Ingénieur / ingénieure cloud computing

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
Centre(s) d'intérêt(s) :
/

Pour les nouveaux besoins des entreprises en termes d’accessibilité de leur système d’information, l’ingénieur cloud computing travaille sur le stockage des données en dehors de l’entreprise et à leur accès sécurisé depuis mobiles, tablettes ou postes de travail.

Expert de la virtualisation des données en dehors de l’entreprise, et de leur stockage sécurisé sur des serveurs distants pour un accès depuis mobiles, tablettes ou postes de travail, l’ingénieur cloud computing accompagne les entreprises dans leur mutation vers cette nouvelle tendance qui se généralise. Les débouchés et le salaire sont motivants pour ces professionnels qui peuvent exercer aussi bien chez les prestataires qu’en entreprises utilisatrices. Les jeunes diplômés spécialisés comme les informaticiens expérimentés sont recherchés pour ce poste.

Le métier

Nature du travail

Choisir les prestataires

Le cloud computing (littéralement  » informatique dans les nuages « ) permet de stocker d’énormes masses de données (big data) sur des serveurs dématérialisés, en dehors de l’entreprise. La première mission de l’ingénieur cloud computing est donc de sélectionner les prestataires qui répondront le mieux aux besoins de son entreprise en termes de logiciels, de plates-formes et d’infrastructures. Pour cela, il doit définir précisément les besoins, étudier les offres des prestataires et passer des appels d’offres.

Gérer la mise en place

Il gère ensuite la mise en place des nouvelles solutions de stockage des données et leur intégration dans l’architecture système de l’entreprise. Pour cela, il réalise des tests techniques et fonctionnels. Il est responsable de la relation entreprise/fournisseur, et doit s’assurer de la sécurisation des données et de leur accès possible à tout moment depuis tous les types d’appareils : smartphones, tablettes, postes de travail, etc.

Former et ajuster

Enfin, il assure le transfert des compétences en réalisant de la documentation et des formations spécifiques à l’usage des utilisateurs. Il s’occupe également de la maintenance du nouveau système.

Compétences requises

Compétences transversales

S’il jongle régulièrement avec les algorithmes, la programmation et l’architecture des logiciels et des réseaux lors des phases de déploiement et de gestion du cloud, l’ingénieur doit également animer des réunions, écrire des rapports et de la documentation, par exemple. Il doit donc avoir un profil polyvalent.

Larges connaissances informatiques

Il doit avoir des connaissances étendues dans le domaine informatique, telles que la maîtrise des environnements Linux et Windows, mais aussi celle des outils spécifiques au stockage, à la virtualisation, au développement, à la gestion de bases de données, etc.

Curiosité et anglais courant

Il doit en outre avoir un certain sens de la pédagogie et être curieux pour suivre les évolutions de son secteur. À l’aise avec les chiffres comme avec les mots, il doit être capable de communiquer avec un grand nombre d’interlocuteurs. Une bonne connaissance de l’anglais technique est également nécessaire.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Entre prestataires et utilisateurs

L’ingénieur cloud computing passe beaucoup de temps rivé à son ordinateur, mais doit aussi organiser des rencontres avec les prestataires de services pour bien comprendre leurs offres qui évoluent sans cesse. Il doit aussi communiquer avec les utilisateurs et les écouter pour bien cerner les besoins spécifiques à chaque entreprise ou service.

Spécialisé dans un domaine

En qualité de chef de projet, il organise et anime de nombreuses réunions pour expliquer et accompagner la transition vers les serveurs dématérialisés. Selon l’entreprise et le périmètre de son poste, il se spécialise dans la sécurisation des données sensibles, l’architecture logicielle et l’infrastructure, la gestion des données, etc. Il peut alors travailler avec d’autres spécialistes (big data, sécurité, architectes…).

Au fait des innovations

Occupant une fonction à la fois centrale et transversale dans l’entreprise, il est en général rattaché directement au DSI (directeur des systèmes d’information). Travaillant dans un domaine relativement nouveau et en évolution, il doit suivre de très près les innovations. Pour cela, il effectue une veille et peut être amené à se rendre à des colloques ou conventions pour échanger avec ses collègues, rencontrer de nouveaux prestataires, etc.

Carrière

Très bons débouchés

Les ingénieurs cloud computing sont très recherchés pour leurs connaissances sur un secteur nouveau et pour leurs compétences transversales. Les formations spécifiques étant encore rares, les jeunes diplômés sont accueillis à bras ouverts par les entreprises avec des salaires supérieurs à ceux offerts aux profils système et réseaux, plus généralistes.

Employeurs multiples

Ils peuvent être employés soit chez les prestataires (éditeurs de logiciels, fournisseurs de plates-formes ou d’infrastructures…), soit dans les entreprises ou les administrations utilisatrices de services cloud ou souhaitant le devenir.

Vers les plus hautes responsabilités

Le cloud étant en voie de généralisation dans les entreprises, la demande est forte en experts du domaine et elle n’est pas près de se tarir, car les techniques évoluent encore beaucoup. Après quelques années d’expérience, l’ingénieur cloud peut s’orienter vers des postes à hautes responsabilités dans l’entreprise.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

entre environ 394 000 Cfp (3300 euros) et 496 000 Cfp (4160 euros) brut par mois en fonction de l’expérience, du poste et de l’entreprise.

Accès au métier

Il existe encore peu de formations initiales spécifiques au cloud mais elles se développent. Le métier est accessible avec un diplôme bac + 5 au minimum.

  • Niveau bac + 5

  • Diplôme d’ingénieur spécialisé en informatique et réseaux…
  • Master mention informatique, spécialisé cloud computing, ex. : cloud computing & mobility (Insset)…
  • Niveau bac + 6

  • Mastère spécialisé expert cloud computing et SAAS (Isep)…

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Aucune formation disponible en Nouvelle-Calédonie

Formations dans le reste de la France

Après le BAC

niveau 1 (bac + 5 et plus)
niveau 2 (bac + 3 et 4)

En savoir plus