Il invente des logos, élabore des maquettes de journaux, conçoit des emballages… Son objectif majeur : le style, la personnalité.

Traduire en images l’idée qui fera vendre un produit et le rendra identifiable entre tous, telle est la fonction du directeur artistique. Il supervise la conception graphique d’un message publicitaire, d’un magazine, d’un emballage… et la réalisation de visuels clairs, forts, séduisants. Il intervient dans différents secteurs (publicité, presse, édition) et pour divers supports (papier, l’internet, télévision). C’est un métier d’art et de technique qui compte beaucoup de candidats et peu d’élus.

Le métier

Nature du travail

Concevoir, superviser

Qualité de papier, harmonie de couleurs et de photos… pour un magazine haut de gamme. Gros titres et colonnes serrées pour des quotidiens d’information. Musique douce et tournage en extérieur pour un spot de pub… le directeur artistique (DA) conçoit et supervise la création graphique d’un journal, d’un message publicitaire, d’un site web, d’une affiche, d’un emballage…

Présent du début à la fin de la chaîne, il crée une identité visuelle, convainc le client de la valeur de son idée et, enfin, encadre la réalisation du produit.

Élaborer une charte

Dans la presse et l’édition, le DA élabore la charte graphique (choix des styles de caractères, taille des photos, emplacement du logo…) d’un magazine ou d’une collection. Dans la publicité, on parle de maquette mais aussi de rough (esquisse du projet) ou de story-board (scénario d’un film sous forme de BD). Le DA, chargé de l’image, forme un tandem avec le concepteur-rédacteur qui se penche, lui, sur le texte.

Assurer le suivi technique

Dernière étape : le suivi technique du choix des sous-traitants (photographes, illustrateurs, réalisateurs de films…) au contrôle du tournage ou de l’impression.

Compétences requises

Créatif, curieux, convaincant

Créatif, un directeur artistique doit faire preuve d’imagination. Curieux, observateur, intuitif, il doit avoir un vrai sens de l’esthétique. À l’affût de la moindre nouveauté (expos, vitrines, mode vestimentaire), il possède une solide culture générale, notamment en matière d’images, de cinéma ou de littérature. Tenace et convaincant, il s’exprime avec aisance.

Autonome et gestionnaire

Autonome, réactif et rigoureux, le DA doit respecter des délais et des budgets toujours très serrés. Pas question de négliger non plus le côté technique du métier pour atteindre les objectifs commerciaux. Le DA doit maîtriser la photographie, la photogravure, la composition, l’imprimerie, la conception et publication assistées par ordinateur (CAO et PAO).

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Un équipement qui évolue

Les pinceaux et les crayons n’ont pas complètement disparu de l’univers du DA. Ils côtoient désormais les logiciels, tablettes graphiques et souris d’ordinateur.

Un travail d’équipe

En relation étroite avec des journalistes, des photographes ou des informaticiens, le DA travaille en équipe. Il dirige les graphistes, illustrateurs, maquettistes, webdesigners ou réalisateurs de films (pour une pub). Dans la publicité, il est placé sous l’autorité d’un directeur de création, et collabore avec le service commercial.

Les gisements d’emploi

La plupart des emplois se situent en Île-de-France, en Rhône-Alpes et dans le Nord. Les besoins émanent d’agences de publicité, d’agences de communication, de studios de création, de maisons d’édition, de sociétés de presse ou encore du service communication d’entreprises. Ce sont les agences, plutôt spécialisées dans les produits de promotion (affiches, publicité sur les lieux de vente…), qui recrutent le plus.

Carrière

Des budgets fragiles

En cas de difficulté économique, les budgets de la publicité et de la communication sont les premiers à être amputés et, aujourd’hui, les 50 premières agences se partagent 80 % du marché. Une bonne nouvelle cependant : le multimédia a créé des opportunités !

Bouger et se faire connaître

Il est difficile de décrocher un premier emploi. Les stages et les books (recueils de travaux effectués) sont incontournables. Ensuite, l’évolution de carrière est fortement liée à la mobilité professionnelle. Les passages d’agence à agence sont rapides. Le réseau de relations et le bouche-à-oreille jouent un rôle important.

De l’assistant au DA senior

Un jeune diplômé débute comme assistant. Après quelques années d’expérience, il accède à la fonction de DA junior, avec la charge d’un ou de deux projets, puis de DA senior. À la tête d’une équipe importante, il mène alors plusieurs campagnes de front.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ 263 000 Cfp (2200 euros) brut par mois.

Accès au métier

Il n’existe pas de formation spécifique à ce métier. Cependant, une formation en arts graphiques est indispensable. Les non-titulaires du bac STD2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués) doivent suivre une mise à niveau d’une année avant d’intégrer certains établissements.

Niveau bac + 2

  • BTS  design graphique option communication et médias imprimés ; option communication et médias numériques

Niveau bac + 3

  • Diplôme national d’arts et techniques (DNAT) option design graphique ;
  • Licences arts plastiques, arts appliqués, art et technologie de l’image…

Niveau bac + 4

  • Diplôme supérieur d’arts appliqués (DSAA) design mention graphisme
  • Diplômes d’école d’art

Niveau bac + 5

  • Diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP) option communication ;
  • Diplômes d’écoles d’art (Esag Penninghen, ECV…)
  • Masters arts plastiques, arts appliqués, art et technologie de l’image…

En savoir plus

Témoignage

Loïc, directeur artistique web
Entre création et marketing

"En tant que directeur artistique web , j'ai créé avec mon équipe le site de Mégane pour Renault. On a imaginé un site qui permet à l'internaute de conduire sa voiture sur l' internet en 3D, comme dans un jeu vidéo. Il a fallu recréer les vraies sensations de la voiture. On a travaillé très longtemps pour avoir les sensations d'appui, pour que la voiture virtuelle colle à la route, qu'elle ne se retourne pas, que cela reste réaliste. "