Ingénieur en acoustique

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ / /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/

L’ingénieur acousticien s’attache à lutter contre la pollution sonore, un facteur de stress qui peut être très important dans les villes ou dans certaines usines. Conception de matériaux, mesure, contrôle… son champ d’action est vaste.

Acteur de la lutte contre les pollutions sonores, l’ acousticien peut travailler en amont à la conception de produits ou de matériaux, effectuer des contrôles et des cartographies du bruit, ou travailler à réduire la pollution sonore. Son rôle diffère en fonction de son lieu d’activité : industrie, collectivité locale, agence spécialisée… Dans tous les cas, il possède une formation de niveau ingénieur et veille au respect des réglementations en vigueur sur la pollution sonore.

Le métier

Nature du travail

Traquer les décibels

Les tâches de l’ingénieur acousticien peuvent être différentes, notamment en fonction de son employeur. L’une de ses missions principales consiste, par exemple, à surveiller et mesurer le bruit de certains appareils ou de certaines zones géographiques. Grâce à des instruments de mesure spécifiques, il traque les décibels et les compare avec les normes autorisées. Quand il travaille pour une administration, ses mesures peuvent aboutir à des sanctions s’il constate un dépassement.

Travailler à la source

Mais il peut également travailler à la conception de matériaux ou d’équipements qui isolent du bruit ou l’absorbent de manière significative, ou encore fabriquer des instruments de mesure plus précis que ceux existants. Son objectif est alors de réduire l’exposition au bruit par un travail à la source qui peut, par exemple, se faire sur des machines d’usine dont il cherchera à limiter les vibrations.

Remédier au bruit

Enfin, l’ingénieur acousticien peut effectuer une cartographie du bruit et des pollutions sonores sur une zone donnée. Il peut ensuite mettre en place des protocoles de détection et de mesure des nuisances, ou travailler à la prévention ou aux solutions à apporter pour remédier à un problème donné de nuisance sonore.

Compétences requises

Animation de groupes de travail

L’ingénieur acousticien doit être capable de travailler en équipe pluridisciplinaire et de partager le résultat de ses travaux, que ce soit à l’écrit ou à l’oral. Il doit savoir animer une équipe et conduire réunions et projets.

Expert en physique et mathématiques

Ses connaissances en physique lui permettent de comprendre l’origine des bruits qu’il étudie et cherche à réduire. Il effectue des calculs complexes et a également intégré les notions de l’acoustique. Il connaît la législation relative au bruit et reste ouvert aux nouveautés en effectuant une veille dans son domaine.

Pédagogue et ouvert

Il doit en outre bien comprendre le secteur dans lequel il travaille : aéronautique, transports ferroviaires, construction… pour pouvoir apporter des solutions adaptées. S’il travaille dans le secteur public, il doit connaître les procédures et les acteurs spécifiques, et avoir des compétences relationnelles et pédagogiques car il aura affaire à un grand nombre d’interlocuteurs.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Au sein d’une équipe

L’ingénieur acousticien travaille en équipe. Il peut se faire aider dans son travail par des techniciens qui effectueront, par exemple, des relevés ou des analyses de bruit.

Plusieurs lieux de travail

L’ingénieur partage son temps entre son bureau pour rédiger des rapports et faire sa veille technique, le laboratoire pour faire des essais, notamment lors de la conception de nouveaux matériaux, et bien sûr le terrain pour mettre en place les appareils et les protocoles de mesure des nuisances sonores. Cela peut l’amener à se déplacer loin de chez lui de manière ponctuelle.

Carrière

Des possibilités d’évolution

L’ingénieur acousticien commence sa carrière par des projets simples qui se complexifient au fur et à mesure qu’il acquiert de l’expérience. Après quelques années, il peut également encadrer une équipe de techniciens ou d’ingénieurs débutants.

Des perspectives d’emploi

La lutte contre la pollution sonore est un véritable enjeu de société et les réglementations se sont succédé pour y remédier, notamment dans les villes et les industries où elle est un facteur de stress important qui peut conduire à des arrêts ou des accidents du travail. L’acousticien est ainsi recherché pour travailler à la source, c’est-à-dire au moment de la conception des produits isolants ou absorbants, mais aussi pour les mesures contre le bruit et les remèdes à la pollution sonore existante (trafic routier ou aérien, par exemple).

Public ou privé

Il peut travailler dans le secteur public : DDT (directions départementales territoriales), DREAL (directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement), préfecture de police, etc. Il y intervient surtout pour des missions de contrôle, de cartographie ou de conseil. Mais il peut également exercer dans l’industrie privée pour lutter contre le bruit à la source par la conception de produits plus silencieux ou de matériaux isolants. Des entreprises ou organismes spécialisés bruit peuvent aussi l’employer.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

A partir de 2250 brut par mois pour un ingénieur débutant.

Accès au métier

Ce métier est accessible aux débutants qui ont un master ou un diplôme d’ingénieur.

  • Niveau bac + 5

  • Master mentions acoustique ou génie civil
  • Diplôme d’ingénieur en génie physique ou spécialisé dans les vibrations, l’acoustique, les capteurs…

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Aucune formation disponible en Nouvelle-Calédonie

Formations dans le reste de la France

Après le BAC

niveau 1 (bac + 5 et plus)

En savoir plus