Médiateur familial / médiatrice familiale

Niveau d'accès :
Statut(s) :
fonctionnaire, salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/
Centre(s) d'intérêt(s) :

Le médiateur familial est le spécialiste du conflit familial. Il intervient principalement dans des situations de séparation. Son rôle : trouver des solutions répondant aux besoins de chacun des membres de la famille.

Le médiateur familial intervient dans la gestion des conflits familiaux : situation de divorce ou de séparation, conflit intergénérationnel ou problème de succession. Spécialiste de l’écoute, il favorise le dialogue entre les membres de la famille et facilite l’émergence d’un accord qui tient compte des besoins de chacun. Il travaille essentiellement dans le milieu associatif, rarement à temps plein : ce professionnel exerce souvent un autre métier, correspondant à sa formation de base.

Le métier

Nature du travail

À l’écoute de chacun

Spécialiste du conflit au sein des familles, le médiateur familial favorise le dialogue permettant à chacun de comprendre le point de vue de l’autre. Il est le garant d’un climat de respect mutuel propice à la collaboration. Il intervient dans les situations de divorce ou de séparation, de conflit intergénérationnel ou de problème de succession.

Dans l’intérêt de tous

Son rôle est d’amener les personnes à définir les bases d’un accord durable et mutuellement acceptable. Tenant compte des besoins de chacun, il privilégie l’intérêt des enfants dans les cas de partage de l’autorité parentale, de droit de visite et d’hébergement, ou de répartition des responsabilités financières.

Un lien vers d’autres professionnels

Le médiateur doit pouvoir analyser une situation et rediriger au besoin la famille vers un autre professionnel (psychologue, juriste, assistant de service social…) si cela dépasse son champ d’intervention.

Compétences requises

Des qualités humaines indispensables

Ce métier repose sur les relations humaines. Le sens du contact et de l’écoute ainsi que la diplomatie sont des qualités indispensables pour devenir médiateur familial. Il est également recommandé d’avoir un bon équilibre émotionnel pour gérer des situations parfois difficiles, voire très conflictuelles.

Une neutralité bienveillante

Le médiateur doit savoir prendre suffisamment de recul par rapport aux situations rencontrées et ne pas porter de jugement sur les habitudes de vie, les modes de fonctionnement ou les coutumes des personnes qu’il rencontre. Neutralité, confidentialité et impartialité sont les trois grands principes déontologiques que le médiateur familial doit respecter.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Dans le milieu associatif et le secteur public

Le médiateur familial reçoit les familles lors d’entretiens dans son bureau. Il est surtout présent dans le milieu associatif : école des parents et des éducateurs, union départementale des associations familiales, associations de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence… Cependant, il peut aussi travailler dans des organismes publics ou parapublics, telles les CAF (caisses d’allocations familiales) ou des collectivités locales et territoriales (mairies, conseils généraux).

À temps partiel ou en libéral

La médiation familiale s’exerce rarement à temps plein : elle ne représente souvent que 30 à 50 % du temps de travail. Pour compléter son activité, ce professionnel exerce souvent un autre métier, correspondant à sa formation de base. Il peut alors travailler pour deux structures ou exercer deux fonctions distinctes au sein d’un même organisme. Il est également possible de pratiquer le métier de médiateur familial en libéral, mais rares sont ceux qui arrivent à vivre de cette seule activité.

Carrière

Des professionnels peu nombreux

Moins de 2 000 médiateurs familiaux sont recensés en France. Ce sont en grande majorité des femmes. La reconnaissance statutaire, le salaire et l’inscription du métier dans les conventions collectives n’ayant pas encore fait l’objet de négociations entre les partenaires sociaux, la rémunération dépend de la structure pour laquelle travaille le médiateur familial.

Évolution de carrière

Le métier de médiateur familial est le plus souvent exercé après une autre expérience professionnelle dans les domaines du social, de la psychologie ou de l’accompagnement familial. Celui-ci peut évoluer ensuite vers des fonctions d’encadrement ou de formation.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

Du Smic à environ 203 000 Cfp (1700 euros) brut par mois.

Accès au métier

Pour occuper un emploi de médiateur familial, il faut obligatoirement posséder le diplôme d’État du même nom. La formation, qui dure 560 heures (ce qui représente environ 4 mois), doit se dérouler sur une amplitude de 3 ans au maximum. Pour suivre cette formation, les candidats doivent être titulaires d’un diplôme de travail social ou paramédical (préparé en 3 ans après le bac ; certains diplômes ne sont reconnus qu’au niveau bac + 2) ou d’un diplôme de niveau bac + 3 (de type licence) dans les disciplines juridiques, psychologiques ou sociologiques.

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Aucune formation disponible en Nouvelle-Calédonie

Formations dans le reste de la France

Après le BAC

niveau 2 (bac + 3 et 4)

En savoir plus

Témoignage

Anne, médiatrice familiale à Avignon (84)
Renouer le dialogue pour débloquer la situation

"Mon plus bel exemple de médiation réussie? C'est un couple qui, depuis 2 ans, ne se parlait plus du tout. Les deux personnes se croisaient tous les matins parce qu'ils travaillaient dans la même entreprise mais elles ne se disaient même plus bonjour. Elles avaient une petite fille de 3 ans. Les deux premières séances ont été difficiles : il y a eu beaucoup de souffrance exprimée. Puis, lors de la troisième séance en commun, le monsieur, qui exprimait certaines résistances, s'est lâché, sa carapace s'est brisée. C'était très émouvant."

"La médiation a complètement changé de visage à ce moment-là et ils ont pu commencer à travailler réellement sur des accords, sur des solutions concernant leur enfant. Les séances suivantes ont été extraordinaires : je les entendais arriver dans le couloir en riant. Non seulement ils se parlaient de nouveau, mais il n'y avait plus de problèmes par rapport à leur petite fille, qui passait d'une maison à l'autre tranquillement."