Ingénieur / ingénieure d’études en sûreté nucléaire

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
Centre(s) d'intérêt(s) :
/

L’ingénieur d’études en sûreté nucléaire analyse l’ensemble des risques présents sur un site donné et les moyens de prévention mis ou à mettre en place afin de garantir la sécurité des personnes, des installations nucléaires et de l’environnement.

Garant de la sécurité des hommes, des installations et de l’environnement, l’ingénieur d’études en sûreté nucléaire évalue l’état de sûreté des centrales ainsi que le bon respect des référentiels et des procédures de sécurité. Il rédige les documentations spécialisées et conseille le responsable d’exploitation, notamment en cas d’incident, sur les procédures à mettre en place. C’est un métier de niveau bac + 5, accessible aux jeunes diplômés, surtout en tant que consultants.

Le métier

Nature du travail

Analyser la situation

L’ingénieur d’études en sûreté nucléaire intervient particulièrement lors de l’évolution d’une installation (modernisation, extension, démantèlement, etc.). Il commence par passer en revue les différents risques présents ou à venir, en recueillant les données sur le terrain. Il analyse ensuite l’état de sûreté de l’installation et vérifie le respect des règles et des procédures sur le terrain.

Apporter son expertise

En dehors de ses études, l’ingénieur est généralement chargé également d’animer la politique de sûreté de la centrale dans le cadre de la prévention des incidents. Il apporte son expertise sécurité à tous les métiers de la centrale et participe à la diffusion de la culture sûreté. Il apporte également assistance et conseil au chef d’installation et participe aux différents comités techniques.

Diffuser l’information

Une grosse partie de son travail consiste à rédiger des documents de référence sur la sûreté. Il pilote leurs mises à jour en fonction des informations reçues de l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire) et d’une importante veille qu’il se doit d’effectuer dans son secteur. Il sert également d’intermédiaire dans la communication avec l’ASN ou lors de demandes d’inspections internationales, par exemple.

Compétences requises

Une connaissance approfondie du secteur

L’ingénieur d’études en sûreté nucléaire doit avoir une connaissance approfondie du fonctionnement des centrales nucléaires. Il doit en outre maîtriser les référentiels sûreté et connaître les méthodes d’analyse des risques. Il doit être capable de gérer des situations d’urgence et de stress importantes en gardant la tête froide et le recul nécessaire.

Des qualités humaines importantes

Il doit avoir de bonnes capacités rédactionnelles et doit savoir communiquer efficacement avec des interlocuteurs variés. Pédagogue, diplomate, il doit également avoir du tact pour faire passer les informations ou mesures nécessaires à la sûreté de tous, sans empiéter sur les prérogatives des uns ou des autres. Une bonne connaissance de l’anglais est également indispensable pour ce poste.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

En partie itinérant

L’ingénieur d’études en sûreté nucléaire peut être amené à se déplacer de site en site en fonction des besoins, notamment pour préparer un démantèlement ou des travaux dans une centrale. Il doit donc s’attendre à de longues périodes de travail loin de chez lui. Même si une partie de son travail, notamment la phase de rédaction, se fait dans son bureau, il passe beaucoup de temps sur le terrain pour récolter les informations mais aussi les diffuser.

Des situations d’urgence

L’ingénieur d’études doit également répondre aux urgences, par exemple, en cas de dysfonctionnement interne ou externe comme une inondation. Il doit alors gérer la priorité du moment avec en tête la sécurité des personnes, de l’environnement et de l’installation. Il doit aussi assister le responsable d’exploitation dans la mise en place des procédures. Dans une telle situation, il ne doit pas compter ses heures ; seule la sécurité compte.

Un poste haut placé

Selon le cas, l’ingénieur d’études est rattaché au chef de service sûreté qualité du site, au directeur opérationnel d’une société d’ingénierie, au directeur de l’agence de démantèlement ou au responsable du pôle d’expertise sûreté nucléaire.

Carrière

Chez l’exploitant ou en consultant

L’ingénieur d’études en sûreté nucléaire peut travailler directement pour des sociétés exploitant le nucléaire, comme EDF ou Areva. Mais il peut également travailler pour une société d’ingénierie et de services intervenant dans le secteur du nucléaire, voire pour l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire). Dans ces deux derniers cas, il aura un rôle de consultant et sera amené à se déplacer plus souvent, de site en site, au gré des missions.

Deux voies possibles

En général, les jeunes diplômés débutent en bureau d’études. Les postes en centrale nucléaire s’obtiennent souvent après quelques années d’expérience et une formation interne obligatoire. Ce poste est envisageable en évolution interne, par exemple pour des techniciens qui auront suivi un parcours de formation.

Au carrefour de plusieurs métiers

Son travail amène l’ingénieur d’études en sûreté nucléaire à avoir de nombreux interlocuteurs, en interne comme en externe. S’il le souhaite, il peut, après quelques années, s’orienter vers la formation ou devenir chef d’exploitation, ou encore rejoindre la filière opérationnelle en apportant sa compétence sûreté.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ de 298 000 Cfp (2500 euros) à 346 000 Cfp (2900 euros) brut par mois .

Accès au métier

Outre l’accès par la formation continue dans l’entreprise, le métier d’ingénieur d’études en sûreté nucléaire est accessible directement avec un diplôme de niveau bac + 5, + 6.

  • Niveau bac + 5

  • Diplôme d’ingénieur spécialisé en génie nucléaire, énergie ou encore thermodynamique…
  • Master en énergie nucléaire, assainissement et démantèlement d’installations nucléaires, ingénierie, traçabilité et développement durable…
  • Niveau bac + 6

  • Mastère spécialisé en ingénierie nucléaire, sécurité et sûreté nucléaire…

En savoir plus