Géotechnicien / géotechnicienne

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ /

Pour travailler la terre, il faut bien la connaître. Un géotechnicien teste la résistance des sols avant la construction d’un bâtiment ou d’un port. Une reconnaissance du terrain qui permet d’éviter les risques d’écroulement dûs aux glissements de sol.

Avant un projet de construction, le géotechnicien étudie la résistance des sols et sous-sols pour évaluer les risques d’écroulement. Grâce aux techniques de sondage (forages) et aux nouvelles technologies de calcul de données, il rend compte de l’état du terrain au maître d’ouvrage et le conseille sur les travaux. Quand il n’est pas sur un projet, au bureau sur le chantier, le géotechnicien peut réaliser des expertises en cas de fissures sur les murs d’un bâtiment, par exemple.

Le métier

Nature du travail

Étudier le terrain

Un géotechnicien étudie la résistance des sols et du sous-sol (roches), en vue d’adapter des travaux à un terrain donné et éviter des risques naturels, comme les glissements de terrain ou l’écroulement d’une fondation. Avant un projet de construction d’une maison ou d’un bâtiment, l’expert mesure la teneur en eau du sol (mécanique des sols) ou teste sa résistance à l‘écrasement (mécanique des roches), grâce à des techniques de forage (sondage).

Prévenir et surveiller les travaux

Le technicien recueille des données sur le terrain, envoyées via une carte SIM à un serveur et calculées à l’aide de logiciels spécifiques. L’ingénieur intègre les résultats à son rapport. Il fait un état des lieux, prévient des dangers potentiels des travaux et indique au maître d’ouvrage (immeuble, hôpital, école, port, etc.) les bases sur lesquelles il peut commencer les travaux. Le géotechnicien continue de contrôler le terrain pendant et après les travaux.

Diagnostiquer et repenser la structure

Cet expert intervient aussi en cas de sinistres provoqués par des ouvrages, ou pour expliquer des fissures sur les murs d’un bâtiment (causées par des mouvements de sol, par exemple). Ce spécialiste de la terre propose alors des solutions de réparation pour des fondations plus solides.

Compétences requises

Géologie et techniques

Les savoir-faire techniques et une certaine dextérité sont nécessaires au travail de terrain, en plus des connaissances géologiques du milieu naturel et des normes géotechniques, avec un complément de savoirs en résistance des matériaux, comme le béton. De quoi développer une bonne culture du métier.

Maîtrise de l’informatique

Un géotechnicien doit maîtriser aussi bien les outils matériels, pour sonder les sols, que l’outil informatique, notamment les logiciels spécifiques qui calculent les données recueillies sur un serveur et envoyées par carte SIM. Grâce à l’utilisation de ces nouvelles technologies, le géotechnicien travaille en réseau.

Esprit de synthèse

Le géotechnicien ingénieur réalise un devis des mesures géologiques nécessaires, sur la demande d’un maître d’ouvrage. L’expert des sols négocie ensuite la prestation. Les rapports d’études requièrent non seulement un esprit de synthèse pour dresser l’état d’un terrain donné mais aussi d’argumentation pour défendre auprès d’un promoteur ou d’un maître d’ouvrage les intérêts, les désavantages ou les risques que présente sur un terrain le projet de travaux, résultats à l’appui. Le tout vendu par la qualité de la rédaction !

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Entre le bureau et le terrain

Les techniciens travaillent en extérieur, sur le terrain. En fonction du projet, ils peuvent être en déplacement de quelques jours sur un site plus ou moins éloigné de leur employeur. Le géotechnicien ingénieur, lui, partage son temps entre le chantier et le bureau.

Des horaires liés aux besoins

Les journées de travail sont en général standardisées, de 8 h à 17 h pour tout géotechnicien. Selon la taille de l’entreprise, certains sont cependant contraints de ne pas compter leurs heures, en fonction des besoins liés au métier. Le géotechnicien peut aussi travailler sur un site nautique, dans le cadre d’un projet de développement d’un port, par exemple.

Un travail d’équipe

Les géotechniciens travaillent en équipe. Les techniciens « sondeurs » sont au travail de forage sur le site. En récoltant les données, ils renseignent les ingénieurs (analyse des résultats) pour établir le rapport d’études des ouvrages prévus. Ces ingénieurs collaborent avec les maîtres d’ouvrage et discutent des travaux tout au long du projet.

Carrière

Une expertise reconnue

Spécialiste en son domaine, un géotechnicien peut évoluer vers l’encadrement d’une équipe de travail ou un poste de directeur technique, voire créer son propre bureau d’études. Il peut aussi se spécialiser dans l’expertise de constructions.

L’expérience prime

Même si un jeune diplômé est issu d’une formation d’ingénieur, les entreprises ne s’assurent de son opérabilité qu’avec l’expérience de terrain auprès d’une équipe de sondeurs. Au fil des opportunités, il réalise des devis de plus en plus importants, puis rédige seul des rapports d’études. Ce n’est qu’à partir de ce niveau de responsabilités que le géotechnicien est reconnu comme cadre. Il faut donc attendre d’avoir 4 à 5 ans d’expérience pour justifier d’une rémunération en conséquence.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ 298 000 Cfp (2500 euros) brut par mois.

Le salaire dépend aussi de la taille de l’entreprise. Avec des années d’expérience à son actif, un expert en géotechnique peut être rémunéré entre 4167 à 5000 euros brut par mois.

Accès au métier

Les géotechniciens les plus recherchés sont ceux de niveau ingénieur (bac + 5), avec une très bonne expérience de terrain.

  • Niveau bac + 2

  • BTS géomètre-topographe
  • BTS géologie appliquée
  • DEUST géosciences appliquées (mines, eau, environnement)
  • Niveau bac + 3

  • Licence LMD sciences, technologies, santé mention géosciences
  • Licence pro sciences, technologies, santé, protection de l’environnement spécialité géologie et aménagement, Nantes
  • Licence pro sciences, technologies, santé, travaux publics spécialité technicien en géomesures, université Le Mans
  • Niveau bac + 5

  • Master sciences, technologies, santé mention géosciences ou sciences du vivant et géosciences
  • Master sciences, technologies, santé mention sciences environnementales spécialité géologie appliquée
  • Master géologie-géotechnique spécialité professionnelle, CNAM (Conservatoire national des arts et métiers)
  • Diplôme d’ingénieur géologie, École nationale supérieure de géologie de Nancy
  • Diplôme d’ingénieur spécialité géotechnique, Polytech’ Grenoble

En savoir plus

Témoignage

Bertrand, ingénieur géotechnicien chez Geoexperts, bureau d'études géotechniques
Des investigations au meilleur prix

"Mon métier consiste à étudier la mécanique des sols pour connaître le type de fondation envisageable pour construire une maison individuelle, un bâtiment industriel ou commercial, un pont, un tunnel, une route ou une autoroute, un parc photovoltaïque ou éolien, par exemple. Pour cela, j'ai besoin des plans du projet. Je réalise alors un devis avec les investigations à mettre en oeuvre : le nombre de points de sondage et leur profondeur. Une fois le devis accepté, je chapeaute les techniciens qui vont réaliser l'implantation des points et les investigations selon mes directives. J'analyse les résultats des investigations et je rédige le rapport final. Il va contenir tous les éléments concernant le type de fondation envisageable pour le projet. 70 % de mon activité se passe au bureau : réalisation des devis, rédaction des rapports, etc. Et 30 % en extérieur : visite de site pour devis, visite de chantier. Je peux aussi avoir le rôle d'un commercial pour vendre mes investigations au meilleur prix."