Metteur / metteuse en scène

Niveau d'accès :
Statut(s) :
intermittent du spectacle, salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ / / /

S’approprier une oeuvre et la traduire sur scène, telle est l’ambition du metteur en scène. Grâce à ses directives avisées, textes, décors, costumes, éclairages, musique et jeu des acteurs s’assemblent en un tout artistique cohérent : un spectacle !

Une pièce de théâtre sans mise en scène ne serait qu’une lecture de texte insipide. Le metteur en scène est là pour donner vie à une oeuvre grâce à un langage scénique. Il s’approprie un texte, dégage une interprétation, choisit et oriente les artistes qui l’accompagneront dans son aventure. Il donne aussi des indications aux équipes artistiques et techniques chargées des décors, des costumes, de l’éclairage, de la musique… Son ambition : obtenir un tout artistique cohérent, un spectacle !

Le métier

Nature du travail

Entre appropriation et création

Le metteur en scène est responsable de la réalisation scénique d’une oeuvre. À partir d’un texte de théâtre, il monte une pièce, un spectacle de rue, un opéra… Il s’approprie ainsi l’oeuvre d’un auteur, l’adapte à son propre univers tout en respectant son essence même. Ce travail d’adaptation demande un questionnement de l’oeuvre d’où ressort un parti pris de mise en scène. Il peut également mettre en scène ses propres textes.

Constituer une équipe

Une fois que le metteur en scène a dégagé les principaux axes de sa mise en scène (esthétique, contexte historique, etc.), il peut choisir les artistes (comédiens, chanteurs, danseurs) et constituer son équipe de créateurs artistiques et techniques : décorateur-scénographe, créateur lumière, créateur son, costumier…

Des répétitions aux représentations

Le metteur en scène organise et dirige les répétitions : pour chaque scène, il donne aux artistes des indications et améliore leur jeu. Il décide avec l’équipe technique du décor, des costumes, etc. Son objectif : obtenir une interprétation artistique et une atmosphère conformes à sa vision de l’oeuvre. Au-delà de la réalisation scénique, le metteur en scène représente également son spectacle à l’extérieur en répondant notamment aux questions des journalistes.

Compétences requises

De l’imagination à foison

Le metteur en scène est un artiste doué d’assez d’imagination pour visualiser et mettre en forme un texte dans l’espace. Il sait trouver des solutions à des problèmes techniques ou artistiques, et fait donc preuve d’une grande inventivité. Une bonne plume est également nécessaire pour rédiger ses intentions de mise en scène, voire écrire ses propres textes.

Diplomate et directif à la fois

Le metteur en scène est un moteur pour les équipes artistique et technique. Il doit savoir susciter et rendre cohérents les efforts de ses collaborateurs afin que chacun puisse donner le meilleur de lui-même. Pour cela, il est à leur écoute, instaure un climat de confiance et prend en compte les différents points de vue, tout en détenant le pouvoir de décision. Doté d’un bon relationnel, il sait valoriser son oeuvre auprès d’éventuels producteurs ou des médias.

Entre intuition et technique

Pour prévoir le succès d’un spectacle, le metteur en scène fait preuve d’intuition et d’audace, ce qui demande une certaine confiance en soi. Il se renseigne sur les tendances actuelles en lisant des revues spécialisées, se rend à des manifestations culturelles, des spectacles… Très cultivé, il maîtrise les techniques d’écriture dramatique, d’interprétation, de scénographie, d’éclairage…

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Au rythme des spectacles

Répétitions la journée, représentations le soir et le week-end : la réalisation d’un spectacle demande du temps et de l’implication. Le metteur en scène vit à un rythme de plus en plus intense et stressant. Les comédiens seront-ils prêts à temps ? Les costumes seront-ils réussis ? Le public appréciera-t-il ? Autant de questions qu’il se pose avant une première. Des déplacements dans la France entière, voire à l’étranger sont possibles, notamment en cas de tournée.

Diverses responsabilités et contraintes

Dans un théâtre, un opéra ou un centre dramatique par exemple, les missions du metteur en scène sont parfois moins nombreuses que dans les petites structures (compagnie, association…), qui demandent plus de polyvalence : recherche de financements, promotion, diffusion, scénographie… Des contraintes budgétaires, logistiques, de droits d’auteur ou humaines sont à prendre en compte. Le metteur en scène peut aussi avoir des commandes de la part de structures culturelles : réaliser un spectacle sur un thème précis, dans un lieu donné, avec tel ou tel acteur…

D’une production à l’autre

Pour enrichir son expérience, le metteur en scène peut réaliser des spectacles de genres différents : pièce de théâtre, opéra, ballet, spectacle de magie, comédie musicale…

Carrière

De la comédie à la mise en scène

Le metteur en scène a souvent une expérience du plateau : il est comédien ou a été machiniste, par exemple. Il connaît le fonctionnement d’un spectacle et dirige ainsi plus facilement artistes et techniciens. Il acquiert par la même occasion un carnet d’adresses, indispensable pour percer dans le spectacle. Il peut aussi débuter comme assistant du metteur en scène.

Un double statut

Le metteur en scène est souvent recruté en CDD (contrat à durée déterminée) le temps de la création d’un spectacle. Il est alors intermittent du spectacle et doit déclarer au moins 507 heures pour toucher des indemnités. Ce statut est particulièrement précaire. Ainsi, selon le rapport de branche des entreprises artistiques et culturelles, seuls 6 % des metteurs en scène déclaraient 500 heures et plus par an. La mise en scène est une création qui peut être protégée par des droits d’auteur. Le metteur en scène a donc aussi le statut d’artiste et doit adhérer à la SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques) s’il souhaite toucher ses droits d’auteur.

Vers le cinéma ?

Le metteur en scène peut évoluer en créant sa propre compagnie, en devenant producteur, directeur d’un théâtre, d’un centre dramatique¿ ou réalisateur dans le cinéma et l’audiovisuel, même si la technique diffère fortement.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

Variable.

Pour la création d’un spectacle, le metteur en scène touche un salaire qui dépend du nombre de répétitions, de la taille de la structure qui l’embauche et de sa notoriété. Il peut également percevoir des droits d’auteur pour l’exploitation de ce spectacle, qui sont calculés proportionnellement aux recettes générées par le spectacle. À noter que la Convention collective des théâtres privés situe ce taux à 2 % au minimum.

Accès au métier

Très peu de formations spécifiques existent. Le métier s’apprend généralement sur le terrain. Cependant, il est conseillé de suivre une formation en art dramatique, en art du spectacle, dans un conservatoire ou une école spécialisée, telles l’Ensatt à Lyon ou l’Esad à Strasbourg. Certaines formations universitaires sont également possibles.

  • Niveau bac +  3

  • Diplôme de mise en scène-dramaturgie de l’Esad (École supérieure d’art dramatique) du TNS (Théâtre national de Strasbourg)
  • Licence ou licence pro dans le domaine du théâtre
  • Niveau bac + 5

  • Diplôme arts et techniques du théâtre parcours metteur en scène de l’Ensatt de Lyon (École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre)
  • DNSP (diplôme national supérieur professionnel) de comédien
  • Master spécialisé dans la mise en scène, la scénographie ou les arts de la scène

En savoir plus