Ingénieur / ingénieure en énergie solaire

Niveau d'accès :
Statut(s) :
fonctionnaire, salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/

De l’abri solaire qui recharge un véhicule électrique à la centrale qui produit de l’électricité, l’ingénieur en énergie solaire conçoit et pilote des projets au coeur de l’énergie  » verte « .

Transformer le rayonnement solaire en énergie ? C’est le rôle de l’ingénieur en énergie solaire qui conçoit et coordonne des installations (panneaux intégrés aux toitures et centrales installées au sol sous un angle optimal d’exposition au soleil). Il est le plus souvent titulaire d’un bac + 5: diplôme d’ingénieur ou master en énergies renouvelables.

Le métier

Nature du travail

Sous le soleil

Deux techniques transforment le rayonnement solaire en énergie : le thermique produit de la chaleur ; le photovoltaïque, de l’électricité (avec des panneaux intégrés aux toitures et des centrales installées au sol). L’ingénieur en énergie solaire conçoit et coordonne la réalisation de ces installations.

Des études de faisabilité à la mise en service

Pour un projet de toiture avec panneaux photovoltaïque, par exemple, les études en amont durent de 2 à 3 mois. Après avoir sélectionné l’installateur, l’ingénieur en énergie solaire suit l’exécution des travaux jusqu’à la mise en service. Avant d’implanter une centrale au sol, il faut choisir un terrain offrant un bon potentiel photovoltaïque et un faible impact environnemental. Bases de données et visites aident l’ingénieur dans sa prospection. Puis, il examine les contraintes, suit le dossier et conduit la concertation locale. La gestion du projet dure de 1 à 3 ans jusqu’à l’obtention des autorisations.

Chercher de nouvelles techniques

La puissance énergétique du soleil est loin d’être exploitée. Les ingénieurs doivent améliorer le rendement des cellules photovoltaïques. Pour cela, des technologies émergent, comme le solaire thermodynamique et le photovoltaïque à concentration.

Compétences requises

Compétences diverses

Le métier se situe à la croisée de l’électrotechnique, des techniques photovoltaïques et de la construction. L’ingénieur en énergie solaire doit donc avoir des compétences variées. Il doit également être organisé pour gérer un projet de A à Z et en suivre parfois plusieurs en même temps.

Communicant

L’activité de l’ingénieur le met en contact avec les entreprises du secteur du bâtiment et des travaux publics, les fournisseurs de panneaux solaires et les administrations qui délivrent les autorisations. Lors de l’enquête publique, l’ingénieur organise et anime la concertation avec les parties prenantes (collectivités locales, propriétaires fonciers, population). Il doit alors savoir dialoguer et négocier.

Fermeté et sang-froid

Sur un chantier, des difficultés peuvent surgir. À l’ingénieur de les aborder en faisant preuve de réactivité. Lors de l’enquête publique, le sens relationnel est essentiel, pour prendre en compte les oppositions… tout en résistant aux pressions.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Du bureau d’études au chantier

C’est en bureau d’études que l’ingénieur en énergie solaire monte le projet à partir d’études (sur l’impact environnemental et l’ensoleillement) et de consultations techniques. Il suit les demandes d’autorisation et les démarches en vue du raccordement au réseau électrique. Il peut également être chargé du montage financier du projet. Lorsque les travaux débutent, il se rend régulièrement sur le chantier pour le superviser.

Assistance, formation, conseil

Promouvoir l’efficacité de l’énergie solaire est essentiel pour cet ingénieur. Il doit donc développer la formation et diffuser l’information auprès des différents partenaires : maîtres d’oeuvre, maîtres d’ouvrage publics, opérateurs énergétiques, bureaux d’études, élus locaux et régionaux…

Missions à l’étranger

Le domaine de l’énergie solaire offre de réelles possibilités d’emploi à l’étranger. Certaines entreprises du secteur photovoltaïque ont ainsi développé une activité à l’international (Afrique, Amérique latine, Asie). Leurs ingénieurs peuvent alors être amenés à effectuer des déplacements fréquents ou des missions dans les pays concernés.

Carrière

Accès au métier

La plupart des ingénieurs en énergie solaire sont issus d’écoles d’ingénieurs généralistes. Certains ont suivi une formation spécialisée (ingénieur ou master) en électrotechnique, électronique, thermique ou énergétique. Quelques écoles et masters proposent une spécialisation en énergie solaire ou en énergies renouvelables. Quelques exemples. Écoles d’ingénieurs avec filière complète en énergétique : Ensiame (Valenciennes), Grenoble INP-Ense3, Insa (Lyon, Rouen, Strasbourg), Polytech (Montpellier, Nantes, Tours, Marseille), ENSGTI Pau, Esir Reims, Ensi Poitiers. Écoles d’ingénieurs avec option énergétique et développement durable : Écoles centrale ; ECE Paris ; EPF (Sceaux) ; ESSTIN (Nancy) ; écoles des mines ; Polytech Corte ; Sup Galilée Paris 13.

  • Niveau bac + 5

  • Diplôme d’ingénieur en énergétique, en énergétique et développement durable
  • Master en énergie solaire ou en énergies renouvelables

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Aucune formation disponible en Nouvelle-Calédonie

Formations dans le reste de la France

Après le BAC

niveau 1 (bac + 5 et plus)

En savoir plus

Témoignage

François, ingénieur en solaire thermique
Au service de la ville

"À Montmélian (73), le solaire thermique est particulièrement développé. Plusieurs de nos bâtiments fonctionnent à l'énergie solaire et je m'occupe beaucoup des performances de nos installations. Je fais aussi énormément de communication. Pour chaque nouveau projet, j'ai un rôle moteur et je dois persuader tous les professionnels concernés. Je travaille sur le projet Jura européen, car il faut continuellement chercher à élaborer des politiques énergétiques à long terme."