Ingénieur / ingénieure systèmes embarqués

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ / / / / / /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ /

L’ingénieur électronique spécialisé en systèmes embarqués conçoit des ordinateurs pour des avions ou des voitures… à des fins de surveillance, de contrôle, de communication, de santé, de sécurité…

L’ingénieur systèmes embarqués conçoit des ordinateurs pour des avions, des voitures, des équipements transportables… pour surveiller, contrôler, communiquer… Il s’occupe du processus complet qui permet de concevoir une carte électronique, mais aussi de toute la partie programmation. Il assemble les composants électroniques (microprocesseurs), réalise les schémas, les câblages. Il peut aussi assurer les tests et le suivi de production. Objectif : que les bons ordres soient envoyés à un objet pour qu’il exécute une tâche précise. Il assure la qualité du système et prévient toute défaillance.

Le métier

Nature du travail

Faire correspondre ordres et tâches

Aéronautique, automobile, multimédia, domaine médical… le rôle des systèmes embarqués est primordial au quotidien. Objectif de l’ingénieur systèmes embarqués : que les bons ordres soient envoyés à un objet pour qu’il exécute une tâche précise. Un système embarqué se compose d’une partie  » matériel  » (hard) et d’une partie  » logiciel  » (soft). Ces deux parties communiquent en permanence en utilisant des composants actifs (qui dialoguent en temps réel avec une base qui alerte l’utilisateur en cas de problème) et passifs (qui attendent que l’utilisateur les interroge pour obtenir une information de leur part). À l’ingénieur de maîtriser les caractéristiques de ces composants pour éviter les problèmes de communication de données dans le système.

Conception, programmation, tests

L’ingénieur systèmes embarqués s’occupe du processus complet qui permet de concevoir une carte électronique, mais aussi de toute la partie programmation. Il assemble les composants électroniques (microprocesseurs), réalise les schémas, les câblages. Il peut aussi assurer les tests et le suivi de production.

Sécurisation et prévention

Selon les domaines, il peut faire davantage de développement ou de suivi des normes et de la sécurisation. Il assure la qualité du système et prévient toute défaillance.

Compétences requises

Être polyvalent

La curiosité technique de l’ingénieur systèmes embarqués s’appuie sur de solides connaissances en programmation informatique et en électronique. Il possède aussi des compétences en technologie et en conception de circuits électroniques (analogiques et numériques), mais aussi en réseaux de communication et en programmation. L’environnement, le contexte et les enjeux sont aussi à prendre en compte, d’où une formation accentuée en génie logiciel et sciences cognitives.

Savoir analyser et synthétiser

Il met à jour la documentation qui sert à réaliser les manuels d’utilisation et de dépannage, ainsi que le dossier technique lié au cycle de développement du projet. Capable d’analyse et de synthèse, il réalise un travail de veille technologique, en se tenant au courant des dernières innovations.

Se montrer créatif

Il a aussi un esprit créatif, indispensable à la conception de nouveaux produits, qui est un atout considérable. L’anglais est également indispensable pour être à jour (les publications techniques sont toutes en anglais) ou pour travailler dans un contexte international.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Dans l’industrie et la santé

La majorité des ingénieurs systèmes embarqués travaille en bureau d’études, dans les entreprises en conception électronique. Ils sont aussi présents dans l’industrie automobile, l’aéronautique, l’industrie de l’armement, l’énergie, les transports et la domotique (détection de mouvements, alarmes…), ou le secteur médical. Les organismes de recherche publics ne sont pas en reste.

Un travail d’équipe

Selon l’envergure du projet et les échanges nécessaires entre ingénieurs en électronique et en informatique, ce professionnel travaille seul ou en équipe, sous la houlette d’un chef de projet. Généralement intégré au service R&D (recherche et développement), il peut également collaborer avec le département marketing.

Cependant, aujourd’hui, certains concepteurs préfèrent travailler en plus petits groupes chargés de concrétiser leur expertise métier en innovation. Cette nouvelle approche est plus rapide car elle utilise des plates-formes matérielles et logicielles intégrées. Les ingénieurs peuvent ainsi se concentrer sur la conception, le prototypage et le déploiement rapide d’algorithmes.

À un rythme soutenu

Des horaires élastiques, voire une certaine dose de stress sont à prévoir en période de livraison, surtout dans les sociétés d’ingénierie.

Carrière

À la pointe de l’innovation

Au carrefour de l’électronique et de l’informatique, les systèmes embarqués s’enrichissent régulièrement de nouvelles applications, surtout lorsqu’ils sont connectés à Internet. Par exemple, l’hospitalisation à domicile profite de l’avancée des NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication). Un ingénieur spécialisé en télésanté crée ainsi des systèmes permettant le suivi médical et les soins à distance : un bracelet-montre géolocalise le malade et transmet des signaux d’alerte en cas d’urgence.

Un secteur évolutif et mobile

C’est un secteur en pleine évolution qui fait la part belle aux jeunes diplômés. Le débutant en service d’études peut devenir chef de projet, puis responsable d’unité de production. Il peut aussi s’orienter vers un poste plus commercial d’ingénieur d’affaires, qui négocie les contrats avec les clients.L’essor des nouvelles technologies, qui ouvre sans cesse de nouveaux champs d’application, laisse la porte ouverte à la mobilité professionnelle. Par exemple, un ingénieur spécialisé dans la technologie de la radio-identification pourra travailler sur les pass automobiles des péages, l’identification des animaux grâce aux puces implantées sous la peau, ou la vérification électronique de la cargaison d’un camion…

Salaire du débutant (base métropolitaine)

entre environ 248 000 Cfp (2080 euros) et 347 000 Cfp (2910 euros) brut par mois.

Accès au métier

Le métier d’ingénieur systèmes embarqués est accessible après un bac + 5master ou un diplôme d’ingénieur avec une spécialisation système/informatique embarqué.

  • Niveau bac + 5

  • Diplôme d’ingénieur spécialité électronique ; informatique ; informatique et réseaux ; informatique industrielle ; mécanique et électronique ; informatique industrielle ; informatique et électronique ; systèmes électriques et électroniques embarqués ; systèmes électroniques embarqués…
  • Master mention automatique, robotique ; électronique, énergie électrique, automatique ; informatique ; ingénierie des systèmes complexes ; réseaux et télécommunication ; transport, mobilités, réseaux…
  • MSc Management of Electronic and Embedded Systems de l’Esigelec

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Aucune formation disponible en Nouvelle-Calédonie

Formations dans le reste de la France

Après le BAC

niveau 1 (bac + 5 et plus)

En savoir plus