Éditeur / éditrice

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ /
Vidéo

Pour prendre forme, un roman, un album jeunesse ou un livre de voyage doit d’abord convaincre l’éditeur. Ce dernier suit toutes les étapes d’un projet éditorial, de la coordination d’une équipe à la création d’une nouvelle collection, de la découverte d’un auteur à la présentation du livre aux équipes commerciales.

Véritable chef de projet, l’éditeur est présent à toutes les étapes de la fabrication d’un livre. Chargé de superviser l’élaboration d’un ouvrage ou d’une collection, il peut, selon la taille de sa maison d’édition, intervenir à toutes les étapes ou seulement sur une partie de la chaîne éditoriale. Ce métier requiert des qualités littéraires, techniques et commerciales. On débute dans la profession en tant qu’assistant d’édition.

Le métier

Nature du travail

Sélectionner des auteurs

Être éditeur, c’est permettre à un texte d’être publié et… lu ! Pour repérer les nouveaux talents parmi les nombreux manuscrits reçus, l’éditeur s’appuie sur un comité de lecture, qui effectue un premier tri. Parallèlement, il travaille avec des auteurs confirmés. Dans l’édition scolaire ou pratique, il recherche des auteurs spécialisés (psychologie, sport, cuisine…). Son rôle consiste aussi à étoffer les collections, en proposant de nouvelles idées, de nouveaux supports (numérique, multimédia…).

Assurer le suivi des manuscrits

En moyenne, 6 à 9 mois s’écoulent entre la première lecture d’un manuscrit et la parution d’un livre. Dans une petite structure, l’éditeur gère les relations avec les auteurs, signe les contrats, relit et corrige les ouvrages avant leur impression. Lorsqu’il travaille dans une grande maison, il coordonne une équipe de collaborateurs (secrétaire d’édition, correcteur…). Veiller au respect du budget

L’éditeur ne perd jamais de vue les contraintes financières (droits d’auteur, coûts de fabrication, tirage, diffusion…). S’il se préoccupe de la qualité des ouvrages, il doit aussi, dans un secteur très concurrentiel, rendre des comptes et suivre les chiffres de vente.

Compétences requises

Sentir les succès de demain

L’éditeur possède une solide culture générale, ainsi que des qualités d’expression écrite et orale (rédaction, orthographe, grammaire, connaissance des règles typographiques…). Intuitif et capable de « sentir l’air du temps », il possède le flair qui lui permettra de faire émerger un nouvel auteur au bon moment. Pour y parvenir, l’éditeur sait être à l’écoute des tendances et anticiper les attentes des lecteurs.

Travailler en équipe

L’éditeur est un véritable chef de projet qui sait faire collaborer auteurs, correcteurs, maquettistes et représentants de commerce autour d’un projet commun : un livre. Le goût pour le dialogue, l’écoute et le travail en équipe s’impose. Pour gérer plusieurs ouvrages en même temps, respecter un budget et des plannings est primordial. Le sens de l’organisation et la rigueur sont requis.

Connaître les techniques de fabrication

L’éditeur connaît parfaitement bien les différentes étapes de réalisation d’un livre. Des connaissances techniques sont également indispensables pour dialoguer avec les services de fabrication et l’imprimeur (choix du papier, tissus et matériaux pour les ouvrages jeunesse…). Sans oublier la maîtrise des outils bureautiques et multimédias.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Des géants côtoient des petits

L’édition compte près de 14 000 salariés, mais il n’y a bien souvent qu’un seul poste d’éditeur par maison. Les géants de l’édition côtoient une foule de petits éditeurs, dont certains fonctionnent avec moins de 5 salariés. Un même groupe peut contenir plusieurs maisons d’édition. Plus la structure est importante, plus les tâches (travail éditorial, fabrication, commercialisation…) sont morcelées. Les emplois se situent essentiellement sur Paris et en Ile-de-France.

Une majorité de manuels scolaires et de guides…

Bien qu’elle soit la première à venir à l’esprit quand on parle de l’édition, la littérature générale ne représente que 25 % environ du chiffre d’affaires du secteur. La grande majorité des ouvrages publiés sont des manuels scolaires, des guides pratiques, des livres scientifiques… Bénéficiant d’un réel engouement de la part des lecteurs, la littérature jeunesse représente à elle seule 14 % du marché.

Des ouvrages « clés en main »

Depuis quelques années, de plus en plus de professionnels de l’édition travaillent depuis leur domicile, sur commande. Une évolution du métier consiste à devenir packager. Cet éditeur fournit des ouvrages « clés en main » à des maisons d’édition qui ne souhaitent pas les réaliser en interne, mais qui y apposent néanmoins leur nom.

Carrière

Un nombre limité de recrutements

La production de livres a quasiment doublé en 20 ans, mais le nombre des emplois demeure stable. Particularité du secteur : des candidats qui se bousculent pour un nombre très limité de recrutements. À noter que le domaine littéraire est le plus difficile d’accès. Les manuels scolaires, les ouvrages pratiques et de loisirs (tourisme, cuisine, bien-être…) offrent davantage de débouchés.

D’abord assistant d’édition

Quel que soit le diplôme obtenu, on débute souvent avec un CDD (contrat à durée déterminée) et sur un poste d’assistant d’édition. Le métier d’éditeur s’apprend vraiment sur le terrain. Ce n’est qu’au bout de quelques années d’expérience au sein d’une maison d’édition qu’il est possible d’accéder aux responsabilités éditoriales. Et les places sont rares à ce niveau !

Un sésame : les stages

Dans ce milieu, le stage constitue la porte d’entrée pour les jeunes diplômés. Un stage chez un éditeur renommé est toujours apprécié sur un CV. Dans une petite maison, il permet aussi d’être plus polyvalent et d’acquérir une vision globale de la chaîne du livre. D’une manière générale, quand une opportunité d’emploi se présente, on fait d’abord appel aux stagiaires ayant été jugés compétents. Savoir se constituer un bon carnet d’adresses est essentiel.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

Variable selon la taille de la maison d’édition. environ 226 000 Cfp (1890 euros) brut par mois

Accès au métier

Il n’existe pas de formation spécifique pour devenir éditeur. Néanmoins, plusieurs masters, de niveau bac + 5, proposés par l’université, préparent à ces fonctions d’encadrement ou de gestion de projet dans l’édition. À noter : les profils scientifiques et juridiques sont très appréciés par certaines maisons d’édition spécialisées dans les ouvrages scolaires, l’édition scientifique, etc. Les diplômés d’écoles de commerce gagnent aussi du terrain pour leurs compétences en marketing-vente, désormais essentielles au sein des sociétés du secteur.

  • Niveau bac + 5 et plus

  • Master Métiers du livre et de l’édition
  • Mastère spécialisé en management de l’édition numérique de l’École supérieure de commerce ESCP Europe, en association avec l’Asfored

En savoir plus

Témoignage

Serge, directeur littéraire aux éditions Zulma
Trouver ses lecteurs

"Chez""Zulma"", nous voulions faire de la littérature française et étrangère, des récits de voyage... Peu à peu, nous avons diversifié nos collections."

"Pour une petite structure comme la nôtre, élargir son catalogue, c'est compliqué : il ne faut pas donner l'impression de se disperser. Il faut suivre ses coups de coeur, tout en se préoccupant de la façon dont ils seront reçus."

"Aujourd'hui, il y a plus de livres qu'il n'y a de places en librairie. Un livre n'a pas toujours le temps d'être vu, de trouver ses lecteurs..."