Ingénieur / ingénieure environnement et risques industriels

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ / /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ /

Qui dit industrie chimique dit risques écologiques. L’ingénieur environnement et risques industriels cherche à neutraliser les possibilités d’accident et veille à ce que l’activité d’une usine respecte les normes écologiques en vigueur.

Qui dit industrie chimique dit risques écologiques. L’ingénieur environnement et risques industriels cherche à neutraliser les possibilités d’accident et veille à ce que l’activité de l’usine respecte les normes écologiques en vigueur. Dans les entreprises chimiques classées à risque (type Seveso), il est responsable du PPRT (plan de prévention des risques technologiques). Il possède de multiples compétences scientifiques et techniques, mais aussi en droit de l’environnement.

Le métier

Nature du travail

Respecter des normes

Émission de fumées toxiques, rejet de métaux dans l’eau, production de déchets… l’industrie présente des risques pour l’environnement. C’est pourquoi elle est réglementée par des normes de plus en plus contraignantes sur la pollution, venant des ICPE (installations classées pour la protection de l’environnement). L’ingénieur environnement et risques industriels travaille à la mise en oeuvre de ces réglementations et à leur respect par le personnel.

Prévenir les risques

Dans les entreprises chimiques classées à risque (type Seveso), l’ingénieur environnement et risques industriels est aussi responsable du PPRT (plan de prévention des risques technologiques). Il mesure l’impact de l’activité humaine sur l’environnement, y compris les nuisances sonores et les risques liés aux installations ou aux procédés de fabrication.

Simuler pour mesurer

Il fixe ensuite un plan d’action, pouvant se chiffrer à plusieurs millions d’euros ! Son avis est parfois sollicité en amont, pour des agrandissements d’usines ou de nouvelles constructions. En bureau d’études, il recourt à des modélisations d’accidents pour évaluer les dangers. Il va, par exemple, simuler l’incendie d’un stock de matériaux pour mesurer l’impact de la chaleur ou des émissions de fumée.

Compétences requises

Maîtriser les bases juridiques et techniques

Toute entreprise adopte des systèmes de normalisation. Par exemple, la norme ISO 14001, relative au management environnemental, offre une véritable garantie qualité aux clients. Dans ce cadre, l’ingénieur environnement et risques industriels doit maîtriser les notions juridiques propres à son activité tout en réalisant une veille réglementaire. Rigoureux, il connaît les normes et sait utiliser des techniques d’analyse de risque : outils méthodologiques AMDEC (analyse des modes de défaillance, de leurs effets et de leur criticité) et HAZOP (Hazards & operability).

Savoir gérer la production

S’il doit faire respecter la réglementation en vigueur et éviter les catastrophes écologiques, l’ingénieur environnement et risques industriels ne doit pas entraver la production. Il a des connaissances scientifiques (chimie, biologie, microbiologie…) qui lui permettent de comprendre les impératifs des équipes opérationnelles. Il doit également savoir travailler en équipe, être réactif et savoir prendre des décisions en cas d’imprévu.

Savoir réduire les coûts

Par ailleurs, il doit savoir gérer les budgets : la réduction de la pollution a un coût ! Il a donc aussi des connaissances en gestion et planification de projet. Enfin, il maîtrise l’anglais.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Dans l’industrie ou en cabinet-conseil

L’ingénieur environnement et risques industriels travaille dans un bureau, au sein d’entreprises chimiques, pétrolières ou agroalimentaires, qui, sous le poids de réglementations strictes, développent leur département environnement. Dans une petite entreprise, l’ingénieur est rattaché au directeur d’usine ou au directeur technique. Dans une grande entreprise, il travaille sous l’autorité d’un directeur qui conçoit et gère la politique environnementale de la société. Il peut également travailler au sein de bureaux d’études, de conseil et d’ingénierie.

Travail d’équipe

L’ingénieur environnement et risques industriels est généralement assisté par des techniciens, qu’il encadre. Sa fonction transversale l’amène aussi à travailler avec les autres ingénieurs de l’entreprise, notamment ceux attachés à la production, lorsqu’il s’agit de discuter de l’amélioration des processus de fabrication ou de fonctionnement, pour une meilleure politique environnementale.

Sur le terrain

Il se déplace parfois sur le terrain, lorsqu’il surveille les équipements d’épuration ou de traitement de l’eau, ou qu’il contrôle et analyse les rejets issus de la production.

Carrière

Des bassins d’emploi

L’ingénieur environnement et risques industriels travaille sur les sites de production industrielle, majoritairement présents dans les régions Ile-de-France, Rhône-Alpes, PACA, Nord-Pas-de-Calais et Aquitaine. On assiste aussi à une régionalisation des spécialités (chimie en Rhône-Alpes, agroalimentaire en Bretagne…). Il exerce aussi parfois en sociétés de conseil et d’ingénierie spécialisées dans le domaine industriel.

Des missions à l’étranger

L’internationalisation de l’industrie chimique (exportations et investissements extérieurs importants) crée de nombreuses opportunités de postes à l’étranger, surtout dans les grands groupes. Il peut s’agir de missions ponctuelles ou d’expatriations.

D’autres évolutions possibles

Avec de l’expérience, l’ingénieur environnement et risques industriels peut devenir directeur de bureau d’études spécialisé en environnement, responsable d’un département au sein d’un cabinet de conseil spécialisé en management environnemental, ou directeur du département environnemental d’une entreprise.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

entre environ 274 000 Cfp (2300 euros) et 298 000 Cfp (2500 euros) brut par mois.

Accès au métier

Le métier d’ingénieur environnement et risques industriels est accessible après un bac + 5 (master ou diplôme d’ingénieur généraliste ou spécialisé en chimie, environnement et maîtrise des risques industriels), voire un bac + 6 (mastère).

  • Niveau bac + 5

  • Masters en risques et environnement ; biologie ; chimie…
  • Diplôme d’ingénieur en chimie, géologie, hydrologie, environnement…
  • Niveau bac + 6

  • Mastères maîtrise des risques industriels ; maîtrise et gestion des risques naturels, urbains et industriels ; management de la sécurité et des risques industriels

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Aucune formation disponible en Nouvelle-Calédonie

Formations dans le reste de la France

Après le BAC

niveau 1 (bac + 5 et plus)

En savoir plus