Ingénieur / ingénieure en production et expérimentations végétales

Niveau d'accès :
Statut(s) :
fonctionnaire, salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ / /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/

Céréales OGM (organismes génétiquement modifiés), croisements d’optimisation pour créer des fleurs exceptionnelles… l’ingénieur en production et expérimentations végétales innove, dans le respect des exigences éthiques et sociales et des normes en vigueur.

L’ingénieur en production et expérimentations végétales est un chercheur spécialiste des plantes. Il conçoit, met en oeuvre et assure le suivi de protocoles expérimentaux, dans la recherche agronomique. Il conduit des programmes de sélection, de croisement, de multiplication et de conservation des espèces végétales. Il travaille dans la recherche publique ou dans l’industrie, pour des semenciers, des producteurs de céréales, des industriels de l’agroalimentaire…

Le métier

Nature du travail

Prospection botanique

Spécialiste du végétal, l’ingénieur en production et expérimentations végétales conçoit, met en oeuvre et assure le suivi de protocoles expérimentaux dans la recherche agronomique. Il expérimente, traite les données et interprète les résultats de ses observations. Il assure la reproduction dirigée et la conservation des espèces végétales (semences, organes de réserve…), planifie et organise la production, choisit et adapte les outils et techniques liés à la production végétale. Il conduit des programmes de sélection, de croisement, de multiplication et de conservation des espèces végétales, dans un but précis comme la création d’une fleur noire, le Graal de l’horticulture.

Gestion de l’unité de production

Il organise, coordonne, contrôle l’ensemble des espaces de l’unité de production végétale (constituée des cultures en laboratoire, en plein champ, sous serre…). Il diagnostique les éventuelles anomalies de fonctionnement et pilote les opérations de maintenance des installations. Il gère les moyens humains, matériels et financiers. Il conçoit et anime des actions de formation en production et expérimentations végétales auprès de collaborateurs, fait appliquer les règles d’hygiène et de sécurité (en termes de toxicologie, de réglementation, etc.).

Compétences requises

Un scientifique à la page

L’ingénieur en production et expérimentations végétales est un scientifique spécialisé en production végétale, avec des connaissances variées : biologie végétale, pratiques agricoles, chimie, physique, sciences économiques, comptabilité, etc. Il doit actualiser en permanence ses connaissances compte tenu du développement des exigences éthiques et sociétales, et de l’évolution constante des règles et normes en matière de production et d’expérimentations végétales. Il suit les évolutions des techniques dans sa spécialité, et les règles d’hygiène et de sécurité.

Un leader polyvalent

S’il reste avant tout un scientifique dont la vocation est la recherche, l’ingénieur en production et expérimentations végétales doit savoir établir un cahier des charges, évaluer les retours sur investissements, coordonner les différentes interventions liées à un projet et encadrer des équipes. C’est aussi un acheteur et un vendeur de haut niveau.

Des qualités individuelles

Il a un bon relationnel et des qualités de pédagogie et d’animation. Ses capacités d’analyse, de synthèse et de communication l’aident à résoudre des problèmes complexes. La mobilité est de rigueur et les responsabilités importantes. Enfin, il maîtrise l’anglais.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

En laboratoire…

L’ingénieur en production et expérimentations végétales exerce en laboratoire, par exemple au sein d’une station de recherche développant des travaux sur la dynamique des systèmes de production végétale et l’évaluation de leurs impacts environnementaux. Il est responsable d’un programme concernant des polycultures innovantes, en agriculture biologique par exemple. Son programme de recherche est fondé sur des essais menés au sein d’une unité expérimentale.

… et sur le terrain

L’ingénieur en production et expérimentations végétales réalise aussi des études in situ, directement sur des exploitations agricoles. Il développe ces programmes en relation avec l’Inra (Institut national de la recherche agronomique). Il peut aussi collaborer avec les organismes de développement agricole, les gestionnaires de l’environnement et les agriculteurs.

Un travail d’équipe

Il travaille au sein d’équipes de professionnels pluridisciplinaires : elles associent notamment des chargés de recherche, des doctorants et post-doctorants, des ingénieurs et techniciens, des producteurs de céréales, des commerciaux…

Carrière

Recherche publique ou privée

L’ingénieur en production et expérimentations végétales peut être employé dans le secteur public (Inra, jardins botaniques, etc.) ou dans le secteur privé (coopératives agricoles, industrie agroalimentaire, semenciers, pépiniéristes, entreprises de l’industrie végétale…), dans les organismes, laboratoires et unités de recherche en botanique. Selon qu’il travaille dans la recherche publique ou privée, il est fonctionnaire ou bien salarié. Environ un tiers des agronomes travaillent dans la recherche publique ; toutefois, les recrutements restent assez limités. Ainsi, l’Inra a recruté sur concours, en 2014, 137 collaborateurs tout personnel confondu (ingénieurs, techniciens, personnel administratif).

Industrie agroalimentaire

L’ingénieur en production et expérimentations végétales cherche à nourrir les populations avec une plus grande sécurité, tout en gérant mieux les ressources naturelles et en respectant l’environnement. Un quart des ingénieurs agronomes (toutes spécialités) travaille donc au sein d’industries agroalimentaires puissantes (Danone, Nestlé…) ; les PME (petites et moyennes entreprises) de l’agroalimentaire recrutent aussi dans leurs laboratoires de recherche et développement.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

Le salaire varie selon le secteur d’activité et le statut.

environ 275 000 Cfp (2307 euros) brut par mois pour un ingénieur de recherche à l’Inra.

Accès au métier

Le niveau de formation se situe à bac + 5 dans les domaines de l’agronomie ou de la biologie végétale. Dans la majorité des cas, les agronomes sont titulaires d’un diplôme d’ingénieur. La véritable spécialisation en production végétale n’intervient en général qu’à partir de la 3e année d’études. Le diplôme d’ingénieur peut être avantageusement couplé à un master recherche ou complété par un doctorat préparé à l’université.

  • Niveau bac + 5

  • Diplôme d’ingénieur agronome spécialisé en production végétale
  • Master biologie, sciences du végétal

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Aucune formation disponible en Nouvelle-Calédonie

Formations dans le reste de la France

Après le BAC

niveau 1 (bac + 5 et plus)

En savoir plus